Erreur
Erreur
Derniers sujets discutés:

Skyediver et Emi Jones reprennes Sweet Dream

Re : [Edit 7] Musiques de Hyper Shaver

Re : [PC/One/PS4/NSW] Sonic Mania

Re : Un punk est parmi vous

Dernières news :
 
Delcourt arrête les ventes des comics S...
Delcourt arrête les ventes des comics S...
Sonic de retour au festival SXSW !
Sonic de retour au festival SXSW !
Sonic Mania annoncé sur Nintendo Switch
Sonic Mania annoncé sur Nintendo Switch
Derniers articles :
 
Episode 36 : La menace de l'espace
Episode 36 : La menace de l'espace
Episode 35 : L'évasion de Sonic
Episode 35 : L'évasion de Sonic
Episode 34 : On recherche Sonic
Episode 34 : On recherche Sonic
Dernières vidéos :
 
Sonic Colours - Trailer
Sonic Colours - Trailer
Ziks Sonic dans Guitar Hero
Ziks Sonic dans Guitar Hero
Sonic Chronicles - Spot anglais
Sonic Chronicles - Spot anglais
Pages: 1 [2]
L'Héritage du Chaos
Re : L'Héritage du Chaos
« Répondre #15 le: Février 07, 2017, 11:22:28 »
  • Rank G




  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 27


  • Journalisée
Je suis en vacances Vendredi soir, alors ne t'inquiète pas, normalement en deux semaines j'aurai le temps de produire quelque chose Wink

Merci Novarek ça fait plaisir, mais disons que je suis un amoureux de la langue française  Grin
   
Re : L'Héritage du Chaos
« Répondre #16 le: Février 12, 2017, 11:17:34 »
  • Rank G




  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 27


  • Journalisée
Je manque à tout mes devoirs ! Je te souhaite bon courage pour ton année scolaire Lirane. Je crois savoir qu'une importante échéance scolaire se rapproche dans quelques mois pour toi cette année.  Smiley

Ceci étant dit, il est temps pour moi de publier la première partie du second chapitre. Je ferai en sorte qu'il ait trois parties celui là, parce qu'il est assez long.
Enfin... Have a nice reading as always. Cheesy




 Chapitre 2 : Le Fléau contre le vent noir (1/3)




          Un hérisson sombre… telle était finalement l’apparence du Fléau noir, cette calamité qui telle une malédiction, s’apprêtait à s’abattre sur sa proie.
Seule face à son destin, la chatte abandonnait peu à peu la tristesse que lui suscitait les ruines embrasées de son ancien logis, au détriment d’une profonde terreur, qui ne cessait de croître à la vue de son assaillant au loin.
Sans davantage faire durer ce pesant suspens dans lequel était figée Gally, le hérisson noir s’est brusquement mis à se déplacer vers sa cible qu’il ne lâchait pas d’une semelle.
C’est ainsi avec effroi, que la jeune chatte a progressivement pu constater plus en détail, les traits de celui qui s’apprêtait à l’attaquer.
En effet, le hérisson arborait aux extrémités de ces cinq piquants relevés ainsi qu’aux coins de ses yeux, des rayures que la teinte carmine de l’incendie faisait flamboyer, à l’image de ces pupilles sombres rivées sur la jeune chatte. Seul le pelage jaune sombre de son abdomen et de ses bras, échappait à la dominante noire qui recouvrait l’intégralité de son corps. Quant à ses chaussures, celles-là même qui faisaient trembler le sol sous ses pieds à chacun de ses pas, elles étaient colorées d’un rouge vif et ornées d’un fermoir doré, en dessous duquel se tenait une lanière ceinturant de part et d’autre ses souliers. Ce ruban clair demeurait tout aussi immaculé que ses gants qui couvraient ses impitoyables poings serrés.
Sa marche était impérieuse et sa cadence conquérante. En tout cas, ces deux éléments combinés à cette pression de plus en plus oppressante qui planait dans l’atmosphère, inspirait à Gally la peur, au point qu’elle en vienne à trembler de tout son être telle une feuille au vent. Oui, rien ne paraissait pouvoir interrompre sa lente et intrigante avancée, pas même l’intensité du brasier dont les ardentes flammes s’écartaient lors de son passage.
Cependant, il semblait néanmoins exister une puissance plus grande que le feu lui-même, une force, qui brusquement était parvenue à enrayer la marche lente et robotisée du Fléau noir, à la surprise de Gally qui à sa vue à écarquiller les yeux de stupeur.
Cette puissance c’était la détermination, et c’est bel et bien Eon qui en a fait preuve, en attrapant fermement la cheville du hérisson et arrêtant ainsi sa progression.
Oui contre toute attente et malgré la situation des plus critiques, le renard qui rampait à même le sol, avait l’air d’avoir résisté à la menace universelle qu’était le Fléau noir, qu’il maintenait avec fermeté du bout de sa main droite.
« A… attends une minute toi.. Je… je suis très loin d’en avoir fini avec toi vermine ! »
Hélas, et ce malgré cette obstination plus qu’honorable, à l’image de sa voix affaiblie et de son visage profondément marqué par l’assaut du hérisson, Eon paraissait très mal en point. Il serait même beaucoup plus aisé d’affirmer qu’il était déjà trop tard pour lui, et la preuve était cette partie inférieure de son corps en proie aux flammes de l’incendie.
C’est alors entrelacée par ce désir sans borne de secourir son ami et cette frayeur qui la tenaillait, que la jeune chatte s’est difficilement relevée sans vraiment savoir quoi faire.
« - Non Eon…
A l’écoute des timides balbutiements de sa camarade, le canidé a usé des quelques ressources qu’il lui restait, pour afficher un sourire qui se voulait rassurant et adresser un message à la féline qu’il fixait avec douceur et sérénité.
- Ne t’inquiète pas pour moi Gally… Je t’en supplie, va-t’en…
- Non… »
Rien à faire. La chatte immaculée était comme tétanisée et les paroles de Eon aussi rassurantes étaient-elles, n’avaient guère réussi à la sortir de cette hésitation qui la tourmentait.
Hélas, c’est sans lui laisser la moindre minute de réflexion, que le hérisson jusque-là immobile, a enfin décidé d’agir et de se débarrasser de ce pénible fardeau qui avait osé l’entraver dans sa route.
C’est ainsi lorsque le Fléau noir a levé sa main, que les flammes autour de lui se sont intensifiées, épargnant par la même occasion à Gally le terrible spectacle qui s’offrait sous ses yeux humides et scintillants. Elle le savait, derrière cet épais rideau de feu, Eon lui montrait une dernière fois toute l’étendue de sa loyauté et de son affection pour elle.
C’était fini. L’assourdissant cri de désespoir de Gally n’y avait changé et aussitôt le brasier atténué et sa sinistre besogne accomplie, le hérisson s’est d’une puissante impulsion, brusquement propulsé vers la jeune chatte.
En effet, le Fléau noir semblait également doté d’une ahurissante vélocité que même le vent qui soufflait à contre sens n’avait guère eu le temps de suivre. Oui, en un éclair il s’était retrouvé face à la féline, qu’il fixait froidement de haut. Et avant même que son cerveau ait le temps de réaliser que la menace se trouvait à un décimètre d’elle, le Fléau noir lui a asséné un violent coup de poing dans l’abdomen.
Face à la virulente force de cette attaque, Gally n’a pas eu d’autre choix que de se soumettre sous un strident hurlement de douleur. Complètement assujettie par ce poing vivement enfoncé dans son ventre, la féline a senti comme ses entrailles se disloquer, en tout cas, ses grands yeux exorbités en disaient long sur le tourment qu’elle subissait. Il faut dire que l’impact a été tellement puissant, que même le sol en était venu à trembler sous sa violence.
A bout de forces, la féline a fini par lentement s’écrouler à terre, sous les yeux marbrés du hérisson qui suivait sa chute du regard sans la moindre émotion.
Seulement, il paraissait visiblement en falloir beaucoup plus à la chatte pour s’avouer vaincue, contre toute attente. Quoiqu’il en soit, bien qu’elle demeurait très loin d’être une combattante, Gally faisait quand même preuve d’une impressionnante résistance, assez, pour tenter de se relever la main fermement posée sur son abdomen endolori.
Mais à défaut de parvenir à se remettre debout, la féline n’a pas hésité à mettre son assaillant face à ses responsabilités, notamment en l’interrogeant sur les raisons de ses actes.
« - Pourquoi répands-tu le mal et la tristesse partout sur ton passage... ? Pourquoi… ?
- La mort.. est une issue inéluctable pour tous les pécheurs qui peuplent cet univers.
Telle était la réponse du hérisson noir, une réplique animée par des mots rude et un ton plein de conviction, dont la froideur ne laissait pas l’ombre d’une place au doute.
Son regard qui ne dégageait pas l’once d’une émotion ou d’un regret, dévisageait de toute part Gally et cette main ouverte qu’il venait de déployer juste sous le nez de cette dernière, s’apprêtait à abattre sa cruelle sentence.
Perturbée par les aveux incohérents que venaient de lui livrer son interlocuteur, la féline n’a bien évidemment pas pu s’empêcher de tenter d’assouvir sa soif de curiosité, en questionnant de nouveau son bourreau tant qu’il restait immobile.
- Les… les pécheurs ?
- Bientôt, le cosmos tout en entier en sera affranchi. »
Tel un robot déjà préprogrammé à répondre à la moindre interrogation, le hérisson a presqu’instantanément répliqué à sa future victime.
C’est alors que brusquement, la température environnante a drastiquement chuté et les flammes jusque-là des plus ardentes, ont subitement baissé en intensité. Pour ne rien arranger au dérèglement climatique, le vent s’était lui aussi levé, emportant avec lui les débris les plus légers qui venaient tournoyer autour des deux derniers survivants.
En effet, toute cette énergie que semblait céder l’environnement qui les entourait, paraissait dangereusement se concentrer dans le creux de sa main, celle-là même qui menaçait de plus en plus la jeune Gally avec cette lumière blanche et inquiétante qui peu à peu y irradiait.
Face à ce danger plus qu’imminent, la féline en larmes a fermement serré son sac en tissu contre sa poitrine. Ses yeux étaient clos et son corps tremblait de toute part d’une peur qui jusqu’au bout ne l’aura jamais pas quitté.
Dans un élan de désespoir, Gally qui percevait chaque seconde un peu plus cette étouffante chaleur émanant de la main du hérisson, a lancé de toutes ses forces, un puissant appel d’une voix ferme et convaincue.
« Eon je t’en supplie aide moi ! Donne-moi la force Eon je t’en conjure ! »
De ce hurlement qui sans grande surprise a dans un premier temps laissé le Fléau de marbre, s’est brusquement suivi un étrange phénomène qui pour la première fois, aura eu raison de l’impassibilité du hérisson noir.
En effet, les pierres que contenait le bagage de la féline paraissaient réagir à son appel de détresse. Ainsi, de son sac a soudainement émané un éclat immaculé sous le regard assez surpris de l’assaillant, dont l’assaut semblait s’être littéralement fait engloutir par le halo. Quant à Gally, cette dernière qui n’avait pas esquissé l’ombre d’un geste, n’avait pas l’air consciente de la tournure que prenait les évènements. Non, la jeune féline qui demeurait pétrifiée de peur, ne s’était pas encore rendue compte que ce sac qui l’accompagnait depuis les prémices de son amnésie, venait très certainement de lui faire échapper à un tragique destin, que le hérisson noir voyait peu à peu lui échapper des mains par le bais de cette éblouissante lumière blanche qui progressivement, a envahi l’ensemble du champ de bataille.
« Dernière édition: Février 13, 2017, 07:41:06 par Shadow 76 »
   
Re : L'Héritage du Chaos
« Répondre #17 le: Février 13, 2017, 08:58:12 »
  • Supa Rank E
  • Rédacteurs
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 524
  • Merci à Clover pour l'avatar


Journalisée
Merci je te souhaite la même chose :) Je ne me souviens pas par contre si toi tu étais proche de la fin ou non Grin

Place aux faute!
à la surprise de Gally qui à sa vue à écarquiller les yeux de stupeur. -> si c'est elle qui écarquille dans ce cas il faut mettre écarquillait :p

Dommage pour la mort de Eon, même si c'était un peu prévisible. T'avais annoncé que se serait sombre dès le début mais visiblement tu n'as pas fait le choix de décrire les morts de manière trop "violente".
   
Re : L'Héritage du Chaos
« Répondre #18 le: Février 14, 2017, 07:07:07 »
  • Rank G




  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 27


  • Journalisée
C'est normal que tu ne t'en souviennes pas, je ne te l'ai pas dit  Smiley mais oui, celui-là il est derrière moi maintenant  Grin

Pour la faute que tu as signalée, attention il y a le "à" juste avant le verbe écarquiller. Comme nous le savons tous, qui dit préposition (à,de) dit infinitif. Mais ça, tu le savais déjà je sais que je ne t'apprends rien  Smiley

Ceci étant dit, place à la deuxième partie du chapitre 2, qui arrive plus tôt que prévu. Have a nice reading  Grin




Chapitre 2 : Le Fléau contre le vent noir (2/3)




De l’autre côté de l’univers, à des années lumières du Fléau noir et de la désolation qu’il entraînait sur son passage, se trouvait une petite planète nommée Cascade. Cet astre qui venait à peine de retrouver son cœur, demeurait en pleine renaissance. En effet, Cascade était l’une de ces nombreuses planètes dont l’apparence et la vie avaient sévèrement été bouleversées durant la longue période de colonisation spatiale des métarex. En quelques années, ce monde autrefois pourtant si nanti, si prospère, dont la hauteur vertigineuse des gratte-ciels n’avait d’égale que la technologie futuriste qui se développait dans les laboratoires de pointe aux quatre coins de ces immenses mégalopoles surpeuplées de l’élite des hommes, s’était retrouvé réduit à l’état de vaste désert de roche, parcouru de part et d’autres par de violentes tempêtes de poussière qui n’avaient pas mis longtemps à faire fuir la quasi-totalité de ses habitants, tant la vie y était devenue précaire.
Cependant, depuis la chute de l’empire métarex et la reconquête de son noyau, Cascade s’offrait une seconde jeunesse et toute forme d’existence à commencer par la végétation, recommençait à s’étaler progressivement sur les larges étendues désertiques de la planète et ses habitants fraichement revenus, travaillaient d’arrache-pied à la sueur cristalline de leur front, pour rendre à leur astre sa beauté d’antan.
C’est aussi sur cette planète, qu’un hérisson noir semblait avoir élu domicile et c’est du haut de l’une de ses nombreuses falaises encore rongées par la sècheresse, qu’il contemplait d’un œil impassible la reconstruction de Cascade.
Face à lui encastré au bord de la falaise, se trouvait ce qui paraissait être le débris d’un appareil métallique, au pied duquel demeurait pléthore de roses bariolées qui s’étalaient à perte de vue. La présence de ses nombreuses fleurs, rendait le lieu davantage plus solennel et laissait penser que ce fragment pourtant à première vue sans grande valeur marchande, était pourvu d’une très grande valeur sentimentale.
L’endroit était en tout cas d’un calme apaisant, que seul le souffle du vent venait perturber. D’ailleurs, le visage inflexible et les cinq piquants dressés du hérisson noir, se laissaient forts volontiers caresser par cette douce brise qui gagnait lentement en fraîcheur.
A l’horizon, prenaient place les nombreux bâtiments en construction de ces néo-cités, surplombés par ce soleil couchant en arrière-plan, qui baignait la planète de sa chaleureuse lumière vermillonne, dont l’assurance faisait présager à Cascade des lendemains heureux.
Et alors que le silence ne pouvait guère être plus absolu, une voix est cependant venue en rompre l’équilibre, ainsi que celui du mammifère, dont le regard s’était légèrement renfrogné.
« Shadow ! »
La responsable de tout ce vacarme, n’était autre qu’une jeune fille qui se hâtait au pas de course pour rejoindre le hérisson au bord de la falaise.
Elle était plutôt grande et sa chevauchée rythmée dont chacun des pas étaient millimétrés, était digne d’une sportive de très haute halène.
Ses longs cheveux roux plaqués sur sa tête et coiffés en une queue de cheval haute maintenue par un anneau doré, étaient soumis au zéphyr que son accélération ne faisait qu’amplifier. L’adolescente portait une combinaison moulante assez sophistiquée, cousue en une pièce dans un tissu bleu marine en apparence résistante et renforcée par endroit par des coutures en cuir noir.
En dessous de sa tenue dont la fermeture demeurait entrouverte, la jeune femme affichait un débardeur blanc qui laissait légèrement entrevoir sa poitrine. La jeune fille disposait autour de sa taille d’une ceinture à boucle clip, sur laquelle venaient s’empaler plusieurs gadgets en tout genre, à commencer par ce petit pistolet laser sombre, encastré dans son étui rigide.
Pour venir compléter sa panoplie d’agent secret en herbe, la jeune rousse arborait des bottes en cuir à talons plats, d’un bleu légèrement plus clair que sa combinaison, mais parfaitement assortis à ses grands yeux azurés qui mettaient si bien en valeur son joli minois.

Lorsqu’elle est enfin arrivée au niveau du hérisson, la jeune humaine l’a aussitôt vivement relancé à peine son souffle retrouvé.
« Je savais que je te r’trouverai ici, encore une fois. »
Sa voix en plus d’être chaleureuse et amicale, paraissait déborder d’une énergie sans limite. 
En tout cas, Shadow qui n’avait pas daigné lui adresser l’ombre d’un regard depuis son arrivée, préférait de loin continuer de l’ignorer en fixant l’horizon marqué par un ciel de plus en plus étoilé.
Loin de la décourager, l’attitude snob et austère du hérisson qui en aurait fait fuir plus d’un, avait bien au contraire l’air d’attiser encore plus sa loquacité, comme si cette dernière prenait plaisir à monologuer sans aucun espoir de réponse.
« Dis quand j’y pense, c’est vrai que tu viens tous les soirs ici. A force, je vais finir par croire que tu as une préférence pour ma sœur alors que moi, tu m’as tous les jours à tes côtés. »
Piqué par une soudaine curiosité, Shadow a malgré lui fini par rentrer dans son jeu, en jetant un regard fureteur et renfrogné sur l’adolescente dont le sourire s’est immédiatement élargi.
« Laisse-moi te dire au cas où tu ne le saurais pas, que nous les femmes nous sommes très jalouses et très peu partageuses par-dessus le marché, tu comprends ça ou pas ? »
La jeune rousse avait accompagné sa déclaration d’un air taquin et visiblement, cette association avait marqué le point de non-retour pour Shadow, qui n’a pas attendu une seconde de plus pour quitter la falaise d’un pas lourd et plus qu’agacé par les multiples commentaires déplacés de la jeune fille.
C’est donc consciente d’avoir légèrement dépassé les bornes, que l’adolescente a troqué son sourire en coin pour une mine confuse, avant de tenter de calmer l’irritation de son interlocuteur.
« Allons, ne l’prend pas comme ça je plaisantais ! »
Hélas pour la jeune femme, le hérisson noir restait insensible à ses excuses et se contentait poursuivre son chemin, loin de la source de son irritation.
« Ce qu’il peut être susceptible ma parole… » a fini par souffler l’adolescente en hochant les épaules d’un geste plein de désinvolture.
En tout cas une chose est sûre, c’est que cette jeune fille ne manquait pas d’aplomb vis-à-vis du charismatique Shadow, que très peu de personnes dans l’univers n’avaient l’audace de titiller de la sorte.
Ainsi avant de rejoindre le hérisson noir, la jeune humaine s’est orientée vers le mémorial face auquel elle s’est poliment courbée, les bras bien alignés le long du corps. De ce geste déférent et de ce sourire affectueux qui ornait ses lèvres, la camarade du hérisson semblait éprouver un profond respect à l’égard de ce que représentait ce lieu, un respect que son regard scintillant de mille feux peinait à dissimuler.

De la falaise rocailleuse que Shadow venait de quitter, s’en suivait une vaste forêt de sapins. La végétation y était luxuriante et les conifères qui y résidaient pouvaient atteindre des hauteurs vertigineuses. En la contemplant, en humant à plein nez ce vent frais chargé de sapin qui s’en évadait, il était difficile de croire que cette planète ait un jour perdu son précieux cœur.

Lorsque le hérisson à regagner l’asphalte du parcours routier, la jeune femme à la traîne, s’est hâtée de rejoindre un véhicule à deux roues stationné à l’entrée de la falaise. Il s’agissait d’une petite moto sportive de couleur bleu ciel, dont l’aérodynamisme laissait présager une ahurissante vélocité.
L’adolescente a ainsi chevauché sa monture et enfilé le casque perché à l’extrémité du guidon, en suppliant Shadow de l’attendre.
Mais alors que la camarade du mammifère venait d’allumer le contact de son véhicule sous un bruit assourdissant, elle a soudainement été alertée par
une silhouette grossièrement allongée au pied d’un arbre sur le bas-côté, que ses éblouissants feux mettaient à nu.
Surprise, elle a brusquement ôté sa coiffure de protection, dans le but de fixer plus précautionneusement cette forme qui l’intriguait.
Quand les craintes de la jeune femme se sont confirmées après quelques secondes d’observation, elle a aussitôt interpelé son compagnon déjà près à se mettre en route.
« Non attends Shadow ! »
Etonné par le ton on ne peut plus solennel et peu coutumier de son interlocutrice, le hérisson a immédiatement interrompu son geste, avant de lui adresser un regard intéressé.
« Là-bas. »
Sans le faire davantage languir, l’adolescente a pointé un doigt ferme vers le tronc de l’arbre qui suscitait sa curiosité.
Shadow a alors suivi la direction indiquée par son index, avant d’écarquiller les yeux de stupeur.
En effet, au pied de ce sapin demeurait dans bien piteux état, Gally, qui par miracle semblait avoir définitivement échappé à son assaillant. Bien qu’elle était inconsciente, la féline tenait toujours aussi fermement contre sa poitrine ce sac à ficelle auquel elle tenait tant. Ses paupières cernées étaient encore marquées par une profonde tristesse, qui se manifestait au coin de ses yeux par le biais de ses quelques larmes sèches.

D’un regard déterminé et d’un hochement de la tête, le hérisson noir et l’adolescente se sont donc empressés de se rendre auprès de la blessée afin de la secourir le plus rapidement possible.


   
Re : Re : L'Héritage du Chaos
« Répondre #19 le: Février 15, 2017, 11:28:37 »
  • Supa Rank E
  • Rédacteurs
  • Hors ligne Hors ligne
  • Sexe: Femme
  • Messages: 524
  • Merci à Clover pour l'avatar


Journalisée
C'est vrai qu'elle arrive très vite cette suite je m'y attendais pas Shocked
Toutes mes excuses pour la faute dans ce cas, désolée j'ai mal lu x)

Bon courage pour cette nouvelle année, prend le temps de bien te reposer!

Alors déja tu m'as appris l'existence du mot "nanti" merci je connaissais pas x)

Et ensuite concernant "l'adolescente": je m'y attendais tellement à la revoir, pour le moment t'as pas cité son nom mais je sais qui sait! Je te l'avais dit y'a longtemps mais je le redis: j'ai vraiment l'impression que t'aimes beaucoup Molly et sa planète.
J'ai aussi adoré les deux premières phrases qu'elle jette à Shadow au début, omg x)
   
Pages: 1 [2]