Planete Sonic Forums

L'Atelier Fan Area => Fanfics => Discussion démarrée par: Shadow 76 le Décembre 25, 2016, 05:59:24



Titre: L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Décembre 25, 2016, 05:59:24
Bonsoir à tous.
Déjà, je tenais à m'excuser pour le premier récit que j'ai commencé à écrire sans le terminer.
Malheureusement, il y avait trop d'incohérences, trop de personnages à gérer pour que je ne le termine.
Laissez-moi pour me racheter, vous proposez un récit plus travailler, qui lui a de fortes chances d'arriver à son terme.
Son nom ? L'Héritage du Chaos
Son genre ? Je dirais un peu sombre sur les bords mais au final tout ce qu'il a de plus sonichéen.

Ce récit va commencer par le Chapitre 0, qui sera diviser en 4 parties.
Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture pour ceux qui veulent et un joyeux Nöel à tous.


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Décembre 25, 2016, 06:59:23
L’Héritage du Chaos


Chapitre 0 : La genèse




          L’Emeraude mère et les émeraudes du chaos… Depuis des temps immémoriaux, ces reliques illuminent l’univers de par leur éclat versicolore. Leur incommensurable source de pouvoir combiné à leurs origines mystérieuses, n’ont pas tardé à les propulser au rang de légende et bon nombre de mythes sont nés et se sont transmis de génération en génération.
Au fil des âges quand la puissance de ces pierres n’était pas source de convoitise ou réalisatrice de miracles, était crainte et vénérée par les antiques civilisations aux cœurs purs qui millénaires après millénaires, ont eu la lourde tâche de veiller sur les émeraudes le tout, en cohabitant en paix avec ces formes de vie inconnues qui semblaient étroitement liées aux gemmes.

Aujourd’hui, ces reliques qui se sont dispersées aux quatre coins de l’univers à la suite d’innombrables conflits, octroient à Sonic le hérisson lorsqu’elles sont réunies en cas de danger imminent, une énergie quasi-illimitée nées des sentiments et de la confiance que lui témoignent ses amis, capable de vaincre le mal le plus absolu.

Ainsi demeure l’histoire des émeraudes du chaos et de l’Emeraude Mère telle qu’elle est contée de nos jours cependant, qui connaît réellement les origines ancestrales de ces joyaux… ?


Dossier 1 : L’Emeraude Mère




          D’après les anciennes légendes, l’Emeraude Mère serait la première des reliques ayant vu le jour jadis. Les théories les plus illuminées avancent même, qu’elle serait à l’origine de la création de l’univers, qu’elle serait tout simplement, un joyau divin.
Toutes les galaxies, les planètes, la vie… Oui, tout le cycle naturel et perpétuel de l’univers serait en réalité façonné par l’immense pouvoir de L’Emeraude Mère.
Aussi puissante soit-elle, comment une aussi petite relique à l’échelle universelle, peut-elle régir toutes les lois existentielles ?
Et bien la réalité veut que la mère des gemmes soit à l’origine d’une taille bien plus imposante qu’une planète.
En effet, la pierre s’est au fil des âges, délestée d’innombrables morceaux jusqu’à atteindre la taille que tous lui connaissent.
Ces fragments détachés étaient dotés d’un tel pouvoir, qu’ils ont été capable de se développer et par conséquent, créer les planètes que l’on connait et la vie qui y réside.
Ainsi, le premier morceau qui s’est séparé de l’Emeraude Mère il y a fort longtemps, a donné naissance après plusieurs millénaires à Luminos, le berceau de toutes les légendes.



Dossier 2 : Luminos, le peuple élu




          Après de nombreux siècles, le tout premier fragment de l’Emeraude s’est développé et peu à peu, la vie a fini par y apparaître. C’est ainsi que les premiers autochtones ont baptisé cet astre, Luminos.
La planète s’est rapidement développée au fil des générations et les pacifiques habitants y demeuraient en paix. Grâce à la puissance sans limite de son cœur et au labeur des humains, l’astre arborait des campagnes verdoyantes, des terres fertiles et sa technologie de pointe, faisait de l’ombre à celle des autres planètes qui progressivement, se développaient dans l’univers tout entier.
Forts de la richesse que leur octroyait son fragment, les luminosiens s’étaient toujours montrés très reconnaissants envers l’Emeraude Mère, et pléthores de temples retraçant son histoire et de gravures à son effigie, ont peu à peu vu le jour au cours des âges.

Lorsque la mère des gemmes a atteint une taille avoisinant celle que nous lui connaissons, cette dernière a trouvé refuge sur la première planète qu’elle a jadis créée et y a été accueillie comme un cadeau divin par son peuple qui à cette occasion, lui a bâti un édifice sacré, nommé le Sanctuaire des Lumières.
L’Emeraude a ainsi choisi un représentant parmi les luminosiens, un être au cœur pur seul capable de canaliser son immense pouvoir et dont le statut se transmettrait de génération en génération. Cet homme, se nomme le Grand Sage.

Les anciennes écritures, disent que l’Emeraude Mère est vouée à disparaître dès lors que sa mission aura été accomplie en l’occurrence, créer un univers parfait à partir de ses fragments qu’elles abandonnent siècle après siècle, jusqu’à totalement se disperser.
Luminos était alors devenue aux regards des autres peuples la planète sacrée choisie par la divinité, faisant de ses habitants une nation élue.
Si les autres populations se sont dans un premier temps accommodés de cette situation, malheureusement, la donne s’est brutalement inversée et les planètes lassées du statut divin de Luminos et effrayées par les possibilités qu’offrait l’immense pouvoir qu’elle gardait entre les quatre murs du Sanctuaire des Lumières, n’ont pas tardé à convoiter l’Emeraude et ont tout mis en œuvre pour se l’accaparer.
C’est ainsi, que de nombreux conflits ont éclaté et que l’astre élue seule contre tous, est rapidement devenue le théâtre de nombreuses guerres qui peu à peu, ont fini par ravager sa terre riche. Face à la nouvelle menace qui planait désormais au-dessus de leur tête, le Grand Sage de l’époque fort de son statut, a décidé de sceller la relique dans un endroit sûr, dont lui seul et ses descendants détiendraient l’accès.
La planète qui était jadis si belle et si prospère, a vu ses champs luxuriants labourés de toute part, ses grandes villes fières et nanties ravagées et ses temples pillés et retournés, par la recherche incessante de la mère des gemmes.
Oui, les belligérants n’ont guère laissé de répit aux pacifiques luminosiens, allant semer même jusque dans les campagnes les plus reculées, chaos et désolation.
Vous l’aurez compris, ces intenses batailles qui se sont étalées pendant des siècles, ont en plus d’avoir eu leur lot de victimes, changé la vie de beaucoup de luminosiens, parmi lesquels figurent un jeune garçon nommé Ignacius et qui certainement, s’avère être l’individu à l’origine de tous les bouleversements futurs…


Dossier 3 : Aria et Ignacius




          L’histoire nous amènent donc à environ 4 500 ans avant l’ère du hérisson bleu. Luminos est ravagée et les guerres continuent d’éclater partout sur la surface du globe. Après avoir reçu des indications concernant la position exacte de l’Emeraude Mère, un groupe d’assaillants avait pris pour cible un petit village sans histoire, au nord de la capitale luminosienne.
La bourgade qui demeurait déjà profondément plongée dans les profondeurs de la nuit, était animée par les hurlements de terreur des villageois et secouée par leur folle course désordonnée, qui faisait trembler la terre sous leurs pieds. Les assaillants dissimulés derrière leur combinaison sombre et leur épais casque eux, imposaient leur loi à l’aide de ces canons laser qu’ils brandissaient d’un bras conquérant et qu’ils employaient sans la moindre retenue.
Les bâtiments s’écroulaient au rythme des explosions retentissantes, les maisons étaient en ruines et les flammes venaient teintées le ciel opaque d’une lueur rouge sanguine.

Dans ce chaos total, une jeune fille et un petit garçon tentaient à tout prix d’échapper au destin que leur réservait fatalement l’issue de cette funeste nuit. La demoiselle qui part sa taille semblait plus âgée que son camarade, arborait une longue chevelure brune qui s’éparpillait au vent au fil de sa course. En dépit des circonstances, ses grands yeux noisette remplis de pureté et d’innocence, n’affichaient aucun signe d’une quelconque peur. Elle portait une longue robe blanche en lambeaux et sa peau mate ainsi que son vêtement étaient ternis par les épaisses fumées obscures. Quant au petit garçon, il disposait de cheveux fins et très courts et était vêtu d’un simple t-shirt et un bermuda blancs, pas dans un meilleur état que les habits de son acolyte. Ses paupières étaient gonflées et le vent qui se heurtait contre son visage, séchait ces quelques larmes qui avaient coulé le long de ses joues. Son regard était vide, inexpressif, et ses yeux marrons ne lâchaient pas d’une semelle, l’une des petites maisons au loin, qui peu à peu s’effondrait sous le joug des lasers ennemis.
Les deux individus courraient sans la moindre relâche main dans la main, au milieu de la foule agitée. La jeune fille semblait tracter de toutes ses forces le petit garçon qu’elle agrippait fermement et qu’elle traînait tel un poids mort.

Après plusieurs minutes de chasse, l’intensité des cris et des courses des villageois ont peu à peu fini par s’amenuiser et les seuls pas qui labouraient encore hargneusement le sol boueux du village, n’étaient autres que ceux des assaillants, qui tonnaient haut et fort de ne laisser aucun survivant s’échapper.
Il était donc devenu impossible pour les deux enfants, de se fondre dans une masse quasi décimée et de continuer à fuir à découvert.
Ce contretemps n’a pas empêché la jeune fille de faire étalage de tout son sang-froid, en se dirigeant brusquement vers la première habitation que son regard a croisée. Malgré son aspect menaçant et les flammes qui gagnaient peu à peu du terrain, la demoiselle s’est introduite à l’intérieur de la bâtisse et s’est dissimulée avec le jeune garçon, derrière la porte d’entrée qui tenait à peine debout.
Lorsqu’elle a examiné d’un regard attentif l’intérieur de la maison légèrement éclairée par le brasier, elle a sereinement constaté que ce n’était qu’une question de temps avant que les fumées toxiques ne parviennent à les asphyxier tous les deux. Seulement, au vu de ce regard déterminé qui ne la quittait décidemment pas, il était facile de deviner qu’elle préférait périr par manque d’oxygène que par la main de leurs assaillants.
La jeune demoiselle s’est donc recroquevillée au pied de la porte et a patiemment attendu que la situation ne se calme à l’extérieur, en serrant fort son camarade contre sa poitrine, montrant ainsi pour la première fois quelques signes d’inquiétude. Il faut dire aussi qu’il y avait de quoi. Les forces adverses présentes à l’extérieur, semblaient ardemment rechercher les deux jeunes individus et les directives ennemies ne cessaient guère de retentir non loin de leur cachette.
« Ils n’ont pas pu aller très loin ! Retrouvez-les, ne les laissez pas s’échapper ! »
Autant dire que la tension sur le seuil d’entrée de la maison était à son paroxysme.
Et alors qu’ils croyaient que la situation ne pouvait pas se détériorer davantage, la jeune survivante a brusquement été apostrophée par le bruit de pas discrets, qui se rapprochaient dangereusement de leur refuge.
Son cœur s’est alors mis à tambouriner dans sa poitrine et sa respiration ainsi que celle de son camarade qu’elle tentait tant bien que mal de camoufler derrière le tissu de sa robe, se ralentissaient à mesure que les pas se rapprochaient de la porte de l’habitation.
Lorsque visiteur a lentement déposé sa main sur la poignée de la porte d’entrée, le temps s’était comme arrêté à l’intérieur de la maison.
Malgré la chaleur étouffante que dégageait flammes, l’atmosphère s’était comme rafraichie, à l’image des sueurs qui coulaient le long du front des deux survivants. En effet, la jeune fille qui paraissait totalement résignée, demeurait impuissante les yeux écarquillés et bloqués sur la clenche, dans l’attente imminente de leur bourreau.
C’est alors que le fond de la bâtisse s’est brutalement effondré, provoquant ainsi un nuage de poussière noire et dense, qui en plus d’envahir les ruines, s’est rapidement propagé à l’extérieur.

Quand les dernières planches boisées ont cessé de se heurter contre le sol et que la tempête de poussière s’est dissipée, le soldat s’est finalement rétracté avant d’alerter à haute voix ses alliés.
« Rien à signaler ici non plus ! Vu l’étendue de l’effondrement, je doute que ces deux satanés gamins aient pu en réchapper. »
Ayant terminé de vérifier les environs, les soldats ont peu à peu déserté le village avec pour seul objectif, mettre la main sur ses deux derniers survivants.

Bien évidemment, mal avait pris à l’assaillant de penser que les deux jeunes enfants ne se trouvaient pas à l’intérieur du bâtiment délabré, lui, qui était pourtant à une poignée du but.
Oui, malgré le poussier et une toux passagère, les survivants paraissaient s’en être tirés sans vraiment trop de dégâts.   
A la fois inquiète et soulagée, l’aînée s’est empressée d’interrogée son camarade d’une voix douce et attentionnée.
« - Tu vas bien Ignacius ?
Encore légèrement sous le choc, le petit garçon s’est contenté de hocher la tête en guise de réponse. 
Alors que ses paupières commençaient petit à petit à s’humidifier, la jeune fille s’est soudainement faite interpellée par le bonhomme qu’elle tenait fermement.
- Dis grande sœur… ?
A l’écoute de la voix de son frère, la demoiselle s’est aussitôt ressaisie et l’a regardé d’une mine rassurante et d’un sourire qui se le voulait tout autant.
- Qu’y a-t-il ?
- Papa et Maman… ils vont nous rejoindre pas vrai ? Pas vrai dit ?
Au vu de son ton anxieux et de ce visage de qui laissait paraître une lueur d’espoir, Ignacius avait l’air d’attendre beaucoup de la réponse de son aînée, qu’il fixait avec une certaine impatience.
Visiblement embarrassée par la question de son cadet, la sœur a d’abord gardé le silence, avant d’essuyer discrètement les larmes au coin de ses yeux. Elle a ensuite fini par resserrer son étreinte autour de son frère.
Son silence était bien plus explicite qu’une réponse et aussi jeune soit-il, Ignacius paraissait avoir compris ce que sa sœur n’avait eu pas la force du lui répondre, autrement que par ce silence pesant.
- Ne t’en fais pas mon trésor, ta grande sœur Aria est là et je peux t’assurer que je te protègerai quoiqu’il puisse m’en coûter. »
Lorsque ces mots sont parvenus dans ses oreilles, le jeune garçon a fini par pleurer en silence, et l’innocent éclat de son regard d’acajou, semblait s’être terni à jamais..




Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Décembre 25, 2016, 07:04:17
Dossier 4 : Les émeraudes du chaos




          Du temps s’était écoulé depuis cette tragique nuit durant laquelle Aria et Ignacius avait échappé de peu au trépas. Depuis, le frère et la sœur sont toujours restés ensemble, tous les deux. Ils n’ont eu de cesse de sillonner le globe, à la recherche de régions encore prospères, loin des guerres et de la désolation qui régnaient en maître sur la majorité de la planète. Leur route a été longue et semées d’embûches et les conflits qui se propageaient rapidement et qui gagnaient des territoires de plus en plus reculés ne leur simplifiaient pas la tâche. Aria et son petit frère ont ainsi passé plusieurs années à parcourir l’étendue de Luminos, tels des vagabonds ayant nulle part où aller. Ils ont traversé de nombreuses terres désolées et de villages dévastés et désertés, qui n’étaient pas sans leur rappeler leur propre bourgade dont le douloureux souvenir restait encore une plaie fragile.
Dès lors qu’ils trouvaient enfin un espace habitable et éloigné des conflits, la réalité les rattrapaient et les forçaient souvent à s’exiler de nouveau, lorsque le danger se rapprochait de trop.
Vents et marrées, tempêtes glacées et ensablées… les deux jeunes survivants ont dû faire face aux situations les plus précaires, dans l’espoir de connaître un jour des lendemains heureux. Oui, on peut facilement affirmer que la majeure partie de leur jeunesse n’a finalement été basée que sur un seul mot d’ordre, la survie. Cela n’a pourtant pas empêché la courageuse Aria de tenir sa promesse parfois même au péril de sa vie, protéger ce petit frère qui n’avait plus qu’elle.
Quant à Ignacius, plus le temps passait et plus il semblait se renfermer sur lui-même, sans que sa sœur aînée trop préoccupée par la survie de son cadet ne le remarque pleinement. Hélas, c’est une fatalité qui demeurait des plus logiques, pour un enfant de son âge ayant grandi dans un climat de guerres et de conflits incessants..
« Dis Aria ? Pourquoi, pourquoi les peuples des autres planètes nous attaquent-ils ? Pourquoi veulent-ils nous prendre l’Emeraude divine qui nous a choisi nous, les luminosiens pour la protéger ? » s’interrogeait souvent le petit garçon à la vue de toutes ses régions ravagées par la violence des belligérants.
Face aux questions de son cadet, Aria qui n’avait malheureusement jamais de réponse à lui apporter, se contentait de lui répondre avec un sourire triste que les choses finiraient par s’arranger.
Dépourvu de toute naïveté depuis cette nuit-là, le jeune garçon s’est progressivement mis à la quête d’une réponse et inconsciemment, a commencé à développer une profonde haine mortelle pour ceux qu’il a fini par baptiser « les profanes ».

Après presque une décennie de fuite, Aria et Ignacius sont finalement parvenus à trouver un territoire que la guerre avait miraculeusement épargné.
Il s’agissait d’un petit village dissimulé au milieu d’une vaste clairière, ceinturée par une épaisse forêt.
Cette bourgade était en grande partie constituée de familles rescapées ou décimées, qui ont fui leur terre natale à l’image de Aria et Ignacius.
Il faut dire que le hameau était paisible, constamment caresser par un air frais et rassurant. En plus d’être des plus accueillants, il profitait la majeure partie de la journée de l’éclat du soleil, lorsque ses rayons daignaient le frapper de sa lumière dorée.
Les petites habitations s’y voulaient modestes, avec leur forme cubique et ces épaisses parois en pierres blanches qui les maintenaient debout.
Les rues étaient recouvertes de pavés blancs, sur lesquels les enfants venaient à courir avec entrain et énergie et l’ensemble du village était constamment plongé dans les effusions de joie et les rires de ces derniers, qui s’amusaient autour de la grande fontaine en pierre au centre du village, d’où ruisselait une eau pure et cristalline.
Les jardins y étaient verdoyants, et l’atmosphère reposante.
En soit il s’agissait là d’un petit coin de paradis qui aurait presque fait oublier que la planète était plongée dans le chaos le plus total.
En tout cas, Aria elle semblait enfin heureuse. Elle s’était reconstruite au fil des ans et son bonheur se distinguait clairement à travers cette beauté rayonnante qu’elle avait acquis en grandissant.
Quant à Ignacius, il avait lui aussi bien grandi. Le petit garçon pleurnichard et sans défense, avait laissé sa place à un jeune homme d’apparence posée et d’une maturité avancée. L’âge l’avait également doté d’une intelligence surdéveloppée et d’un sang-froid hors du commun, qui lui avaient rapidement attiré l’admiration de l’ensemble des villageois qui le voyaient déjà comme le potentiel descendant Grand Sage.
Cependant, il n’en restait pas moins froid et distant avec les autres et ne souriait que très rarement, à la différence de sa sœur aînée pleine de vie.
Ceci étant dit, les deux survivants ont quand même vécu en paix de longues années durant au sein du village du moins, c’était sans compter sur Ignacius, dont le temps et la tranquillité de sa nouvelle vie, n’avaient fatalement en rien altéré son dégoût pour les belligérants. Oui, le jeune adulte avait passé ces nombreuses années à se livrer à d’innombrables recherches défendues et expériences secrètes à l’abri des regards, dans le but d’enfin trouver un remède à tous ses maux.
C’est ainsi que ses diverses investigations, l’avaient très souvent amené à s’éloigner de longues semaines du patelin, laissant derrière lui par la même occasion une sœur morte d’inquiétude et prétextant un sourire rassurant aux lèvres, que ses absences étaient importantes pour la prospérité de leur bourgade.
Cependant, Aria avait eu vent de quelques bruits qui commençaient de plus en plus à courir au sein du village, comme quoi le jeune génie dissimulerait un laboratoire secret caché au milieu de la forêt et à l’intérieur duquel, son frère s’essayerait à la confection de redoutables armes de guerre.
Si elle n’a pas voulu prêté attention à ces effroyables rumeurs dans un premier temps, l’absentéisme répété et le manque d’explication de son cadet, a pourtant forcé la jeune femme à accorder davantage de crédit à ses ragots.
C’est donc à contrecœur et rongée par la curiosité, que Aria avait donc décidé de suivre Ignacius lors de sa prochaine excursion, dans l’objectif d’en avoir le cœur net.

Ce fameux jour est ainsi survenu quelques journées après sa suspicion et le jeune homme au seuil de la porte de leur maison, s’apprêtait à saluer sa grande sœur un sourire serein aux lèvres.
« - Bien, je dois y aller à présent.
Pour une absence qui s’avérait très certainement assez longue, le jeune homme n’emportait avec lui qu’un simple sac à dos à cordes, qu’il portait au bout de son épaule.
C’est alors qu’à sa grande surprise, Aria s’est jetée dans ses bras et l’a serré tendrement contre elle.
Devant l’attitude peu habituelle de son aînée, le génie n’a pas pu s’empêcher d’écarquiller les yeux d’étonnement.
- Tu as bien grandi mon petit frère chéri, tu es même arrivé à être plus grand que moi aujourd’hui, » a-t-elle affirmé d’un ton taquin et d’un sourire qui l’était tout autant.
« Pourtant, je te vois toujours comme un petit garçon, comme ce petit trésor que j’ai juré de protéger au péril de ma vie.
Lorsqu’elle a prononcé cette phrase, la jeune femme affichait une mine affectueuse et ces yeux noisettes scintillaient d’une nostalgique presque larmoyante.
Visiblement peu à l’aise face à autant d’affection, Ignacius a délicatement repoussé sa grande sœur, avant de finalement franchir la porte fort de ses derniers mots.
- J’ai plus de 20 ans désormais Aria. Repose-toi c’est à mon tour maintenant de veiller à ce qu’il ne t’arrive rien.. »
Au-delà de ces paroles mystérieuses qui l’avaient laissée sans voix, la jeune femme avait surtout été interpellée par le regard qu’affichait son cadet au moment de les prononcer. Oui, ce dernier était menaçant, aiguisé et laissant clairement transparaître autre chose que ce qu’il venait d’affirmer à l’instant, toute au contraire il inspirait une grande animosité.
Aria le savait alors, elle n’avait plus d’autre choix que de découvrir ce que manigançait Ignacius et la route qui la mènerait vers les réponses qu’elle attendait, débutait à l’entrée de cette maison qui l’avait vu s’épanouir.

Quoiqu’il en soit le temps que son frère prenne un peu d’avance, l’aînée a patienté quelques instants derrière la porte de la maison, avant de le prendre discrètement en filature.
A l’extérieur, les rues étaient pratiquement désertes. Le ciel menaçant qui y trônait n’y était surement pas indifférent d’ailleurs. Effectivement, il était gris et ce n’était qu’une question de temps avant que les denses cumulonimbus qui le recouvraient, ne viennent à se délester de leur trop plein de pluie.
L’air était chaud et l’atmosphère pesante. Tandis que Aria prenait soin de garder une distance raisonnable et de se dissimuler derrière le moindre bâtiment qui croisait sa route, suspicieux et d’une prudence exagérée, Ignacius inspectait ses arrières à chaque coin de rue tel un malfaiteur s’apprêtant à commettre un méfait.
Il marchait d’un pas lent et veillait à éviter tout contact avec les villageois, en revêtant une capuche noire et en passant notamment par des ruelles sombres et très peu fréquentées.

Lorsqu’il est arrivé à la sortie du village, le jeune homme s’est une nouvelle fois assuré de ne pas être suivi, avant d’emprunter le sentier qui menait à la forêt.
Aria toujours à la poursuite de la vérité, se dissimulait au dos des arbres qui jalonnaient chaque côté du chemin et a slalomé de tronc en tronc jusqu’à l’entrée du bois.

A l’intérieur de la sylve, la filature a pris une toute autre dimension.
En effet, la lumière du jour qui ne parvenait pas à pourfendre les épais feuillages de ces arbres vertigineux, rendait pour la jeune femme la progression de plus en plus difficile.
Il faut dire qu’au milieu de l’obscurité permanente de la forêt, le courage de la jeune femme a été plus d’une fois mis à rude épreuve. Entre les bêtes dont les hurlements terrifiants étaient à glacer le sang et les croassements intrigants de ces cordeaux qui du haut de leurs branches, la fixaient telle une intruse, Aria a fait preuve d’un sang-froid indescriptible là où beaucoup auraient déjà fait demi-tour. Cependant, plus elle progressait au sein du bois, plus ses poils se hérissaient au point qu’elle se mettait à craindre le moindre craquement de branche.
Quoiqu’il en soit, ce n’était apparemment pas le cas pour Ignacius dont la marche toujours aussi sereine illustrait parfaitement sa connaissance des lieux.

Et alors que la poursuite durait déjà depuis plusieurs dizaines de minutes, le poursuivi s’est brusquement immobilisé, à la grande surprise de la poursuivante.
Aria tapis derrière le tronc d’un arbre à quelques mètres de sa cible a vu son rythme cardiaque s’accélérer, persuadée d’avoir été dénichée.
Seulement ses doutes ont fini par se dissiper une poignée de secondes plus tard, lorsque son cadet s’est enfin remis à se mouvoir, évacuant un profond soupir de soulagement au passage.
Ignacius s’est ensuite accroupi et a commencé à activement palper le sol de la forêt, sous le regard attentif de sa sœur aînée.

Après un court moment de recherche, le génie a fini par extraire du sol une corde, qu’il a péniblement tiré vers lui. Ce geste qui paraissait l’avoir éprouvé outre mesure, a eu pour effet d’ouvrir une trappe qui demeurait camouflée sous un épais tas des feuilles mortes. Face à ce spectacle, les mirettes de Aria se sont écarquillées d’une stupeur qui l’avait pétrifiée sur place.
Oui, cette cavité au loin représentait ses pires craintes, cette réalité à laquelle elle refusait ardemment de croire et le trouble frappant son visage n’en était que plus grand, à l’image de cette main offusquée qui venait désormais couvrir la partie inférieure de son visage au teint basané.  

De son côté, le poursuivi a jeté un ultime coup d’œil aux alentours et sans attendre davantage, s’est enfoncé dans le passage souterrain qu’il venait de déployer.

La sœur aînée qui tant bien que mal se remettait de cette troublante découverte a patienté quelques minutes derrière son tronc d’arbre, et après avoir rassemblé tout son courage, elle s’est précipitée vers la trappe d’un pas décidé et déterminée à faire enfin face à son petit frère.
Face à elle, se tenait un puits profond et lugubre, d’où ressortait l’extrémité d’une échelle en acier, fixement soudée à la paroi rocheuse de l’ouverture.
Sans se poser pléthore de questions, Aria s’est agrippée aux montants, puis barreau après barreau, est prudemment descendue le long de l’étroite cloison cylindrique de la fosse.



Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Décembre 25, 2016, 07:10:34
Après avoir longuement été aux prises avec l’échelle du puits, la jeune femme est finalement parvenue à s’introduire dans le repère souterrain, le jardin secret que Ignacius semblait précautionneusement garder à l’abri des regards indiscrets.
A elle s’offrait désormais un long couloir étriqué, jalonné de chaque côté du sol par des spots encastrables arrondis, qui diffusaient une faible lumière verdâtre offrant au corridor un éclairage tamisé.
Dès l’instant où elle a posé le pied en ces lieux, l’aînée de Ignacius a senti comme une gêne, un genre de malaise qui se ressentait jusque dans l’atmosphère drastiquement alourdie.
Pour autant, Aria savait qu’elle ne pouvait guère faire demi-tour, pas maintenant, pas si près du but alors que les réponses à ses tourments se trouvaient à quelques mètres droit devant elle..
La jeune femme s’est alors aventurée dans la coursive, munie d’une détermination toujours aussi inébranlable.
A mesure qu’elle avançait, l’aînée constatait que l’air se réchauffait de manière exponentielle, au point que cette dernière éprouve de plus en plus de peine à respirer. En effet, elle ressentait jusqu’au plus profond de son être, une immense sensation de puissance émaner des entrailles du repère.

Malgré ces contretemps Aria est au final arrivée au bout du long couloir, où se tenait une large ouverture dans un mur de ferraille, qui donnait directement sur ce qui semblait être un escalier.
Au moment où elle est survenue en haut des marches, pour la jeune femme il n’y avait plus de doute possible, les rumeurs concernant les activités de son frère cadet étaient véridiques.
Oui, la salle qu’elle venait de découvrir avec effroi, arborait bel et bien de sérieux airs de laboratoire expérimental.
Outre le climat de mort qui y régnait, la pièce entière était à demie éclairée par ces mêmes lumières vertes et intrigantes qui tapissaient le couloir, et le chemin qui s’étalait au pied de l’escalier en acier, était jalonné par six capsules de stase. Certaines revêtaient un éclat rouge écarlate qui rendait toute visibilité impossible, tandis que d’autres voyaient leur vitre brisée et leur contenu répandu sur le sol.
Au centre de la salle se trouvait Ignacius, qui se tenait face à un septième module de stase. Ce dernier était différent des autres. En plus d’être plus imposant et dans un meilleur état, son éclairage était vert vif et d’épais tuyaux s’en échappaient pour venir se relier à un ordinateur central, sur lequel le génie travaillait activement.
A la vue de ce spectacle macabre, Aria est restée figée dans un long moment, sans savoir comment réagir. Après tout, c’est tout son mon monde qui s’écroulait, son cher petit frère qu’elle avait juré de protéger, avait finalement succombé au charme de la vengeance et face à cette évidence, des larmes se sont inconsciemment mises à couler le long de ses joues.
Cependant, la jeune femme qui n’était pas au bout de ses surprises, a vu sa stupeur se décupler, lorsqu’elle a remarqué ces sept pierres étincelantes encastrées dans des socles au pied de la capsule, qui par leur éblouissante émanation de lumière, semblaient l’alimenter en énergie.

Toujours obstinée à avoir des explications, Aria s’est empressée de sécher ses larmes d’un vif geste d’avant-bras, avant d’interpeler son cadet, d’un ton mêlant tristesse et incompréhension.
« - Ignacius !
Abasourdi à l’écoute de la voix de sa sœur, le jeune homme s’est brusquement interrompu, les yeux exorbité par l’étonnement. Mais c’est finalement muni d’un petit sourire en coin, qu’il s’est retourné pour faire face à sa sœur.
- Je vois… alors comme ça tu m’as suivi ?
La sœur aînée s’est hâtée de descendre les quelques marches qui les séparaient au pas de course, faisant par la même occasion trembler l’escalier en ferraille sous le poids de ses pas lourds et décidés. Lorsqu’elle est finalement parvenue devant son frère, elle s’est enfin justifiée avec toute la détermination qui l’animait.
- Je n’avais pas d’autre choix ! Les rumeurs qui circulent au village te concernant étaient bien trop graves pour que je ne me contente que de les écouter !
A l’écoute des motivations de la jeune femme, le sourire de Ignacius s’est élargie et le vice s’est progressivement emparée son visage à sa grande surprise.
- Et bien oui. Comme tu peux le constater, c’est bien en ces lieux que notre vengeance a pris racine.
- Mais enfin de quoi parles-tu ! A aussitôt répliqué Aria, rongée par l’incompréhension.
Sans se donner la peine de répondre, le jeune homme s’est lentement dirigé vers le module de stase au centre de la salle puis, s’est adressé à son interlocutrice, avec un sourire ravi.
- Regarde Aria, regarde. N’est-elle pas magnifique ?
Fort de ces quelques mots, ses yeux d’acajou se sont mis à scintiller d’une fierté presque palpable qui n’a d’ailleurs, pas tardé à mettre mal à aise son invitée surprise, qui le regardait d’œil légèrement dépassé.
- De.. de quoi s’agit ?
A l’écoute de cette interrogation, le génie a arboré un air des plus sournois, avant de fixer son aînée d’un regard vindicatif.
- De ma création, de l’aboutissement de mon projet, M.O.R.T.E.M.
Aria semblait totalement abasourdie. En plus d’être désarçonnée par cette attitude hostile qu’elle ne lui connaissait pas, chacune de ses révélations paraissaient être un nouveau coup de massue sur sa tête, qui avait déjà vu le ciel lui tombait dessus.
- M.O.R.T.E.M. ?
- Oui, » a poursuivi Ignacius dans sa lancée.
« L’artefact ultime qui va nous permettre d’éliminer tous les profanes qui ont osé lever la main sur nous luminosiens, le peuple béni par le Joyau divin !
Ces ingrats tentent de s’accaparer notre déesse qui leur a donné la vie et c’est inacceptable ! Il ne mérite pas de vivre dans cet univers qu’elle a jadis créé tu comprends ? »
Aria demeurait sans voix, le sang littéralement glacé devant la haine et le mépris qui se dégageaient de chacune des paroles de son cadet.
Face à l’absence de réponse de son aînée, le jeune homme a quant à lui d’abord freiné ses ardeurs.
« Peu importe, un jour tu comprendras mes motivations. »
Puis et reparti de plus belle, en fixant avec détermination la capsule de stase face à lui.
« Grâce à ma création, l’univers tout entier sera purifié et c’est par le biais de cette immense puissance qu’ils convoitent tant, que M.O.R.T.E.M., le bras armé de la justice luminosienne va venger notre planète pour tous ces millénaires de douleur et de tristesse !
Focalisée par cette dernière phrase que venait de prononcer Ignacius, Aria a porté un regard secoué sur les sept gemmes encastrées au pied de la capsule.
- Ces pierres… Ne me dis pas que…
- Oui tu as vu juste, » a sèchement coupé le génie.
« Il s’agit de fragments bruts du Joyau, que j’ai récupérés puis reconvertis en source d’énergie quasi illimitée pour mon arme suprême.
Outrée. Telle était la mine de la sœur aînée lorsque les terrifiants projets de son frère ont pénétré ses oreilles. Elle demeurait là le regard vide, totalement pétrifiée par la tournure inattendue que prenait cette confrontation.
Son cœur semblait souffrir davantage à chaque parole énoncée par son cadet, qui la frappait tels de violents coups de poignard. La pauvre, ses jambes qui tremblaient d’angoisse, peinaient à la maintenir debout..
Cependant même dans son piteux état, sa soif de réponses n’en tarissait point à l’instar de ses questions de plus en plus hésitantes.
- C’est impossible… comment as-tu pu accéder à l’endroit où a été scellé le Joyau divin ? Je.. je croyais que seuls les descendants du Grand Sage pouvaient s’y rendre..
Confronté à la naïveté apparente de Aria, Ignacius s’est soudain mis à esquisser un sourire narquois qui peu à peu, s’est converti en un rire fort et méprisant, guidé par ses épaules qui semblaient l’accompagner dans sa folie.
- Lors de l’une de mes nombreuses recherches, j’ai été amené à me rendre dans notre village natal. Là-bas, j’ai découvert dans notre maison d’enfance d’importantes informations écrites dans une langue ancienne et dissimulés dans un coffre au sous-sol. En les déchiffrant, j’ai rapidement compris que Père était en réalité l’un des descendants directs du Grand Sage ce qui implique, que tu as devant toi son seul et unique héritier restant.
Anéantie sous le poids des actes de son cadet, la jeune femme a fini par s’écrouler le regard hagard et les larmes au coin des yeux. Malgré toute sa tristesse qui ne cessait guère de grandir au fil de leur confrontation, Aria a quand même trouvé les ressources nécessaires pour poursuivre leur discussion.
- Mon pauvre petit frère qu’as donc tu fait ? Te rends-tu compte qu’en t’accaparant les fragments du Joyau divin, ce sont des planètes entières et des dizaines de milliards de vies que tu as condamnées à ne jamais voir le jour.. ? En faisant cela.. c’est l’ordre naturel de l’univers créé par notre déesse que tu as mis en péril…
- Et alors !? » a sèchement répliqué Ignacius en haussant violemment le ton.
« De toute manière comme les autres, ces êtres indignes auraient fini par se retourner contre nous et nous déclarer la guerre ! »
Le génie avait l’air littéralement submergé par la rancune et fixait son interlocutrice d’un regard si renfrogné, qu’il ne paraissait désormais plus faire de différence entre sa sœur et les belligérants qui avaient nourri sa colère durant toutes ses années.
Le jeune homme a cependant fini par se calmer, en posant un regard apaisé sur ce module de stase dont il était si fier.
« Non. J’ai jugé bon de tirer profit de cette opportunité qui s’offrait à moi, non à nous. Réfléchis, avec cette arme, la protectrice de Luminos, plus personne n’osera jamais s’attaquer à notre belle planète, saccager nos villes ou raser nos campagnes… non, plus jamais..
Après la tristesse, c’était maintenant au tour de la révolte de guider les mots de Aria qui visiblement contre les idéaux de son frère, a décidé de se relever stimulée par toute la détermination qui lui restait.
- Ignacius à force de te prendre pour un être divin, c’est notre Joyau que tu finiras par mettre en colère. J’ai fait il y a longtemps la promesse de te protéger et tant que je serai là, je t’empêcherai de sombrer dans les ténèbres que la vengeance t’a faite côtoyer toutes ces années, tu m’entends ?
Visiblement, le cadet n’avait que faire des menaces de sa sœur bien au contraire, son sourire conquérant ne faisait que s’élargir à mesure que son interlocutrice s’opposait à lui.
« Tu arrives trop tard. L’ange messager de mon courroux s’abattra sur les mondes inférieurs. Et cette nouvelle ère, débute MAINTENANT ! »
Sans perdre un instant, Ignacius a brusquement appuyé sur l’interrupteur rouge qui trônait au centre de son clavier. Les gemmes au pied de la capsule se sont soudainement illuminées d’un éclat éblouissant.
Seulement contre toute attente rien ne semblait s’être passé comme le génie l’avait prévu. En effet, une alarme a aussitôt retenti dans l’intégralité du laboratoire, suscitant l’incompréhension de ce dernier qui pour la première fois a affiché une mine dépassée et des traits plus juvéniles.
Face à la multiplication de messages d’erreur qui ornaient l’écran de son ordinateur et les spots verts qui viraient au rouge sang tout au long de la salle, Ignacius pris de panique, a tant bien que mal tenté de rétablir l’ordre dans son antre, notamment en clapotant activement sur son clavier.
Hélas, c’était désormais au tour de la vitre protégeant la capsule de stase, de se craqueler au grand dam du jeune homme qui fou d’ire, hurlait de rage et tapait violemment des poings sur son clavier. Quant à Aria, elle s’est contentée d’observer le spectacle sans réagir d’un air assez résigné, comme si elle assistait là à l’accomplissement de ses funestes prédictions.
Le laboratoire a ainsi fini par se faire engloutir par une explosion de lumière blanche qui rapidement, s’est propagée sur la planète toute entière.

Depuis ce triste jour Luminos a disparu de l’univers, laissant derrière elle le Joyau divin ainsi que les gemmes plus connues sous le nom d’émeraudes du Chaos. Sa disparition a marqué la fin de la guerre et servi de leçon aux autres planètes, qui ont depuis cessé de chercher à s’accaparer leur immense puissance.
Les pierres ont ainsi chaviré de longs siècles dans le vide polaire de l’espace jusqu’à un jour, atterrir sur la planète verte nommée Mobius.
La suite est telle que nous la connaissons aujourd’hui…
Quant à Aria et Ignacius, les artisans bien malgré eux de ce désastre, nul ne sait ce qu’il est advenu d’eux, ni de leur planète natale…
   
Chapitre 0 : La genèse   Fin


Chapitre suivant Le Fléau noir


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Décembre 26, 2016, 03:46:03
Alors pour pas perdre mon habitude, je commence par les fautes:
Lorsque visiteur a lentement
Malgré la chaleur étouffante que dégageait flammes
 va venger notre planète pour tous ces millénaires de douleur et de tristesse ! -> alors je ne suis pas sûr mais je crois qu'il y a un s à douleur et tristesse comme ce sont des adjectifs
au grand dam du jeune homme qui fou d’ire -> j'ai pas trop compris ce mot :/

Alors l'avis:

Je trouve qu'il y a un coté de l'histoire qui me rappelle pas mal les Métarex, avec Luke et Hearthia.
Pour le reste: je suis habituée à te lire donc comme d'hab je trouve que tu écris bien, que tu développe bien et que l'histoire débute bien! J'attends de voir qui seront les heureux protagonistes de ton histoire et ce que tu nous réserves :3
En espérant que d'autre fans de tes œuvres naissent en même temps que cette fic!

Bonnes fêtes de fin d'année!


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Décembre 28, 2016, 09:55:47
Pourtant tu peux être certaine ! Il y a bien un "s" ::):

Alors l'ire c'est un synonyme de la colère et concernant le côté Luke/Hearthia que peut prendre la fin du dossier 4, c'est possible bien qu'à aucun moment j'y ai pensé. Faut dire aussi que je ne peux pas le saquer ce Luke loool.
Plus sérieusement il faut dire que l'aspect vengeance/expériences et guerre est un procédé beaucoup utilisé dans les shōnen ou animations japonaises.
Orochimaru dans Naruto, ou Robotnik le grand père pour rester dans cet univers.
Disons que j'ai suivi la tendance  :;):

Sinon comme d'habitude, je te remercie pour toutes ces gentillesses et je te souhaite de bonnes fêtes  :;D:


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Janvier 01, 2017, 09:33:10
Gerald Robotnik avait tout à fait le droit de se venger! :;D:

Bonne année à toi du coup :)

Comme je le fais habituellement pour chacune de tes fics: je te demande l'autorisation de mettre au fur et à mesure tes chapitres sur un doc word pour les garder à usage personnel et privé pour lecture en offline (genre à disney)

Et merci pour l'infos! :;):
Je te laisse me répondre lorsque tu posteras la suite pour éviter un double post :p


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Janvier 20, 2017, 07:41:09
C'est vrai, mais peut-être que Ignacius aussi avait ses raisons de se venger de l'univers  ::):.

Merci, bonne année à toi aussi il n'est jamais trop tard pour la souhaiter  :;D:

Bien sûr, c'est avec plaisir et honneur que j'accepte  ::):.



Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Janvier 20, 2017, 07:47:07
Bon concernant l'Héritage du Chaos, je vous propose (enfin) la suite de l'histoire avec le chapitre 1 !
Enfin seulement la moitié histoire de vous montrer que je ne vous oublie pas et surtout histoire de faire un peu languir  ::D:
Allez, have a nice reading pour ceux qui liront  ::):


Chapitre 1 : Le Fléau noir (1/2)




          L’histoire d’aujourd’hui, ce déroule bel et bien à l’ère du hérisson bleu. Oui, cela faisait maintenant près d’un an que l’univers tout entier avait été sauvé des mains de Dark Oak, par le sacrifice courageux et indispensable de la jeune Cosmo. Un an que le jeune Christopher Thorndyke avait dû repartir dans l’urgence dans sa dimension, sans même daigné saluer une dernière fois ses amis, qui conservaient au travers de leur gorge, l’amer goût de son départ en catimini. Oui, une année entière que la vie routinière des mobiusiens avait repris son cours, alors que tous gardaient dans un coin reculé de leur esprit, les rencontres et les souvenirs inoubliables qu’ils avaient vécus durant leur voyage dans l’espace.

Tout allait donc pour le mieux dans cet univers désormais débarrassé des métarex ainsi que des émeraudes du chaos, disparues en même temps que le souverain métallique.
Le hérisson bleu fidèle à lui-même, passait ses journées à gambader le long de sa planète dont aucun des recoins ne lui était inconnu. Tails s’adonnait à ce qu’il aimait le plus, construire des machines toutes plus performantes les unes que les autres, dans le but d’améliorer son quotidien et celui de ses amis. Bien évidemment, il n’y avait pas un jour où le petit renard ne pensait pas à sa chère Cosmo, qu’il regrettait de ne pas avoir pu sauver.. Cependant comme il le lui avait promis, il restait fort et gardait une joie de vivre permanente, à l’image de ce sourire qui ne cessait de s’élargir au fil des jours.
L’inséparable trio Amy, Cream et Cheese, en plus d’être toujours aussi soudé, passait ses journées avec leurs amis et n’hésitaient pas à les aider du mieux qu'elles le pouvaient.
Du côté de Knuckles et de Rouge, ces deux-là passaient le plus clair de leur temps quand ce n'était pas à se chamailler pour la garde de l’Emeraude Mère fraichement reconstituée, à dénicher de nouveaux trésors aux quatre coins du globe.
L'ambiance à l’agence Chaotix était au beau fixe. Depuis que les mobiusiens avaient appris que les trois détectives faisaient partis des artisans qui ont veillé à la sauvegarde de l’univers, leur notoriété avait grimpé en flèche engendrant ainsi une avalanche de clients.
Pour ne rien changer à ses habitudes, le Docteur Robotnik continuait d’importuner les habitants de la planète avec des robots toujours plus grands et des projets à chaque fois plus mégalomaniaques que les précédents… Mais bon comme d’habitude, les choses ne se finissaient jamais comme il l’avait prévu, la faute au hérisson bleu et ses amis qu’il finissait par toujours croiser sur sa route.
Le roboticien qui regrettait l’absence du hérisson noir dans ses rangs, répétait sans cesse défaite après défaite que l’issue aurait été différente s’il avait pu compter sur le soutient de la création de son grand-père à ses côtés. En effet après l’intense combat dans l’espace, Shadow demeurait introuvable et personne pas même Rouge n’avait eu la moindre nouvelle de ce dernier..
Cela dit, ce genre de traits faisant partie intégrante du personnage, nul ne doutait du fait que comme d’habitude, il s’en était brillamment tiré.

Quoiqu’il en soit malgré la routine paisible de nos protagonistes et la paix dans laquelle semblait être plongée leur planète, l’univers n’en demeurait pas pour autant en sureté.
Oui, le cosmos était bel et bien en proie à une nouvelle menace qui peu à peu à peu, se répandait le long de sa vaste étendue.
En une année, ce mal avait déjà atteint bon nombre de planètes et de galaxies, ravageant absolument tout sur son passage, ne laissant derrière lui que terreur et destruction.
Le fléau noir… Tel était le surnom que lui avait donné le peu de survivants que sa folie meurtrière avait épargnée et qui s’était colporté de planètes en planètes telle une légende urbaine.
Ce dernier surgissait de manière aléatoire sans signe avant-coureur et en l’espace de quelques jours, changeait sa cible en un véritable champ de bataille au milieu duquel il régnait en maître. Les villes étaient saccagées et réduites à l’état de ruines embrasées, les océans taris et les campagnes littéralement dévastées. C’est simple, son passage était synonyme d’extinction de toute forme de vie peuplant une planète, ne laissant derrière lui que pléthores de paysages apocalyptiques, ornés de ciels parsemés d’éclairs foudroyants et de nuages noirs aux pluies diluviennes.
Le fléau noir… Nul ne savait s’il s’agissait d’un robot, d’un être vivant ou tout simplement d’une catastrophe naturelle provoquée par un courroux divin. En effet, la seule description qui ressortait de ses nombreux passages destructeurs, était l’image d’une ombre noire. En tout cas une chose demeurait des plus certaines, c’est que ce mal se propageait dans l’univers tout entier, sans que rien ni personne ne puisse être entre mesure d’interrompre sa dévastatrice progression.

C’est finalement sur Aurora que nous a conduit ce fléau. Cet astre était une planète prospère, dont le cœur avait miraculeusement été épargnée par la folie des métarex. Les hybrides qui y demeuraient vivaient en paix et en harmonie avec la nature luxuriante que leur offrait leur astre.
Les cités étaient pleines de vie et matin comme soir, le commerce y était florissant, notamment avec ces nombreux marchands dont les établis copieusement garnis, en jalonnaient les rues larges et animées.
Les champs étaient riches et les hybrides des campagnes travaillaient sans cesse leur terre par la sueur de leur front. Sincèrement, qu’il s’agisse du haut de la plus haute montagne ou du sable fin de ses plages littorales, les paysages de cette planète faisaient partis des plus beaux qu’il puisse être capable d’entrevoir au sein de l’univers tout entier. Mais Aurora était surtout connue pour son climat estival et son ciel continuellement orné de cette aurore boréale qui telle une couronne, encerclait le globe de par sa couleur arc-en-ciel.
C’est sur cette planète que vivait Gally, une chatte âgée de 12 ans. Ce jeune félin de nature réservée et au pelage d’une pureté immaculé, arborait de grands yeux couleur noisette. Elle vivait paisiblement dans le refuge d’une petite ville non loin de la campagne, avec une dizaine d’autres hybrides devenus orphelins.
A défaut de ne plus avoir d’attache familiale, sa présence en ces lieux s’expliquait surtout par sa profonde amnésie. En effet, Gally avait été retrouvée un an auparavant près du lit d’une rivière environnante, par le Doyen du refuge avec pour seul bagage, un sac à ficelle qu’elle conservait toujours auprès d’elle. La jeune chatte en plus d’être inconsciente et dans un bien triste état, n’avait plus le moindre souvenir de sa vie passée en tête…
Quoiqu’il en soit, cela ne l’empêchait pas de vivre heureuse au sein de sa nouvelle famille qu’elle chérissait plus que tout. Gally respirait la joie de vivre et apportait le bonheur et le rire autour d’elle, notamment par sa maladresse naïve qui l’amenait souvent à casser, rater, tout ce qu’elle touchait ou tout simplement, à se retrouver un peu trop facilement au sol.
Mais la jeune chatte faisait toujours de son mieux pour aider ses proches, malgré la réticence de ces derniers lorsqu’il s’agissait de lui confier une tâche avec des produits facilement cassables. Elle gardait néanmoins toujours ce sourire rayonnant et contagieux qui lui attirait la sympathie de chaque personne qui croisait sa route et pouvait constamment compter sur le soutien de sa nouvelle famille, notamment Eon, un jeune renard au pelage brun dont elle paraissait particulièrement proche. Il serait même exact de dire que la jeune chatte affectionnait tout particulièrement passer du temps avec le canidé au chapeau de paille et à la brindille plantée dans la bouche.
Quoiqu’il en soit, malgré son tempérament de casse-cou et son allure de cowboy tout droit sorti d’un vieux film de western, Eon n’en demeurait pas moins serviable et d’une grande générosité, qu’il appliquait ardemment en passant son temps à aider tous ceux qui avaient besoin et ce, partout où il allait. C’est d’ailleurs en partie ce qu’appréciait Gally chez lui, en plus de constamment la protéger et du tendre sourire qu’il lui portait.

C’est ainsi qu’une après-midi, les deux jeunes hybrides étaient partis se promener le long d’une rivière à quelques kilomètres du village.
Les bords étaient calmes et jalonnés par de nombreux arbres touffus et verdoyants. Le ciel était bleu d’azur et les nuages blancs, faisaient penser à de vastes morceaux de cotons dérivant lentement le long de leur route céleste. Seuls les chants harmonieux des oiseaux du haut de leurs branches ainsi que le ruissellement de l’eau claire et limpide, venaient perturber ce silence reposant. A la vue de ce paysage paisible, les yeux de la jeune chatte n'ont pas pu s’empêcher de scintillaient d’émerveillement, sous le regard ravi de son compagnon.

Les deux hybrides avaient choisi de s’arrêter au pied d’un grand arbre près de la rivière, pour s’adonner à ce que le canidé aimait le plus, la pêche.
Eon s’était ainsi assis au pied du végétal, le dos encastré sur son tronc et la tête, confortablement installée sur ses bras derrière laquelle il les avaient croisés. Ses jambes vêtues de bottes en cuir noirs, étaient paresseusement détendues sur l’herbe chaude et humide du rivage. Le pelage ocré qui teintait ses moustaches ainsi que l’intégralité de son torse, se laissaient aller au doux zéphyr qui soufflait près de la rivière, à l’image de ses deux mèches rebelles qui s’échappaient de son chapeau. Les rayons du soleil qui traversaient les branches feuillues de l’arbre, venaient chaleureusement lui frapper son visage calme et détendu. Sa canne à pêche plantée à sa droite, paraissait elle aussi se détendre dans l’eau calme de l’affluent.
Quant à Gally, bien loin de la douce oisiveté dans laquelle semblait s’être plongée son camarade, elle s’était contentée de s’assoir sur la rondelle encore enracinée d’un arbre, en veillant à ce que sa longue robe immaculée ne se salisse pas au contact du sol légèrement boueux. Elle fixait le flot de la rivière d’un air pensif, et ses jambes qu’elle balançaient inconsciemment, venaient percuter l’écorce du tronc par l’intermédiaire de ses sandales blanches.

Aussi détendu soit-il, c’est bel et bien le jeune renard qui a brisé la glace, en observant lui aussi le cours d’eau, d’un regard solennel et verdoyant.
« - Y a pas à dire, quand je regarde ce genre paysage je ne peux pas m’'empêcher de penser que notre planète est belle et prospère.
Surprise par la réflexion de son compagnon, Gally est brusquement sortie de ses pensées d’un sursaut, avant de lui répondre munie d’un sourire corroborant.
- Oui, tu as raison.
Fort de la réponse de sa camarade, Eon lui a adresser un regard empli d’une profonde tendresse.
- Tu sais, c’est ici que je suis né et que j’ai grandi, c’est pourquoi du plus profond de mon cœur je désire la protéger du Fléau noir. C’est pour ça que je m’entraîne dur jour et nuit depuis de longs mois. Je veux vous assurer le plus bel avenir possible à elle et… à toi.. »
A l’écoute des aveux de Eon, Gally n’a pas pu empêcher son visage de rougir et son regard, de timidement se détourner. Quant au canidé, conscient d’avoir fait étalage de son excès d’affection, a lui aussi arboré un teint rubicond, avant de discrètement abaisser son chapeau pour masquer les teintes rougeâtres que prenaient possession de ses joues.
Il s’est ensuite progressivement repris, puis en fixant le petit sac blanc à ficelle que la chatte conservait au pied de la rondelle, l’a interpelée d’un ton interrogatif.
« Depuis que le Doyen t’a retrouvée avec ce sac à dos pour seul bagage il y a près d’un an, tu le gardes constamment sur toi comme si ta vie en dépendait.
Face au constat véridique de son interlocuteur, la jeune chatte a esquissé un air pensif et nostalgique, qui venait ternir l’éclat béat de ses yeux.
Elle lui a néanmoins répondu avec douceur, en serrant fort son bagage contre son torse.
- Même s’il n’a aucune valeur, je ressens au plus profond de mon être que son contenu joue un rôle important dans ma vie passé tu comprends ?
Visiblement compréhensif, le jeune canidé a affiché un sourire compatissant, avant de se lever et de finalement rejoindre sa camarade qui semblait de plus en plus s’attrister.
Le jeune renard a alors délicatement déposé sa main sur l’épaule de sa camarade, et l’a rassurée du mieux qu’il pouvait, pourvu d’un sourire doux et réconfortant.
- Ne sois pas triste Gally. Je te promets qu’un jour tu retrouveras la mémoire et je vais tout faire pour t’apporter mon aide. »
Ces paroles accompagnés d’un pouce ferme et chaleureux, étaient bel et bien parvenues à redonner un sourire rayonnant à la jeune chatte. C’était comme si chacun des mots de Eon avait un effet apaisant sur elle, comme s’ils étaient le seul et unique remède à tous ces maux.
Le canidé qui n’en demeurait pas moins rongé par la curiosité, n’avait pu s’empêcher de montrer une indiscrétion presque gênante envers son interlocutrice.
« Au faite, ça t’ennuierait de montrer ce qu’il contient ? »
Souriante et ayant une confiance plus qu’absolue envers Eon, Gally a hoché la tête avant d’entrouvrir le sac sous le regard attentif de ce dernier.
C’est alors que sous les yeux du jeune renard, apparues entassées au fond du sac en tissu, sept pierres grisâtres et usées. En plus de leur aspect grossier, elle semblait avoir été effritées par le temps.
A leur vue, l’entrain de Eon est immédiatement redescendu pour laisser place à une déception que son visage à lui seul peinait à contenir.
« Eh beh ! Ils ont l’air d’être dans un sal état tes cailloux. De quoi s’agit-il à ton avis ?
- Je n’en ai pas la moindre idée malheureusement », a fini par souffler la jeune chatte d’un ton assez déçu.
« Parfois, je les regarde longuement et j’essaye de me remémorer certains détails de mon passé, en vain hélas… »
Alors que Eon s’apprêtait d’un air rassurant à réconforter une fois de plus Gally qui fixait ses pierres d’un œil distrait, les deux jeunes hybrides ont brusquement été interrompu par de puissants cris qui les interpellaient au loin.
« GALLY, EON ! C’EST TERRIBLE, C’EST TERRIBLE ! »
Abasourdis par les hurlements qui se rapprochaient de plus en plus, les deux camarades se sont orientés vers leur provenance.
Il s’agissait d’un hybride magenta à l’apparence canine. Ce dernier accourait vers Gally et Eon à une telle vitesse, que ses pauvres bottes grises se tâchaient de la boue du rivage au fil de sa course fulgurante.
Dès son arrivé face à ses semblables, le jeune chien essoufflé, s’est aussitôt écroulé les mains fermement posées sur ses genoux.
Gally en a alors profité pour copieusement tirer les ficelles de son sac qui s’est aussitôt clôturé, masquant ainsi son contenu.
Intrigué par l’étrange attitude du nouvel arrivant, Eon s’est empressé de le questionner, en l’observant reprendre son souffle d’une mine interloquée.
« - Mais enfin qu’est-ce qu’il se passe Jaegger ? Pourquoi diable hurles-tu comme ça ?
A peine la phrase du canidé terminée, Jaegger s’est brusquement redressé et d’un ton des plus paniqué, a informé ses camarades avec le peu de souffle qu’il avait récupéré.
- La ville… on est.. on est attaqué !
 


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Janvier 21, 2017, 09:11:34
Nous faire languir? Après un mois d'attente? ::o:

Pour le moment c'est un scénario basique, j'attends de voir la suite pour savoir comment Gally et Eon rencontreront Sonic & co :)

Les fautes:

Y a pas à dire, quand je regarde ce genre paysage je ne peux pas m’empêcher que notre planète ->manque un mot
Ces paroles accompagnés -> une parole donc un e :)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Février 05, 2017, 11:02:37
Un mois c'est beaucoup d'après toi ? Ou pas assez ? :???: :)
En tout cas j'ai rajouté la parole manqué de Eon, merci  :;):

Bon aller, bavardages à part, voici la seconde partie du premier chapitre. Have a nice reading again ::):





Chapitre 1 : Le Fléau noir (2/2)



- La ville… on est.. on est attaqué !
Lorsque ces quelques mots sont parvenus aux oreilles de Gally et Eon, les deux hybrides ont écarquillé les yeux d’une stupeur que leur visage pétrifié peinait à dissimuler. Et alors que le cœur de Eon, s’est mis à battre à une fréquence démesurée et animée par la colère, celui de Gally tout au contraire, semblait s’être figé par ce même effroi qui avait pris possession de son être tout entier.
- C’est le Fléau noir il n’y a aucun doute ! » A constaté Eon avec affolement.
Comme cela ne suffisait pas, le jeune renard a hargneusement tapé du poing contre l’écorce du grand arbre au pied duquel il était encore paisiblement installé quelques instants auparavant.
Lui qui d’ordinaire semblait si calme et si souriant, il affichait désormais une mine extrêmement renfrognée, une mine, rongée par cette ardente volonté de mettre un terme au danger qui menaçait sa planète natale.
« Eon… »
Peu habituée à voir son ami perdre autant son sang-froid, la jeune Gally paraissait triste et son sentiment d’impuissance ne cessait guère de croître proportionnellement à cette tension présente dans l’atmosphère.
Dans la continuité de sa colère apparente, le renard qui semblait hors de contrôle a fait usage du peu de lucidité qu’il lui restait pour faire entendre ses directives d’un ton ferme et d’un regard qui l’était tout autant.
- Jaegger tu viens avec moi et quant à toi Gally, tu restes ici à l’abri et tu ne bouges pas tant que je ne suis pas revenu te chercher d’accord !?
Même si le ton de son interlocuteur ne laissait place à aucune contestation, la chatte qui semblait néanmoins contre, ne s’est pas privée pour donner son avis, portée par une panique de plus en plus grandissante. La féline s’est alors emparée de la main du jeune renard, qu’elle a fermement empoignée autour des siennes.
- Eon non je t’en supplie n’y va pas, c’est dangereux.. Ne, ne me laisse pas seule…
Ce simple geste paraissait avoir suffi à Eon qui a vu sa colère et son animosité se convertir en cette tendresse avec laquelle il affectionnait regarder Gally.
Ce dernier a alors fini par délicatement poser sa main libre au-dessus de celles de sa camarade qui enveloppaient les siennes.
- Il le faut pourtant. J’ai fait cette promesse de protéger ma planète et je refuse de la laisser sombrer dans le chaos sans lever le petit doigt. »
A l’écoute de ces mots, la jeune chatte savait qu’il lui serait impossible de changer l’avis de son ami. Elle s’est ainsi contentée de baisser la tête en affichant un air attristé.
C’est alors contre toute attente, que Eon l’a soudainement enlacée à sa grande surprise.
La féline a cependant rapidement troqué son étonnement pour une mine apaisée, tout en se laissant entraver par la tendre étreinte de son camarade.
Le renard qui affichait un sourire serein, resserrait progressivement son enlacement sur une Gally qui ne cessait de se blottir contre le torse de son ami. A travers ce geste affectueux qu’aucun des deux acteurs ne paraissait vouloir interrompre, la chatte était littéralement transportée par cette aura chaleureuse que dégageait Eon. Par la fermeté de ses bras, le renard se voulait protecteur et par le sourire lumineux qu’il exhibait, Eon souhaitait plus que tout quitter sa protégée la conscience apaisée et de la voir aussi rayonnante qu’il l’avait toujours vue.
C’est ainsi en rompant délicatement son étreinte qu’il a fini par annoncer à sa camarade son ultime consigne d’un ton solennel et affectueux.
« Quoiqu’il arrive, n’oublie pas que je serai toujours là pour toi. »
Face à ces quelques paroles, la chatte aux yeux chatoyants et gorgés d’émotion, a hoché la tête et c’est ainsi qu’elle a laissé ses deux compagnons s’en aller au pas de course vers la ville.

Après que ses deux amis aient entièrement disparu à l’horizon, Gally était restée un long moment figée au pied de la rondelle enracinée. Son regard était vide et le vent qui s’était quelque peu rafraîchi, venait souffler sur sa mine distraite et perturbée.
En effet, même si Eon s’était vu des plus rassurants, la chatte ne pouvait guère s’empêcher de s’inquiéter pour lui et bien qu’elle essayait dur comme fer de se rassurer, de faire confiance à ces paroles sereines qu’il avait prononcées, la féline s’était rapidement vue prise d’une angoisse croissante, qui peu à peu guidait le moindre de ses gestes.
Plus les minutes s’écoulaient et plus son anxiété gagnait du terrain, à l’image de cette atmosphère aussi glaciale que les sueurs qui coulaient désormais le long de son front.
Désobéir ou bien attendre…
Impuissante face à ce cruel dilemme qui la rongeait du plus profond de son être, Gally avait bien malgré elle, fini par manifester d’importants signes de nervosité apparents, qui reflétaient de bien belle manière le conflit intérieur qu’elle menait rudement. Elle s’était alors mise à se ronger les doigts et à frénétiquement tourner autour du grand arbre, en changeant fréquemment de sens de rotation sans la moindre logique.
Quand son inquiétude a finalement atteint son paroxysme, la jeune féline a finalement craqué et s’est précipitée dans la direction de la ville, après avoir enfilé son sac à dos.

Sans le moindre répit, la jeune chatte courrait, courrait, sans prêter la moindre attention à ce qu’il l’entourait, elle courrait, guidée par sa détermination et son désespoir dans le but de retrouver Eon.
Elle qui était pourtant si précautionneuse à l’égard de sa robe immaculée, n’hésitait pas à piétiner lourdement les vastes flaques d’eau croupis qui se dressaient sur son chemin et qui venaient teindre le tissu de son vêtement.
Son souffle qui semblait tarir au fil de ses pas, ne l’empêchait guère de vaillamment poursuivre sa route, ni même de repousser toujours plus loin des limites qui n’avaient jamais été autant mises à rude épreuve.
Les paysages s’enchaînaient et progressivement, Gally quittait le milieu champêtre des marécages pour un décor plus citadin. Seulement malgré que rien ne paraissait pouvoir l’interrompre dans sa progression, la féline a néanmoins été forcée de ralentir sa cadence face à cette vue qui s’offrait elle.
En effet, le ciel s’était brusquement obscurci et les nuages menaçant qui le couvraient ne demandaient qu’à se délester de toutes les calamités qu’ils contenaient.
Aussi, la végétation autour d’elle agonisait et arborait des teintes grisâtres.
Face à ce climat de désolation qui se profilait à l’horizon, la jeune chatte a repris sa folle course de plus belle, cette fois animée par un tout autre sentiment, l’appréhension.

Lorsqu’elle est finalement parvenue aux portes de la ville, Gally s’est brusquement arrêtée et a écarquillé les yeux de stupeur la main, posée sur le dessus de sa bouche.
Oui, sous ses mirettes se tenait une cité littéralement en proie à un brasier dont les épaisses fumées vermillonnes se propageaient vers le ciel. La vie semblait avoir entièrement disparu et un silence de mort y régnait en maître, que seule la chute des bâtisses consumées par les flammes osait venir perturber.
Cette métropole reconnue pour ses commerces fleurissants et son animation permanente, voyait ses étalages renversés et ses magasins dévastés.
Face à ce spectacle et cette tension suffocante, le cœur de Gally s’est subitement mis à battre à foison et ses pensées se sont aussitôt orientées vers son refuge, qui se trouvait à quelques pas de sa position.
Les yeux gonflés de larmes, la chatte a alors repris sa chevauchée la boule au ventre, fermement décidée à sauver ce qu’elle avait de plus précieux. Hélas bien que nobles, ses intentions ont malheureusement été vaines car lorsque Gally est arrivée près de son foyer, il était déjà trop tard.
Rien. C’est exactement ce qu’il restait de son refuge, un néant que les intenses flammes se chargeait d’assurer en calcinant les quelques parois qui tenaient encore difficilement debout.

A la vue de cette scène irréaliste, les larmes que Gally peinaient à contenir, se sont vivement déversées le long de ses joues quant à ses jambes, elles se sont brusquement mises à trembloter, avant de finalement céder sous le poids de son corps.
Désormais isolée et les genoux à terre devant cette terrible réalité qui se dressait devant elle, la jeune chatte a fini par pousser un ahurissant cri qui à lui seul, illustrait toute la douleur et la tristesse que lui inspirait ce triste destin.

Et alors que la situation paraissait déjà avoir atteint son seuil critique, une silhouette noire s’est progressivement dessinée au milieu de l’incendie, sous le regard attentif de la féline.
Face à elle, les flammes qui semblaient la fuir se sont peu à peu dégagées, laissait ainsi à Gally le funeste privilège de voir le visage de son bourreau, le visage tant mystérieux de ce Fléau noir, que personne dans l’univers n’avait pu apercevoir sans ensuite sombrer dans les couloirs du trépas.
Ainsi apparu sous l’éclat flamboyant du brasier, l’image d’un hérisson noir aux traits rudes et renfrognés que la féline fixait avec une crainte palpable et un effroi sans équivoque.
Son regard aiguisé et cette aura meurtrière qu’il dégageait, avaient suffi à pétrifier la jeune chatte et à geler intégralement son sang dans ses veines, jusqu’au moindre millimètre cube.
Malgré la chaleur étouffante du feu, sa seule présence réussissait à exponentiellement faire chuter la température de l’atmosphère environnante.
Mais qui était-il ? Qui était ce hérisson noir aux cinq piquants qui se tenait droit face à sa vis-à-vis, muni d’une prestance toute aussi charismatique que son aura ?
Ce pourrait-il qu’il soit celui auquel tous pensent… ?
En tout cas, ses yeux froids et inexpressifs braqués sur Gally tels un révolver sur sa victime, ne paraissaient pas lui laisser la moindre chance d’échapper à la funeste fin qu’il lui réservait..


Chapitre 1 : Le Fléau noir   Fin


Chapitre suivant Le Fléau contre le vent noir


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Février 05, 2017, 06:25:26
Personnellement je trouve ça long mais poste selon ton temps d'écriture y'a pas de soucis :;):

Au vue du titre du second chapitre y'aura un combat avec Shadow, mais comme il ne doit pas être le seul hérisson noir de l'univers je suppose qu'il sera le vent noir et pas le fléau noir. Ou alors il sera même pas là. Ou alors j'ai pas compris et c'est le fléau noir mais wtf.
C'était un peu court et comme tu as nommés un de tes personnage Jaeger et qu'en plus tu mets un paysage de ruine: j'ai pensé à L'attaque des titans sur le coup, mais ça devait pas être volontaire.

Comme d'hab la liste des fautes, et comme d'hab j'attends impatiemment la suite :)

les deux hybrides ont écarquillé les yeux d’une stupeur que leur visage pétrifié peinait à dissimuler -> peinait à la troisieme personne et du coup un s à visage et leur :p
la chatte aux yeux chatoyant et gorgés d’émotion->Les yeux étant chatoyants il faut un s, pareil pour émotion
Elle s’était alors mise à se ronger doigts -> oublie de mot :p
qui se tenait droit face à sa vis-à-vis -> là aussi je crois qu'il y a une erreur quelque part


(Au fait j'ai le droit de savoir si y'a Manic dans l'histoire ou se serait un spoil/surprise? :::):)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Février 05, 2017, 07:57:15
Je suis désolé  :;D:
Je suis super occupé cette année scolaire je ne peux qu'écrire pendant les vacances ou quand on s'y approche grandement  ::-\: le reste du temps je mets en place le scénario.
Mais ça me fait plaisir de pouvoir publier la suite de l'histoire quand je le peux  ::D:

Je suis satisfait que tu te pose déjà des questions sur le Fléau noir, c'est le but  :;):
Le post était court mais c'est à cause du chapitre que j'ai coupé en deux  ::-\:

J'ai corrigé les 2 fautes majeures "les doigts" et "chatoyants", les autres sont en fait correctes. Pour "émotion" le "s" n'est pas une obligation et la dernière phrase était aussi correcte.
Mais il se peut que j'ai tort, je ne suis pas un érudit après tout  :;D: 

Pour l'anecdote sur l'Attaque des Titans, je n'y connais absolument rien mis à part le nom du héros, donc non je n'ai fait aucune corrélation avec ce manga là.

Le chapitre suivant sera normalement plus long que celui-ci, j'essayerai de le publier pendant mes vacances :).

Un grand merci à toi en tout cas  ::D:

PS : Manic ? Tu vas être déçue..


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Février 05, 2017, 08:57:46
Ok donc on se revoit dans un mois ou deux, d'ici là je me serais peut-être remise de cette révélation ::'(:
Bon courage pour l'écriture et tes études! ::D:


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Novarek le Février 05, 2017, 10:37:47
J'ai corrigé les 2 fautes majeures "les doigts" et "chatoyants", les autres sont en fait correctes. Pour "émotion" le "s" n'est pas une obligation et la dernière phrase était aussi correcte.
Mais il se peut que j'ai tort, je ne suis pas un érudit après tout  :;D: 


Mouai enfin... si je pouvais avoir ne serait-ce qu'un dixième de tes capacités orthographique, je serais un homme combler. :p


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Février 07, 2017, 11:22:28
Je suis en vacances Vendredi soir, alors ne t'inquiète pas, normalement en deux semaines j'aurai le temps de produire quelque chose :;):

Merci Novarek ça fait plaisir, mais disons que je suis un amoureux de la langue française  :;D:


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Février 12, 2017, 11:17:34
Je manque à tout mes devoirs ! Je te souhaite bon courage pour ton année scolaire Lirane. Je crois savoir qu'une importante échéance scolaire se rapproche dans quelques mois pour toi cette année.  ::):

Ceci étant dit, il est temps pour moi de publier la première partie du second chapitre. Je ferai en sorte qu'il ait trois parties (quatre du coup) celui là, parce qu'il est assez long.
Enfin... Have a nice reading as always. ::D:




 Chapitre 2 : Le Fléau contre le vent noir (1/6)




          Un hérisson sombre… telle était finalement l’apparence du Fléau noir, cette calamité qui telle une malédiction, s’apprêtait à s’abattre sur sa proie.
Seule face à son destin, la chatte abandonnait peu à peu la tristesse que lui suscitait les ruines embrasées de son ancien logis, au détriment d’une profonde terreur, qui ne cessait de croître à la vue de son assaillant au loin.
Sans davantage faire durer ce pesant suspens dans lequel était figée Gally, le hérisson noir s’est brusquement mis à se déplacer vers sa cible qu’il ne lâchait pas d’une semelle.
C’est ainsi avec effroi, que la jeune chatte a progressivement pu constater plus en détail, les traits de celui qui s’apprêtait à l’attaquer.
En effet, le hérisson arborait aux extrémités de ces cinq piquants relevés ainsi qu’aux coins de ses yeux, des rayures que la teinte carmine de l’incendie faisait flamboyer, à l’image de ces pupilles sombres rivées sur la jeune chatte. Seul le pelage jaune sombre de son abdomen et de ses bras, échappait à la dominante noire qui recouvrait l’intégralité de son corps. Quant à ses chaussures, celles-là même qui faisaient trembler le sol sous ses pieds à chacun de ses pas, elles étaient colorées d’un rouge vif et ornées d’un fermoir doré, en dessous duquel se tenait une lanière ceinturant de part et d’autre ses souliers. Ce ruban clair demeurait tout aussi immaculé que ses gants qui couvraient ses impitoyables poings serrés.
Sa marche était impérieuse et sa cadence conquérante. En tout cas, ces deux éléments combinés à cette pression de plus en plus oppressante qui planait dans l’atmosphère, inspirait à Gally la peur, au point qu’elle en vienne à trembler de tout son être telle une feuille au vent. Oui, rien ne paraissait pouvoir interrompre sa lente et intrigante avancée, pas même l’intensité du brasier dont les ardentes flammes s’écartaient lors de son passage.
Cependant, il semblait néanmoins exister une puissance plus grande que le feu lui-même, une force, qui brusquement était parvenue à enrayer la marche lente et robotisée du Fléau noir, à la surprise de Gally qui à sa vue à écarquiller les yeux de stupeur.
Cette puissance c’était la détermination, et c’est bel et bien Eon qui en a fait preuve, en attrapant fermement la cheville du hérisson et arrêtant ainsi sa progression.
Oui contre toute attente et malgré la situation des plus critiques, le renard qui rampait à même le sol, avait l’air d’avoir résisté à la menace universelle qu’était le Fléau noir, qu’il maintenait avec fermeté du bout de sa main droite.
« A… attends une minute toi.. Je… je suis très loin d’en avoir fini avec toi vermine ! »
Hélas, et ce malgré cette obstination plus qu’honorable, à l’image de sa voix affaiblie et de son visage profondément marqué par l’assaut du hérisson, Eon paraissait très mal en point. Il serait même beaucoup plus aisé d’affirmer qu’il était déjà trop tard pour lui, et la preuve était cette partie inférieure de son corps en proie aux flammes de l’incendie.
C’est alors entrelacée par ce désir sans borne de secourir son ami et cette frayeur qui la tenaillait, que la jeune chatte s’est difficilement relevée sans vraiment savoir quoi faire.
« - Non Eon…
A l’écoute des timides balbutiements de sa camarade, le canidé a usé des quelques ressources qu’il lui restait, pour afficher un sourire qui se voulait rassurant et adresser un message à la féline qu’il fixait avec douceur et sérénité.
- Ne t’inquiète pas pour moi Gally… Je t’en supplie, va-t’en…
- Non… »
Rien à faire. La chatte immaculée était comme tétanisée et les paroles de Eon aussi rassurantes étaient-elles, n’avaient guère réussi à la sortir de cette hésitation qui la tourmentait.
Hélas, c’est sans lui laisser la moindre minute de réflexion, que le hérisson jusque-là immobile, a enfin décidé d’agir et de se débarrasser de ce pénible fardeau qui avait osé l’entraver dans sa route.
C’est ainsi lorsque le Fléau noir a levé sa main, que les flammes autour de lui se sont intensifiées, épargnant par la même occasion à Gally le terrible spectacle qui s’offrait sous ses yeux humides et scintillants. Elle le savait, derrière cet épais rideau de feu, Eon lui montrait une dernière fois toute l’étendue de sa loyauté et de son affection pour elle.
C’était fini. L’assourdissant cri de désespoir de Gally n’y avait changé et aussitôt le brasier atténué et sa sinistre besogne accomplie, le hérisson s’est d’une puissante impulsion, brusquement propulsé vers la jeune chatte.
En effet, le Fléau noir semblait également doté d’une ahurissante vélocité que même le vent qui soufflait à contre sens n’avait guère eu le temps de suivre. Oui, en un éclair il s’était retrouvé face à la féline, qu’il fixait froidement de haut. Et avant même que son cerveau ait le temps de réaliser que la menace se trouvait à un décimètre d’elle, le Fléau noir lui a asséné un violent coup de poing dans l’abdomen.
Face à la virulente force de cette attaque, Gally n’a pas eu d’autre choix que de se soumettre sous un strident hurlement de douleur. Complètement assujettie par ce poing vivement enfoncé dans son ventre, la féline a senti comme ses entrailles se disloquer, en tout cas, ses grands yeux exorbités en disaient long sur le tourment qu’elle subissait. Il faut dire que l’impact a été tellement puissant, que même le sol en était venu à trembler sous sa violence.
A bout de forces, la féline a fini par lentement s’écrouler à terre, sous les yeux marbrés du hérisson qui suivait sa chute du regard sans la moindre émotion.
Seulement, il paraissait visiblement en falloir beaucoup plus à la chatte pour s’avouer vaincue, contre toute attente. Quoiqu’il en soit, bien qu’elle demeurait très loin d’être une combattante, Gally faisait quand même preuve d’une impressionnante résistance, assez, pour tenter de se relever la main fermement posée sur son abdomen endolori.
Mais à défaut de parvenir à se remettre debout, la féline n’a pas hésité à mettre son assaillant face à ses responsabilités, notamment en l’interrogeant sur les raisons de ses actes.
« - Pourquoi répands-tu le mal et la tristesse partout sur ton passage... ? Pourquoi… ?
- La mort.. est une issue inéluctable pour tous les pécheurs qui peuplent cet univers.
Telle était la réponse du hérisson noir, une réplique animée par des mots rude et un ton plein de conviction, dont la froideur ne laissait pas l’ombre d’une place au doute.
Son regard qui ne dégageait pas l’once d’une émotion ou d’un regret, dévisageait de toute part Gally et cette main ouverte qu’il venait de déployer juste sous le nez de cette dernière, s’apprêtait à abattre sa cruelle sentence.
Perturbée par les aveux incohérents que venaient de lui livrer son interlocuteur, la féline n’a bien évidemment pas pu s’empêcher de tenter d’assouvir sa soif de curiosité, en questionnant de nouveau son bourreau tant qu’il restait immobile.
- Les… les pécheurs ?
- Bientôt, le cosmos tout en entier en sera affranchi. »
Tel un robot déjà préprogrammé à répondre à la moindre interrogation, le hérisson a presqu’instantanément répliqué à sa future victime.
C’est alors que brusquement, la température environnante a drastiquement chuté et les flammes jusque-là des plus ardentes, ont subitement baissé en intensité. Pour ne rien arranger au dérèglement climatique, le vent s’était lui aussi levé, emportant avec lui les débris les plus légers qui venaient tournoyer autour des deux derniers survivants.
En effet, toute cette énergie que semblait céder l’environnement qui les entourait, paraissait dangereusement se concentrer dans le creux de sa main, celle-là même qui menaçait de plus en plus la jeune Gally avec cette lumière blanche et inquiétante qui peu à peu y irradiait.
Face à ce danger plus qu’imminent, la féline en larmes a fermement serré son sac en tissu contre sa poitrine. Ses yeux étaient clos et son corps tremblait de toute part d’une peur qui jusqu’au bout ne l’aura jamais pas quitté.
Dans un élan de désespoir, Gally qui percevait chaque seconde un peu plus cette étouffante chaleur émanant de la main du hérisson, a lancé de toutes ses forces, un puissant appel d’une voix ferme et convaincue.
« Eon je t’en supplie aide moi ! Donne-moi la force Eon je t’en conjure ! »
De ce hurlement qui sans grande surprise a dans un premier temps laissé le Fléau de marbre, s’est brusquement suivi un étrange phénomène qui pour la première fois, aura eu raison de l’impassibilité du hérisson noir.
En effet, les pierres que contenait le bagage de la féline paraissaient réagir à son appel de détresse. Ainsi, de son sac a soudainement émané un éclat immaculé sous le regard assez surpris de l’assaillant, dont l’assaut semblait s’être littéralement fait engloutir par le halo. Quant à Gally, cette dernière qui n’avait pas esquissé l’ombre d’un geste, n’avait pas l’air consciente de la tournure que prenait les évènements. Non, la jeune féline qui demeurait pétrifiée de peur, ne s’était pas encore rendue compte que ce sac qui l’accompagnait depuis les prémices de son amnésie, venait très certainement de lui faire échapper à un tragique destin, que le hérisson noir voyait peu à peu lui échapper des mains par le bais de cette éblouissante lumière blanche qui progressivement, a envahi l’ensemble du champ de bataille.


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Février 13, 2017, 08:58:12
Merci je te souhaite la même chose :) Je ne me souviens pas par contre si toi tu étais proche de la fin ou non :;D:

Place aux faute!
à la surprise de Gally qui à sa vue à écarquiller les yeux de stupeur. -> si c'est elle qui écarquille dans ce cas il faut mettre écarquillait :p

Dommage pour la mort de Eon, même si c'était un peu prévisible. T'avais annoncé que se serait sombre dès le début mais visiblement tu n'as pas fait le choix de décrire les morts de manière trop "violente".


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Février 14, 2017, 07:07:07
C'est normal que tu ne t'en souviennes pas, je ne te l'ai pas dit  ::): mais oui, celui-là il est derrière moi maintenant  :;D:

Pour la faute que tu as signalée, attention il y a le "à" juste avant le verbe écarquiller. Comme nous le savons tous, qui dit préposition (à,de) dit infinitif. Mais ça, tu le savais déjà je sais que je ne t'apprends rien  ::):

Ceci étant dit, place à la deuxième partie du chapitre 2, qui arrive plus tôt que prévu. Have a nice reading  :;D:




Chapitre 2 : Le Fléau contre le vent noir (2/6)




De l’autre côté de l’univers, à des années lumières du Fléau noir et de la désolation qu’il entraînait sur son passage, se trouvait une petite planète nommée Cascade. Cet astre qui venait à peine de retrouver son cœur, demeurait en pleine renaissance. En effet, Cascade était l’une de ces nombreuses planètes dont l’apparence et la vie avaient sévèrement été bouleversées durant la longue période de colonisation spatiale des métarex. En quelques années, ce monde autrefois pourtant si nanti, si prospère, dont la hauteur vertigineuse des gratte-ciels n’avait d’égale que la technologie futuriste qui se développait dans les laboratoires de pointe aux quatre coins de ces immenses mégalopoles surpeuplées de l’élite des hommes, s’était retrouvé réduit à l’état de vaste désert de roche, parcouru de part et d’autres par de violentes tempêtes de poussière qui n’avaient pas mis longtemps à faire fuir la quasi-totalité de ses habitants, tant la vie y était devenue précaire.
Cependant, depuis la chute de l’empire métarex et la reconquête de son noyau, Cascade s’offrait une seconde jeunesse et toute forme d’existence à commencer par la végétation, recommençait à s’étaler progressivement sur les larges étendues désertiques de la planète et ses habitants fraichement revenus, travaillaient d’arrache-pied à la sueur cristalline de leur front, pour rendre à leur astre sa beauté d’antan.
C’est aussi sur cette planète, qu’un hérisson noir semblait avoir élu domicile et c’est du haut de l’une de ses nombreuses falaises encore rongées par la sècheresse, qu’il contemplait d’un œil impassible la reconstruction de Cascade.
Face à lui encastré au bord de la falaise, se trouvait ce qui paraissait être le débris d’un appareil métallique, au pied duquel demeurait pléthore de roses bariolées qui s’étalaient à perte de vue. La présence de ses nombreuses fleurs, rendait le lieu davantage plus solennel et laissait penser que ce fragment pourtant à première vue sans grande valeur marchande, était pourvu d’une très grande valeur sentimentale.
L’endroit était en tout cas d’un calme apaisant, que seul le souffle du vent venait perturber. D’ailleurs, le visage inflexible et les cinq piquants dressés du hérisson noir, se laissaient forts volontiers caresser par cette douce brise qui gagnait lentement en fraîcheur.
A l’horizon, prenaient place les nombreux bâtiments en construction de ces néo-cités, surplombés par ce soleil couchant en arrière-plan, qui baignait la planète de sa chaleureuse lumière vermillonne, dont l’assurance faisait présager à Cascade des lendemains heureux.
Et alors que le silence ne pouvait guère être plus absolu, une voix est cependant venue en rompre l’équilibre, ainsi que celui du mammifère, dont le regard s’était légèrement renfrogné.
« Shadow ! »
La responsable de tout ce vacarme, n’était autre qu’une jeune fille qui se hâtait au pas de course pour rejoindre le hérisson au bord de la falaise.
Elle était plutôt grande et sa chevauchée rythmée dont chacun des pas étaient millimétrés, était digne d’une sportive de très haute halène.
Ses longs cheveux roux plaqués sur sa tête et coiffés en une queue de cheval haute maintenue par un anneau doré, étaient soumis au zéphyr que son accélération ne faisait qu’amplifier. L’adolescente portait une combinaison moulante assez sophistiquée, cousue en une pièce dans un tissu bleu marine en apparence résistante et renforcée par endroit par des coutures en cuir noir.
En dessous de sa tenue dont la fermeture demeurait entrouverte, la jeune femme affichait un débardeur blanc qui laissait légèrement entrevoir sa poitrine. La jeune fille disposait autour de sa taille d’une ceinture à boucle clip, sur laquelle venaient s’empaler plusieurs gadgets en tout genre, à commencer par ce petit pistolet laser sombre, encastré dans son étui rigide.
Pour venir compléter sa panoplie d’agent secret en herbe, la jeune rousse arborait des bottes en cuir à talons plats, d’un bleu légèrement plus clair que sa combinaison, mais parfaitement assortis à ses grands yeux azurés qui mettaient si bien en valeur son joli minois.

Lorsqu’elle est enfin arrivée au niveau du hérisson, la jeune humaine l’a aussitôt vivement relancé à peine son souffle retrouvé.
« Je savais que je te r’trouverai ici, encore une fois. »
Sa voix en plus d’être chaleureuse et amicale, paraissait déborder d’une énergie sans limite. 
En tout cas, Shadow qui n’avait pas daigné lui adresser l’ombre d’un regard depuis son arrivée, préférait de loin continuer de l’ignorer en fixant l’horizon marqué par un ciel de plus en plus étoilé.
Loin de la décourager, l’attitude snob et austère du hérisson qui en aurait fait fuir plus d’un, avait bien au contraire l’air d’attiser encore plus sa loquacité, comme si cette dernière prenait plaisir à monologuer sans aucun espoir de réponse.
« Dis quand j’y pense, c’est vrai que tu viens tous les soirs ici. A force, je vais finir par croire que tu as une préférence pour ma sœur alors que moi, tu m’as tous les jours à tes côtés. »
Piqué par une soudaine curiosité, Shadow a malgré lui fini par rentrer dans son jeu, en jetant un regard fureteur et renfrogné sur l’adolescente dont le sourire s’est immédiatement élargi.
« Laisse-moi te dire au cas où tu ne le saurais pas, que nous les femmes nous sommes très jalouses et très peu partageuses par-dessus le marché, tu comprends ça ou pas ? »
La jeune rousse avait accompagné sa déclaration d’un air taquin et visiblement, cette association avait marqué le point de non-retour pour Shadow, qui n’a pas attendu une seconde de plus pour quitter la falaise d’un pas lourd et plus qu’agacé par les multiples commentaires déplacés de la jeune fille.
C’est donc consciente d’avoir légèrement dépassé les bornes, que l’adolescente a troqué son sourire en coin pour une mine confuse, avant de tenter de calmer l’irritation de son interlocuteur.
« Allons, ne l’prend pas comme ça je plaisantais ! »
Hélas pour la jeune femme, le hérisson noir restait insensible à ses excuses et se contentait poursuivre son chemin, loin de la source de son irritation.
« Ce qu’il peut être susceptible ma parole… » a fini par souffler l’adolescente en hochant les épaules d’un geste plein de désinvolture.
En tout cas une chose est sûre, c’est que cette jeune fille ne manquait pas d’aplomb vis-à-vis du charismatique Shadow, que très peu de personnes dans l’univers n’avaient l’audace de titiller de la sorte.
Ainsi avant de rejoindre le hérisson noir, la jeune humaine s’est orientée vers le mémorial face auquel elle s’est poliment courbée, les bras bien alignés le long du corps. De ce geste déférent et de ce sourire affectueux qui ornait ses lèvres, la camarade du hérisson semblait éprouver un profond respect à l’égard de ce que représentait ce lieu, un respect que son regard scintillant de mille feux peinait à dissimuler.

De la falaise rocailleuse que Shadow venait de quitter, s’en suivait une vaste forêt de sapins. La végétation y était luxuriante et les conifères qui y résidaient pouvaient atteindre des hauteurs vertigineuses. En la contemplant, en humant à plein nez ce vent frais chargé de sapin qui s’en évadait, il était difficile de croire que cette planète ait un jour perdu son précieux cœur.

Lorsque le hérisson à regagner l’asphalte du parcours routier, la jeune femme à la traîne, s’est hâtée de rejoindre un véhicule à deux roues stationné à l’entrée de la falaise. Il s’agissait d’une petite moto sportive de couleur bleu ciel, dont l’aérodynamisme laissait présager une ahurissante vélocité.
L’adolescente a ainsi chevauché sa monture et enfilé le casque perché à l’extrémité du guidon, en suppliant Shadow de l’attendre.
Mais alors que la camarade du mammifère venait d’allumer le contact de son véhicule sous un bruit assourdissant, elle a soudainement été alertée par
une silhouette grossièrement allongée au pied d’un arbre sur le bas-côté, que ses éblouissants feux mettaient à nu.
Surprise, elle a brusquement ôté sa coiffure de protection, dans le but de fixer plus précautionneusement cette forme qui l’intriguait.
Quand les craintes de la jeune femme se sont confirmées après quelques secondes d’observation, elle a aussitôt interpelé son compagnon déjà près à se mettre en route.
« Non attends Shadow ! »
Etonné par le ton on ne peut plus solennel et peu coutumier de son interlocutrice, le hérisson a immédiatement interrompu son geste, avant de lui adresser un regard intéressé.
« Là-bas. »
Sans le faire davantage languir, l’adolescente a pointé un doigt ferme vers le tronc de l’arbre qui suscitait sa curiosité.
Shadow a alors suivi la direction indiquée par son index, avant d’écarquiller les yeux de stupeur.
En effet, au pied de ce sapin demeurait dans bien piteux état, Gally, qui par miracle semblait avoir définitivement échappé à son assaillant. Bien qu’elle était inconsciente, la féline tenait toujours aussi fermement contre sa poitrine ce sac à ficelle auquel elle tenait tant. Ses paupières cernées étaient encore marquées par une profonde tristesse, qui se manifestait au coin de ses yeux par le biais de ses quelques larmes sèches.

D’un regard déterminé et d’un hochement de la tête, le hérisson noir et l’adolescente se sont donc empressés de se rendre auprès de la blessée afin de la secourir le plus rapidement possible.




Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Février 15, 2017, 11:28:37
C'est vrai qu'elle arrive très vite cette suite je m'y attendais pas ::o:
Toutes mes excuses pour la faute dans ce cas, désolée j'ai mal lu x)

Bon courage pour cette nouvelle année, prend le temps de bien te reposer!

Alors déja tu m'as appris l'existence du mot "nanti" merci je connaissais pas x)

Et ensuite concernant "l'adolescente": je m'y attendais tellement à la revoir, pour le moment t'as pas cité son nom mais je sais qui sait! Je te l'avais dit y'a longtemps mais je le redis: j'ai vraiment l'impression que t'aimes beaucoup Molly et sa planète.
J'ai aussi adoré les deux premières phrases qu'elle jette à Shadow au début, omg x)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mars 07, 2017, 10:13:14
Oui la deuxième partie est arrivée tôt pour que la troisième arrive plus tard ::P:
Plus sérieusement, Lirane je ne t'ai pas oubliée ! Je t'offre même enfin la troisième partie mais je t'annonce avec un petit regret que j'en ferai finalement 4 pour ce chapitre, en te promettant que la dernière partie sera longue et passionnante (enfin ça je le promets moins  ::P:)

Oui bien sûr que tu sais de qui il s'agit :;): ! Et oui, c'est vrai que je l'aime beaucoup, pour moi sa mort en plus d'être incompréhensible et totalement débile pour le coup, a été une véritable déception ::'(:.

Enfin as always, I wish you a nice reading  :;D:





Chapitre 2 : Le Fléau contre le vent noir (3/6)




Sur Aurora, tout allait donc pour le pire. En effet, depuis que sa dernière survivante l’avait bien malgré elle laissée à l’abandon, la planète livrée à elle-même arborait désormais des allures de fin du monde, symbolisées par ces puissantes tornades qui ravageaient les campagnes, ces incendies infernaux qui consumaient les villes et ces vastes étendues désertiques qui venaient remplacer les rivières et les lacs. Le ciel était entièrement recouvert d’un épais manteau obscur, que d’innombrables éclairs venaient pourfendre pour venir s’abattre sur une terre déjà désolée.
Oui, cette planète comme toutes les autres avant elles, avaient fini par succomber au Fléau noir, ce hérisson dont les actes de destruction totale faisaient de lui la parfaite la personnification de l’apocalypse.
C’est d’ailleurs au sommet du plus haut bâtiment encore debout, que ce dernier contemplait son œuvre, d’un regard froid et sombre.
« Cette lumière… Il n’y a aucun doute il semblerait qu’après tout ce temps, je les ai enfin retrouvées. »
Le hérisson noir a fini par esquisser un léger sourire en coin qui à défaut d’approfondir le fond de sa pensée, en disait long sur la satisfaction que cette affirmation lui suscitait.


La noirceur silencieuse de la nuit avait progressivement cédé sa place aux apaisants piaillements des oiseaux et à cette douce lumière aurorale sur la planète Cascade qui doucement se réveillait.
Ainsi, Gally qui avait été secourue la veille au soir par Shadow et sa camarade, avait été ramenée d’urgence chez cette dernière qui l’avait confortablement installée sur son petit lit rectangulaire.
Oui, c’est bel et bien dans la chambre de l’adolescente que les trois protagonistes se trouvaient, si l’on en jugeait par la petite superficie de la pièce et sa décoration assez atypique, à l’image de ce papier d’un jaune peu commun qui tapissait chacun des murs.
Cependant, contrairement à une pièce à coucher lambda ornée par un agencement reflétant en tout point la personnalité de sa propriétaire, son aspect singulier se caractérisait surtout par un manque d’ornements.
En effet, la liste des meubles et autres fantaisies occupant la surface de la salle, ne se résumait qu’à une simple étagère en bois fixée sur l’un des murs à l’opposé de la porte et une table de nuit à l’ombre du lit, où demeurait un petit vase vert en céramique dans lequel baignait une magnifique tulipe jaune. Un cadre photo quadrangulaire venait accompagner le végétal sur la table, illustrant la compagnonne du hérisson noir, en compagnie d’une autre jeune femme qui en plus d’arborer un visage plus âgé, lui ressemblait à s’y méprendre. Quoiqu’il en soit, cette dernière était munie d’un doux sourire protecteur à l’égard de la camarade de Shadow, qu’elle tenait fermement dans ses bras et qu’elle fixait avec un regard scintillant de pureté et de bienveillance.
Pour en revenir à la chambre, il y avait aussi ce grand bureau en bois au pied du mur face au lit, où étaient disposés pléthores de gadgets et outils démembrés, baignant dans un pêle-mêle de pièces détachées dans lequel il semblait difficile de se retrouver.
En tout cas, la présence de tout ce matériel de combat dans sa chambre démontrait qu’elle paraissait passer le plus clair de son temps à s’expérimenter à la création de nouvelles armes ou ornements pour sa ceinture déjà bien garnie.

La jeune femme était ainsi assise sur une chaise en bois au plus près de son lit, à veiller sur la chatte encore profondément endormie. Shadow quant à lui fidèle à ses habitudes solitaires, se trouvait isolé face la petite fenêtre sans rideau à l’autre bout de la pièce, à contempler les bras croisés d’un regard pensif et renfrogné, le ciel tronquer son voile bleuté pour des lueurs matinales et orangées.
L’adolescente qui n’avait que très peu dormi, se contentait d’observer d’un œil paisible la féline qui montrait parfois des signes d’agitation dans son repos.
Bien qu’épuisée, sa curiosité elle semblait tout au contraire en plein éveil et la jeune femme s’est d’ailleurs empressée d’en étancher la soif en questionnant son camarade hérissé d’une voix inquisitrice.
« - Qui peut-elle bien être à ton avis ?
Sans se donner la peine de s’orienter vers son interlocutrice, le hérisson noir n'a pas mis longtemps avant de livrer son opinion d’un ton serein et définitif.
- Je l’ignore. En revanche, les sept pierres qu’elle transporte dans son sac ressemblent à s’y méprendre aux émeraudes du Chaos.
A l’écoute de la déclaration de Shadow, l’adolescente a progressivement affiché une mine plus intriguée, avant de lentement porter son regard azuré sur le bagage de Gally posé au pied du lit.
- Mais comment t’expliquerais qu’elle les ait toutes les sept en sa possession ?
Visiblement, le hérisson noir qui avait enfin daigné adresser un signe d’attention à la jeune femme, ne possédait guère la réponse à son interrogation du moins, si l’on en jugeait par ce long silence durant lequel il a dévisagé la féline.
- J’imagine qu’il faudra attendre son réveil pour en savoir davantage. »
Alors que l’adolescente venait d’acquiescer d’un signe de tête résolu, Gally de son côté s’était brusquement mise à gigoter, alertant ainsi sa bienfaitrice.
De profonds tourments à légères gesticulations, la chatte revenait peu à peu à ses esprits pour le plus grand bonheur de la propriétaire des lieux ainsi que de la curiosité de Shadow, dont l’attention était entièrement focalisée sur l’invitée qui sortait de son sommeil.
Gally a ainsi fini par lentement ouvrir les yeux avant de se redresser la main sur le front. Très vite, la féline a prononcé ses premiers mots d’une voix désarçonnée, tout en frottant mollement ses yeux.
« - Qu’est-ce qu’il s’est passé… Je…
Si la chatte n’arrivait pas totalement à se resituer, il ne lui a cependant pas fallu longtemps avant de se remémorer la scène où son ami Eon l’a tendrement serrée dans ses bras, avant de la quitter pour rejoindre la ville. A la mémoire de cette séquence, Gally a brusquement écarquillé les yeux de stupeur et d’un sursaut s’est aussitôt exclamée.
- Eon !
- Oh là oh là calme toi tout va bien.
D’un ton mêlant douceur et fermeté, l’adolescente a d’emblée tenté de calmer et rassurer son invitée, afin de tuer dans l’œuf une panique qui ne cessait de grandir sur le visage de la blessée.
Visiblement, l’initiative de la camarade de Shadow a eu l’effet escompté et c’est une désormais une Gally plus détendue qui s’est adressée à son interlocutrice en la dévisageant malgré elle.
- Qui… qui êtes-vous ? Où suis-je ?
Lorsque ces quelques mots ont pénétré ses oreilles, l’adolescente a esquissé un sourire rassurant et s’est emparée de la main de la chatte dont le regard s’est marqué de surprise.
- Je m’appelle Christy et tu es ici dans ma chambre, enfin, si on peut vraiment appeler ça une chambre.
D’un timbre légèrement moqueur, la jeune rousse n’a pas hésité à faire preuve d’autodérision dans le but précis de mettre le plus à l’aise possible Gally. Hélas, la détresse de la féline paraissait d’une profondeur telle que la petite plaisanterie de son hôtesse n’avait pas suffi à l’en extraire.
- Mais enfin, comment ai-je bien pu atterrir ici ? Je… euh… tout est flou…
La jeune chatte semblait vraiment égarée, à l’image de ses deux mains qui venaient encercler son front humide.
Face à l’angoisse montante de son interlocutrice, Christy n’a eu nul autre choix que de lui révéler toute la vérité, ce qu’elle s’est hâtée de faire après avoir évacué un profond soupir plein de résignation.
- Shadow et moi t’avons retrouvée inconsciente au pied d’un arbre dans la forêt et nous t’avons ramenée ici. Tu ne te souviens pas de ce qu’il t’est arrivé ?
- Ce qu’il m’est…
Perdue, Gally s’est contentée de fixer le creux de ses main d’un air hagard, sans vraiment prêter attention aux paroles de sa bienfaitrice dont le regard s’était attristé. En effet, mis à part le confus souvenir d’un Eon la laissant à l’orée du bois pour retourner défendre la ville, la mémoire de la chatte semblait avoir été altérée par son départ précipité de Aurora.
C’est alors que Shadow profitant de son profond mutisme, s’est lentement approché du lit et l’a alertée d’un ton froid et impatient.
- Moi ce qui m’intéresse réellement, c’est de savoir où tu as bien pu trouver les pierres que tu transportes dans ton bagage.
Lorsque le hérisson noir est arrivé à hauteur du lit, son regard et le sien se sont brusquement croisés et là à sa vue, la jeune chatte s’est littéralement tétanisée. Oui, la froideur et la rudesse qu’il dégageait, étaient les vannes qui ont soudainement ouvert le réservoir des souvenirs de Gally. Comme des images successives, absolument tous les souvenirs de sa ville en ruines ravagée par les flammes au sacrifice héroïque de Eon lui sont revenus en mémoire, en passant par le visage du Fléau noir qui comme Shadow, partageait aux yeux de la féline bien plus qu’une apparence physique.
Gally s’est alors mise à trembler et d’épaisses sueurs froides lui ont progressivement coulé le long de son front.
- C’est lui, c’est le Fléau noir !
Persuadée d’être une fois de plus aux prises avec son bourreau, la féline s’est recroquevillée sur elle-même à la grande surprise de Christy qui totalement perdue, a aussitôt fixé son camarade d’une mine dépassée afin de vérifier si ce dernier lui au moins, avait la moindre idée de quoi il pouvait bien retourner.
Hélas, l’inflexibilité du hérisson qui à défaut de chercher à comprendre l’origine de la psychose de Gally ne laissait rien paraître, n’a pas aidé l’adolescente à y voir plus clair. La jeune femme n’a alors pas eu d’autre choix que de solliciter elle-même son invitée en la secouant légèrement pour la rassurer, tout en faisant l’étalage de son habituelle insouciance.
- Allons du calme. Je ne sais pas qui est ce Fléau noir mais mon ami à moi s’appelle Shadow, et je peux t’assurer que tu n’as absolument rien à craindre de lui. Bon, même si j’avoue que quand on le voit pour la première fois, ses airs renfrognés peuvent quand même un peu effrayer.
Une fois de plus, il paraissait que les quelques mots prononcés par Christy avaient suffi à calmer la panique croissante de Gally, qui en confiance face à la jeune humaine avait fini par docilement hocher la tête.
- Voilà qui est mieux, » a ainsi lâché l’adolescente en encerclant la main de la blessée avec les siennes, tout en la fixant pourvue d’un doux sourire et d’un œil prévenant.
« Dis-moi, tu veux bien nous raconter ce qu’il t’est arrivé s’il te plaît ? »
Par ce ton protecteur et cette gestuelle débordante d’affection, Christy s’adressait à la chatte véritablement comme à une amie, voire une petite sœur dont elle semblait s’être prise d’affection.
Gally d’un nouvel acquiescement, n’a alors pas mis longtemps avant de raconter à son hôtesse ainsi qu’au hérisson qui l’écoutait précautionneusement, les péripéties qui l’avaient amenée à atterrir sur le planète Cascade. La féline a de ce fait entamé son récit avec la menace du Fléau noir, qui sévissait dans l’univers depuis plus d’un an en sélectionnant de manière aléatoire la première planète qui avait le malheur de se trouver sur son passage. Avec émotion, elle a détaillé sa rencontre avec le hérisson et le poignant sacrifice de son ami qui lui avait en quelque sorte, permis de fuir son bourreau.
Bien évidemment, Gally n’a durant son récit, pas pu s’empêcher de verser quelques larmes en souvenir des gens qu’elle aimait, et devant cette solitude qui paraissait l’accueillir à bras ouverts.
Cependant, Christy littéralement émue par l’histoire de la jeune amnésique, ne cessait guère de lui affirmer que désormais elle ne serait plus seule et qu’elle pourrait toujours compter sur sa présence.


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Mars 08, 2017, 08:27:53
J'étais sur le point d'aller faire mes fiches de révision quand je vois la suite, du coup tu es la cause de ma fainéantise se soir voila ::D:

illustrant la compagnonne du hérisson noir -> alors, j'ai vu sur wiktionaire (oui j'avais la flemme de sortir un vrai dico :;D:) que compagnonne fait référence à "un rude gaillard" mais au féminin, si c'est ce que tu voulais dire: alors j'ai rien à redire, mais je me demande dans ce cas pourquoi ajouter "hérisson noir" à coté car le fait qu'elle soit forte n'a rien à voir avec lui (ou je me goure encore)
Et si ce que tu voulais dire c'est "compagne" au féminin: bah c'est compagne :)

T'as vu je commence bien la soirée.

a eu l’effet escompté et c’est une désormais une Gally plus détendue -> répetition :p

Alors pas de soucis si le chapitre se divise en 4, dans les mois à venir je vais être pas mal occupé avec mes exams donc je serais moins occupé à te harceler pour la suite :) Mais comme d'hab je te répondrais dans les 48h après un chap :;):

Du coup pour en revenir à ce bout de chap: c'était plus de la description de personnage, en détaillant l'origine de Christy, comment elle se comporte tout ça... Donc ça fait une bonne introduction, sans compter que on se demande ce que peut bien faire deux personnes à l'exact opposé ensemble.
(ah et gg le fléau noir qui a rasé la planète en moins d'une heure à peine et a réussi à créer des tornades comme ça. Du coup le fléau noir ne peut être qu'une seule personne: le maire dans Simcity!)
Et de ce que j'ai compris c'est pas les 7 émeraudes que Gally a, donc j'attends de voir ce que tu vas inventer :)

Vala bon courage pour la suite et pour tes exams si t'en a dans les semaines à venir, repose toi bien :;):


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mars 08, 2017, 09:23:59
Waouh, ou l'art de one shoot en un commentaire  ::o:.

Lirane 1 - Shadow76 0 (Et encore je suis gentil avec moi-même)

Primo je suis désolé pour tes fiches mais heureux si tu as pu te détendre ce serait déjà ça  :;):
Deuxio pour compagnonne je plaide coupable j'avoue que je ne savais même pas, je ne voulais pas mettre compagne parce que je trouvais que ça faisait trop intime, alors comme je savais que compagnonne existait je me suis pas pris la tête, mais merci pour l'info  ::P:


Pour la phrase avec escompté je plaide coupable aussi :;D:
Si tu étais une prof, je redouterais plus que tout que ma copie tombe entre tes mains  :;D:

Ne te moque pas de la puissance du Fléau noir parce qu'il se pourrait bien qu'il soit comment dirais-je… légèrement cheaté  ::D:

Concernant la partie trois dans le fond, je suis ravi qu'elle t'ait plu et tu auras pour sur, les réponses à tes questions à la partie 4.

D'ici là, prends soin de toi et je compte sur toi en mai pour ne pas me faire culpabiliser d'avoir publié la partie 3 hier soir  ::P:


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Mars 09, 2017, 06:51:32
Waouh, ou l'art de one shoot en un commentaire  ::o:.

Lirane 1 - Shadow76 0 (Et encore je suis gentil avec moi-même)


Non Shadow ne meurt pas, déjà que j'ai du vivre sans la fin d'une fic, je ne veux pas vivre avec deux fics inachevées ::'(:

Plus sérieusement: pas de soucis pour mes fiches, si j'ai mon diplôme sans j'aurais réussi cet exploit grâce à toi :8):

Pour compagne pas de soucis, perso je n'y ai pas vu de truc "intime" étant donné qu'ils ont l'air quand même assez distant :)

Disons que quand je te lis j'active pas de radar anti faute: je me contente de te dire celles que je vois et qui me font "tic" à la lecture x) Mais tu t'en sors bien honnêtement: ne t'inquiète pas pour ça :)

Je l'aurais mon diplôme ne t'en fais pas! Bon courage à toi!


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mars 18, 2017, 11:45:57
Non ne t'inquiète pas, cette fin là tu l'auras.
D'ailleurs, devine qui vient de changer le nombre de parties du chapitre ? C'est bibi !
1000 excuses mais en réalité je ne me rendais pas compte à quel point il pouvait être long. Du coup, je le promets sur mon honneur d'écrivain en herbe qu'il n'y aura pas plus de 5 parties dans ce chapitre !
Cette 4e partie que je vais t'offrir est du même acabit que la précédente et je ne sais pas si tu auras de nouvelles réponses, mais elle me paraît quand même essentielle.

Oh et merci pour le compliment tant que j'y suis :;):

Je suis persuadé que tu l'auras oui !
D'ici là, have a nice reading my favorite reader  :;D:




Chapitre 2 : Le Fléau contre le vent noir (4/6)




Au vu de la mine calme qu’elle arborait au fil de son discours, la féline ne semblait pas indifférente à l’attitude protectrice de Christy dont elle paraissait avoir grand besoin après tous ces rebondissements qu’ils lui avaient tant coûté.
Ainsi, après le temps du récit est venu le temps de la réflexion et des premières hypothèses, sous la houlette d’un silence tant long que pesant.
L’adolescente a d’ailleurs été la première à le briser, l’air indécis en fixant la moquette immaculée de sa chambre d’un regard vide et la main frottant le dessus de son menton.
« - Le Fléau noir, le Fléau noir… Franchement ce nom ne me dit absolument rien.
Aussitôt son constat fait, Christy s’est orientée vers son camarade afin de l’interroger d’un ton plein d’espoir.
« Et toi Shadow ? »
Hélas, le hérisson qui s’est contenté de hocher la tête de gauche à droite, mettait brutalement fin aux espoirs de la jeune femme qui a finalement arboré une mine déçue. Christy s’est pourtant bien vite remise de sa déception et d’un air plein d’indiscrétion, l’adolescente a de nouveau sollicité la jeune chatte.
« Au fait dis-moi, les pierres que tu as dans ton sac, est-ce qu’il s’agit bien les émeraudes du chaos ?
Surprise par la déclaration de son interlocutrice, Gally l’a dans un premier temps fixée d’une mine perplexe, qui donnait de loin l’impression qu’elle ignorait de quoi parlait la jeune femme. C’est lorsqu’elle a brusquement écarquillé les yeux que la blessée paraissait enfin s’être remise et que d’un visage paniqué elle s’est écriée.
« Mon sac où est mon sac !?
Voyant la confusion grandir chez son invitée qui en est venue à frénétiquement scruter tous les recoins de la chambre, l’adolescente a ramassé le petit sac en tissu posé au pied du lit et le lui a tendu munie d’un sourire rassurant et de cette légère pointe d’humour qui la caractérisait.
- Tu ne serais pas un peu cardiaque toi des fois, tiens le voilà ton sac. »
A la vue de son bagage, les yeux de la féline ont scintillé de soulagement. Sans attendre, elle s’est emparée de son bien et la fermement serré contre sa poitrine sous le regard d’une Christy des plus attendries.
Alors que la chatte profitait de ses retrouvailles avec son seul et unique souvenir qui la liait à sa vie antérieure, elle a contre toute attente été alertée par un intriguant phénomène. En effet, les pierres se sont soudainement mises à scintiller de mille feux dans le sac de la féline, dont le fin tissu peinait à en contenir les radiations lumineuses. Si l’adolescente et son invitée semblaient émerveillées par cet éblouissant halo versicolore qui avait brusquement envahi la pièce, le hérisson noir dont le regard affuté laissait paraître un sentiment de déjà vu, s’est quant à lui de nouveau rapproché du lit mais cette fois-ci, d’un pas beaucoup plus concerné.
« Il n’y a aucun doute, ces sont bien les sept émeraudes du Chaos. »
Par cette déclaration lancée d’un ton sans équivoque, Shadow mettait fin à ce long suspens qui l’avait lui et Christy, maintenus en haleine toute la nuit durant. Ce constat, la féline n’avait pourtant pas l’air d’en être pleinement convaincue, pour preuve, cet air abasourdi doublé de ces quelques mots prononcés d’une voix qui l’était tout autant.
« - C’est impossible ! Vous parlez des vraies émeraudes du Chaos ?
Pour corroborer et ainsi mettre fin aux doutes de la féline, l’adolescente s’est contentée de copieusement hocher la tête. Stupéfaite, Gally qui fixait les émeraudes d’un œil ébahi, paraissait encore assez loin d’être pleinement convaincue par son hôtesse malgré qu’avant elle, l’affirmation de Shadow suffisait à démonter tout signe de scepticisme.
« Je croyais qu’il ne s’agissait que d’une vieille légende racontée sur ma planète.
- Détrompe-toi. Les émeraudes du Chaos ne sont pas un mythe que l’on raconte comme une histoire fantastique autour d’un feu de bois, mais bel et bien de joyaux aux pouvoirs infinis.
A la surprise de Christy, la féline a fini par esquisser un léger sourire apaisé. Oui, pour la première fois depuis son arrivée fortuite sur la planète Cascade, un profond sentiment d’espoir illuminait son visage marqué par la tristesse. Aussi, Gally piquée par un soudain enthousiasme, n’a pas pu s’empêcher d’extérioriser ses pensées en lançant une réflexion qui va susciter l’intérêt de son interlocutrice.
- Si elles existent… ça voudrait dire qu’eux aussi forcément !
- Eux ?
En plus d’acquiescer d’un frénétique signe de la tête, la féline a aussitôt poursuivi ses déductions, munie d’une ardeur presque palpable.
- Oui. La légende dit que deux héros seraient capables de puiser dans leur immense pouvoir pour réaliser un miracle.
A l’écoute des propos de son invitée, Christy s’est vue envahir d’un intense sentiment de fierté. En tout cas, les quelques mots avec lesquels elle avait répondu Gally doublé de cet aplomb à la limite de lui faire bomber le torse, illustraient bel et bien un soupçon d’orgueil.
- Tu ne crois pas si bien dire ma chère, d’ailleurs, Shadow est l’un des…
- Ça suffit.
D’un ton sec et expéditif, le hérisson noir venait de couper l’herbe sous le pied de sa camarade, qui aussitôt l’a fixé d’un œil surpris. Oui, Shadow qui demeurait les bras croisés face à la fenêtre du fond, adressait un regard menaçant à Christy. En effet, ce dernier en plus d’être extrêmement renfrogné, n’a pas mis longtemps avant de faire perdre son aise à l’adolescente qui a fini par progressivement détourner son regard. Totalement résignée, la jeune femme a fini par se faire une raison et en hochant les épaules d’un geste plein de désinvolture, a verbalement abdiqué.
- Très bien comme tu voudras. »
Loin de la mise en garde du hérisson, la féline a poursuivi son discours en observant toujours aussi admirativement les pierres que contenait son bagage.
« - D’après ce que l’on raconte, l’un d’entre eux s’appellerait Sonic et habiterait sur une planète Mobius.
Visiblement très concernée par l’histoire de la féline, Christy n’a pas mis longtemps avant de découvrir ce qu’elle avait derrière la tête. C’est donc d’une voix sereine qu’elle lui a finalement fait part de sa déduction.
- Si je comprends bien, tu voudrais retrouver ce Sonic.
Presqu’instantanément, Gally a hoché la tête pour confirmer les spéculations de son hôtesse, avant de poursuivre.
-S’il réalise véritablement des miracles comme la légende le sous-entend, si je lui apporte ces émeraudes il devrait être capable de m’aider à débarrasser l’univers du Fléau noir. Telle une lubie soudaine, la féline qui jusque-là laissait entrevoir une profonde terreur à l’égard de son bourreau, semblait désormais investie par une toute nouvelle mission, l’élimination totale de ce dernier. Quoiqu’il en soit, son regard était animé par une flamme ardente dont l’intensité venait balayer toute hésitation de son visage. De son côté, Christy paraissait plus que captivée par l’état d’esprit qu’affichait son interlocutrice, si l’on en jugeait par ce sourire ravi qui peu à peu se dessinait sur ces lèvres, et bien qu’elle ne connaisse pas les réelles motivations de son invitée, elle paraissait ressentir le besoin de l’aider à accomplir sa quête.
- Très bien, je t’y emmènerai moi.
Tel un coup de tonnerre rugissant dans les entrailles de l’atmosphère, la déclaration de l’adolescente a surpris tout son monde à commencer par le hérisson noir qui à son écoute lui a adressé un regard quelque peu étonné. Christy qui arborait un sourire confiant et un air des plus déterminés, n’avait dans ses mots pas laissé l’once d’un doute s’échapper. Cet excès d’assurance n’a d’ailleurs pas mis longtemps avant d’interpeler la jeune féline, qui a d’abord cru rêver au point de verbalement s’assurer des propos de son interlocutrice d’un ton assez hésitant.
- V… vraiment ?
D’un simple hochement de tête, l’adolescente mettait fin à tout suspens, marquant ainsi par la même occasion le début de l’intrigue du hérisson dont le regard renfrogné ne cessait de se resserrer autour de sa camarade. 
- Bien sûr que oui pardi ! Et je suis certaine que Shadow se fera un plaisir de nous accompagner. Pas vrai Shadow ?
Muet, le hérisson noir a fini par se diriger vers la porte de sortie la chambre et sans se donner la peine de montrer le moindre signe d’attention à son interlocutrice, est passé devant le lit d’un pas lourd. C’est uniquement lorsqu’il est arrivé au seuil du battant, que Shadow a enfin livré son opinion sur un plateau de marbre sans même se retourner.
- Cette histoire ne me concerne pas. D’ailleurs, je te déconseille fortement de te mêler de ses affaires car si le danger existe vraiment comme elle semble le laisser croire, à force de jouer les héroïnes ta vie ne sera pas plus longue que la sienne. »
Aussitôt son dernier mot prononcé, le hérisson noir a quitté la pièce en refermant le battant derrière lui, sans même attendre l’once d’une réplique de son interlocutrice.
De toutes les façons, Gally qui fixait l’adolescente a bien remarqué que cette dernière semblait bien trop sonnée pour pouvoir rétorquer. En effet, depuis cette mise en garde de Shadow la jeune femme avait perdu son sourire joyeux et insouciant, pour laisser place à une mine plus mature, une mine, qui mêlait tristesse et amertume. Elle avait la tête baissée et ses poings s’étaient progressivement resserrés. Oui, pour la première fois, la jeune femme montrait des signes de fragilité, elle qui pourtant paraissait d’une jovialité à toute épreuve. Il faut dire aussi que cette ultime déclaration de Shadow avait jeté comme un froid dans la chambre où demeurait désormais un pesant silence.
Gênée, la féline un peu confuse a d’abord laissé Christy ruminer de longues secondes durant. Elle a néanmoins tenu à se rassurer sur l’état de son hôtesse, notamment en posant affectueusement sa main sur son épaule.
« - Est-ce que tout va bien ?
Au son de la voix de la jeune chatte, doublé de cette pression au-dessus de son épaule, l’adolescente a légèrement sursauté, comme si elle venait brusquement revenir à la réalité. Le premier regard qu’elle a adressé à son interlocutrice était rongé par un embarras qu’elle s’est rapidement chargée de convertir en un sourire retrouvé.
- Ça va ce n’est rien, partons maintenant si tu es prête. »
Visiblement ravie de voir son hôtesse retrouver ses esprits, Gally lui a aussitôt rendu un sourire plus mesuré.
C’est ainsi suite à cet échange, que les deux jeunes aventurières ont quitté la maison de Christy pour entreprendre leur voyage vers Mobius.
D’ailleurs d’un point de vue extérieur, l’habitation de l’adolescente ressemblait plus à un chalet de montagne qu’à une simple maison à proprement parlé. En effet, elle était bâtie d’un bois massif assemblé en
pléthores de lattes formant ses imposantes cloisons. Son toit à deux pans était consolidé par des briques d’argile dont la couleur écarlate se mariait parfaitement avec la teinte caramel du bois. Ce qui restait le plus frappant, restait l’absence totale de vis-à-vis à des kilomètres à la ronde. Oui, la jeune femme semblait littéralement seule au monde, avec pour seuls voisins, ces hautes montagnes touffues d’une végétation luxuriante, derrière lesquelles le soleil se levait progressivement éclairant de sa lueur vermillonne, la vallée parsemée de ces forêts de pins qui s’étendaient à l’horizon. En d’autres termes, il s’agissait là d’un véritable petit coin de paradis, sur une planète qui il y a peu, n’était qu’une vaste étendue désertique.
Gally et Christy avaient quitté la demeure par une porte vitrée qui aboutissait sur une très large terrasse boisée. Le vent y était frais et venait délicatement caresser le visage des deux protagonistes qui paraissaient agréablement s’en laisser aller. Le chant des premiers oiseaux résonnait au creux de leurs oreilles et l’air était chargé d’une forte odeur de pin.
Au sein de cette plateforme, se situait la moto de l’adolescente, garée près de ce qui semblait être un planeur. Ce dernier était doté d’une forme longiligne et était principalement peint d’un blanc immaculé, tandis que les extrémités de ses deux grandes ailes étaient bleues. Son aspect futuriste et les deux canons qu’il disposait à l’avant, laissaient présager que cet appareil était avant tout destiné au combat. Cela dit, ça n’a pas empêché Christy de gravir marche après marche l’escabeau au pied du jet et de s’installer à la place du pilote, derrière laquelle se trouvait la seule et unique place que la féline s’est empressée de gagner.
Sans attendre davantage, l’adolescente a fait décoller l’appareil en appuyant sur l’une des nombreuses touches du tableau de bord face à elle. C’est ainsi que progressivement, le planeur s’est élevé dans les airs et a quitté le périmètre du chalet d’une puissante impulsion que la féline a brusquement subie en se voyant littéralement plaquer sur son siège.


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Mars 19, 2017, 06:39:22
Lirane décide d'aller faire ses fiches, un Shadow 76 sauvage apparait, il utilise "suite de la fic" C'est super efficace, Lirane est entravé et ne peux pas fuir.

J'ai trouvé comment te faire apparaitre! ::D:
Si y'a du contenu à lire je vais pas me plaindre :p Au moins maintenant je suis sûr qu'il n'y en aura pas plus.

après tous ces rebondissements qu’ils lui avaient tant coûté -> alors je crois que c'est qui à la place de qu'ils
est-ce qu’il s’agit bien les émeraudes du chaos ? -> des émeraudes
En tout cas, les quelques mots avec lesquels elle avait répondu Gally doublé de cet aplomb à la limite de lui faire bomber le torse -> y'a un truc bizarre avec cette phrase mais je ne saurais dire quoi
-S’il réalise véritablement des miracles comme la légende le sous-entend, si je lui apporte ces émeraudes il devrait être capable de m’aider à débarrasser l’univers du Fléau noir. Telle une lubie soudaine, la féline qui jusque-là laissait entrevoir -> tu as oublié le saut à la ligne
d’un bois massif assemblé en
pléthores -> là tu as sauté sans raison
 restait l’absence totale de vis-à-vis à des kilomètres à la ronde -> vie à la place de vis-à-vis

Vala alors, là y'a énormément de description dont certains moment où j'aurais vu un peu plus de . ou de ,
J'avais aussi l'impression que tu avais répété beaucoup "en effet", j'en ai compté que 4 finalement.

Pour l'histoire en elle même je suis sûr que Shadow viendra les rejoindre, sinon ce sera pas drôle et y'aurait pas de combat contre le fléau noir :;D:

Ah tien nouvelle question: y'aura des histoires d'amour? <3 Si on oublie le Gally-Eon qui a fini en poussière à cause du Fléau noir :::):

Vala, un commentaire soft mais beaucoup d'encouragement!
Allez bon courage pour la suite, tu peux le faire! Et bon courage pour les cours aussi :)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mars 26, 2017, 06:43:36
Encore désolé pour tes fiches (décidemment  ::D:)

Je le suis encore plus pour ce nouveau changement de nombre de parties du chapitre 2  ::-\:
Je sais, j'avais promis sur mon honneur d'écrivain en herbe, mais que vaut-il à côté de la volonté de faire plaisir à sa lectrice préférée hein ?  :;D:

Pendant que j'y suis, désolé pour les sauts de lignes, j'avais justifié le texte pensant que ça le ferait aussi sur le forum mais ça a été un véritable fiasco comme t'as pu le constater  ::-\:

Concernant les histoires d'amour, non il n'y en aura pas. Je tiens à garder l'esprit Sonic X qu'ont pu développer les personnages surtout celui de Shadow qui était vraiment badass de malade mental !  :;D:
Ca m'embêterait de le dénaturer comme l'ont fait certaines fics que j'ai pues lire, je ne dis pas que ce n'est pas bien, mais tout simplement pas mon genre  ::D:


Aller, have a nice reading  :;):





Chapitre 2 : Le Fléau contre le vent noir (5/6)





Au fil des minutes, le décor environnant ne cessait d’évoluer. En effet, les forêts drues et garnies laissaient peu à peu place à des zones plus arides, jusqu’au final totalement se convertir en vastes déserts rocailleux. Oui malgré les apparences, la planète n’était pas entièrement guérie de toutes ses blessures passées.

Le silence régnait en maître au sein du cockpit du moins, seul le bruit du vent percutant la carrosserie de l’appareil sous l’effet de son ahurissante célérité, parvenait à le perturber. Gally se contentait de contempler d’un œil intéressé le dégradé de paysages qui s’offrait à elle, tandis que Christy manœuvrait d’une main de maître l’appareil, malgré les conditions climatiques imprévisibles.
C’est néanmoins l’adolescente qui a fini par entamer une conversation voyant que la chatte s’enfermait dans ses pensées.
« Ne t’inquiète pas, on se dirige droit vers mon hangar secret. Là-bas il y a mon vaisseau spatial qui nous attend et il sera beaucoup plus pratique pour faire ce long voyage. »
La féline a docilement acquiescé d’un timide murmure, à l’écoute des quelques mots prononcés par la jeune femme. A vrai dire, en plus d’arborer une mine distraite voire un peu triste, elle fixait l’environnement qui défilait d’un regard détaché. C’est donc intriguée par l’absence d’une réponse franche, que Christy n’a pas mis longtemps avant d’interpeler Gally d’un ton des plus inquiet.
- Quelque chose te tracasse ?
A l’écoute de cette interrogation venue subitement la sortir de ses profondes songeries, le regard de la féline s’est progressivement décroché de de la verrière pour lentement s’abaisser et lui faire exhiber un bien triste minois.
- Et bien.. c’est ton ami. J’ai l’impression qu’il ne m’apprécie guère…
Bien évidemment, il n’a pas fallu beaucoup de temps à la jeune femme pour comprendre que son interlocutrice évoquait le hérisson noir. Elle a ainsi esquissé un sourire aussi large que l’absurdité que lui suscitait cette remarque et d’une voix rassurante a finalement apaisé les craintes la migrante d’Aurora.
- Non ne t’inquiète pas, il est comme ça avec tout le monde.
- Ah oui ? a aussitôt répliqué Gally d’un sursaut.
En guise de réponse, Christy a d’abord copieusement hoché la tête, avant de poursuivre ses explications d’une mine béate.
- Tu sais, Shadow est un véritable héros ici. Au vu de ses aptitudes physiques hors du commun, certains vont même jusqu’à l’identifier au Vent noir.
La jeune chatte avait l’air subitement intéressée, voire totalement ébahie par ce culte que paraissait vouer les habitants de sa planète de refuge au hérisson noir qu’elle était loin de penser si fort. Quoiqu’il en soit, elle s’est hâtée d’en savoir davantage sur ce dénominatif qui attisait sa curiosité.
- Le Vent noir ? De quoi s’agit-il au juste ?
Bien sûr Christy a rapidement entrepris d’étancher la soif de réponse de sa passagère, en lui répondant le plus clairement possible, munie d’un sourire amical.
- C’est une vieille légende cascadienne que l’on me racontait beaucoup quand j’étais plus jeune.
- Hm… je vois oui, a fini par admettre la féline dont le visage indécis ne semblait qu’à moitié convaincu par les explications de sa nouvelle camarade. Cette réaction, Christy ne semblait guère l’avoir appréciée. En effet, si elle paraissait prendre à cœur tout ce qui avait trait de près à son camarade hérissé, c’était visiblement pour que Gally n’en ait pas une mauvaise image ou du moins, une image qui diffère trop de celle qu’elle avait du hérisson.
- Ne te fie pas à son attitude un peu austère. Malgré les apparences, je sais à quel point il est bon. Je suis certaine que s’il reste sur Cascade c’est pour veiller sur moi parce qu’après tout, c’est le seul lien qu’il me reste avec ma grande sœur.
Dès l’instant où l’adolescente a mentionné sa sœur aînée, la féline a constaté que sa voix tout comme ses mains, se sont légèrement mis à trembloter.
Rongée par la curiosité, la passagère n’a pas pu s’empêcher de questionner la pilote de l’appareil, d’une indiscrétion appuyée.
- Ta grande sœur ?
L’adolescente a soudain fixé le ciel aux nuances orangées, d’un regard solennel. Au-delà de cette fierté qui faisait luire ses yeux de mille feux, il était aisé de constater que ses mirettes se recouvraient peu à peu d’une fine pellicule de larmes qu’elle peinait à retenir derrière ce sourire nostalgique.
- Molly était la chef d’un escadron cascadien chargé de protéger la planète au temps où régnaient les métarex dans l’univers. Elle me manque terriblement… »
Sans grande surprise, Christy a fini par céder sous le poids de ses émotions dès lors son dernier mot prononcé et de chaudes larmes ont commencé à glisser le long de ses joues.
Confuse, Gally qui venait de comprendre la tragédie qui se cachait derrière le sous-entendu de sa camarade, a aussitôt affiché une mine désolée. De son côté, consciente d’avoir laissé libre cours à ses sentiments, Christy s’est empressée d’essuyer les quelques gouttes qui séchaient sur ses pommettes avec la manche de sa tenue.
« Pardonne-moi, je suis un peu trop émotive.
D’un sourire compatissant doublé de paroles amicales, la féline a fait l'étalage toute l’empathie que lui inspirait la douleur de la jeune femme.
- Ne t’excuse pas, je comprends tout à fait. C’est pour ça que tu sembles aussi attachée à lui.. »
En fixant de nouveau le ciel d’un regard pensif, la migrante de Aurora s’est malgré elle ressassée les images de la disparition de Eon qui l’avaient profondément marquée. Et c’est en serrant fermement son bagage contre sa poitrine qu’elle a ajouté :
« Malheureusement, il n’y a que lorsque l’on perd un être cher que l’on est le plus à même de comprendre et partager cette douleur avec autrui. »
La maturité et l’amertume qui s’étaient dégagées de sa voix avaient grandement surpris Christy si bien qu’à son tour, elle a observé d’un œil nostalgique le soleil à l’horizon qui irradiait les cieux de son éclat éblouissant.

Cette dernière réplique de Gally marquait ainsi la fin de leur conversation et plongeait de nouveau le cockpit dans un apaisant silence que chacune des protagonistes mettaient à profit pour s’en aller à d’agréables souvenirs, qui n’avaient pas tardé à dessiner un doux sourire sur leurs lèvres.

Ce moment d’accalmie va cependant rapidement se voir interrompre, par l’arrivée inopinée d’une ombre sur l’extrémité de l’aile gauche de l’appareil.
Surprise, Christy dont l’attention a immédiatement été attirée, a orienté son regard sur le flanc de son véhicule. C’est uniquement lorsqu’elle a enfin reconnu la forme du hérisson noir, qu’un large sourire s’est illustré sur son visage illuminé d’une joie qu’elle ne cherchait même pas à dissimuler.
« Alors comme ça « Monsieur » s’est finalement donné la peine de nous venir en aide ? »
Muet, le nouvel arrivant s’est contenté de rester immobile, accroupi le genou au sol et la tête baissée, comme si les mots de l’adolescente lui étaient totalement insignifiants. Bien évidemment, cela n’a pas mis longtemps avant d’agacer l’adolescente en question qui en l’espace d’une fraction de seconde, est passée du sourire au bougon.
« Dis donc je sais bien que ce n’est pas ton fort, mais tu pourrais au moins répondre quand on t’parle Shadow !
Rien à faire. Le hérisson demeurait littéralement insensible voire hermétique à la présence de Christy qui par ses propos, étalait là toute son irritation.
Non, ce dernier semblait bien plus intéressé par la féline qu’il a scruté de près, après avoir longuement relevé la tête. Leurs regards ont ainsi fatalement fini par se croiser. Durant cet échange oculaire, l’atmosphère s’est drastiquement rafraîchie et alourdie d’une étouffante tension qui s’est rapidement répandue autour de l’appareil. Le plus oppressant, restait cette aura mystérieuse qui émanait de plus en plus du hérisson noir et que la chatte semblait reconnaître par milliers. Oui, ces yeux emplis d’un mépris sans borne Gally les connaissaient et lentement, ils ont ravivé en elles de douloureux souvenirs qui ont fait trembler l’ensemble de son être. Face à la terreur qu’il lui suscitait, le bipède lui, a esquissé un sourire narquois avant de se relever entièrement.
Ayant alors compris à qui elle avait affaire, la féline a aussitôt alerté sa camarade d’une cri brusque et paniqué.
- ATTENTION CHRISTY C’EST LUI !
Lorsque ces mots débordants d’effroi ont résonné aux creux des oreilles de l’adolescente, elle a immédiatement saisi que ce hérisson noir qui se tenait sur son aile, n’était autre que le Fléau noir. Aussi Christy pleine de sang-froid, n’a pas perdu l’ombre d’un instant pour réaliser avec brio, bon nombre de tonneaux et autres manœuvres aériennes, dans le but de déséquilibrer l’intru.
Si Gally peinait à garder sa stabilité à l’arrière malgré les instructions de la pilote, le combat à l’équilibre n’était pas pour autant plus simple pour le hérisson aux traits renfrognés dont les chaussures glissaient peu à peu sur la carrosserie polie de l’aile. C’est donc sans grand étonnement que ce dernier a fini par perdre ses appuis et s’est vu propulser dans les airs totalement impuissant.
C’est donc rassurée que l’adolescente en a alors profité pour redresser son véhicule en évacuant un profond soupir de soulagement, tout en gardant un œil sur la descente du hérisson.
Cependant, ce moment qu’elle croyait d’accalmie s’est très vite achevé dès lors que le Fléau noir en totale chute libre, a tendu son bras en direction de l’appareil.
C’est alors d’un sourire des plus méprisants, qu’une lumière blanche a progressivement englouti sa main, avant de se propulser avec vélocité sur l’aile de l’appareil sans que Christy ne puisse rien faire pour l’empêcher de la détruire.
Ainsi le flanc gauche en moins, le véhicule que la pilote ne parvenait pas à stabiliser a inévitablement entrepris une dangereuse trajectoire. Oui, l’adolescente qui tant bien que mal clapotait activement sur les interrupteurs de son tableau de bord, ne semblait pas en mesure d’empêcher l’inévitable naufrage de son appareil que le hérisson contemplait avec délectation sous une épaisse traînée de fumée noire.



Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Mars 26, 2017, 09:03:26
Pas de probleme pour le texte ça arrive :)

Je sais, j'avais promis sur mon honneur d'écrivain en herbe, mais que vaut-il à côté de la volonté de faire plaisir à sa lectrice préférée hein ? :;D:

Concernant les histoires d'amour, non il n'y en aura pas

Ca rentre en contradiction ces deux là ::'(:
Mais aucun problème! :;): Je comprends tout à fait et j'approuve ton choix (Shadow je m'en fou avec qui il sort en fait), du moment que je lis ta fic je suis contente :)

Oh encore un chap découpé :::):

La féline a fait l’étage toute l’empathie que lui inspirait la douleur de la jeune femme -> je crois mais je n'en suis pas certaines, que c'est étalage à la place de étage mais je comprends pas plus x)
 Face à la terreur qu’il lui suscitait le bipède lui, a esquissé un sourire narquoi -> je crois qu'il faut mettre un peu plus de , si je me souviens bien de mes cours de français, mais je peux me gourer. Et mon navigateur veut me dire que narquoi prend un s mais ça je sais pas j'utilise jamais ce mot x)

Vala c'est tout, on va enfin avoir de l'action ::D: Ça faisait un moment que j'attendais ce combat.

Bon courage pour l'écriture de la suite, puisses-tu nous faire un chef d'oeuvre tout en te reposant comme il faut :)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mars 26, 2017, 09:27:59
Ouais "l'étage" c'est ce qu'on peut appeler une grossière erreur d'étourderie  ::o:
Narquois je l'ai corrigé tout à l'heure tu as bien raison.
La virgule aussi, encore un bon point Madame l'inspectrice  ::D:

Il ne manquerait plus que tu ne comprennes pas mon choix  ::o:
Je serai bien déçu car c'est en partie pour toi que j'écris cette histoire, depuis le temps que je t'en dois une complète !
Même si c'est jouissif de voir les grandes lignes du scénario que j'ai écrit et que j'adore retranscrire  :;D:

Concernant les histoires d'amour, Gally semble déjà amoureuse de Éon donc euh… voilà quoi.

Et oui l'action arrive et quel plaisir pour moi de l'écrire enfin, c'est pas simple de ne faire que décrire, décrire et encore décrire  ::-\: mais c'est essentiel !

Merci je vais me reposer et je pense te livrer ça dans une ou deux semaines  :;D:


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Mars 27, 2017, 08:25:19
Je te taquine tu sais x) Tu peux faire ce que tu veux je ne vais pas te couper la main ou t'exiler dans ma cave pour que tu écrives ce que je veux :)
Mais en aucun cas tu te forces à écrire pour moi ok? è_é Ta première histoire tu l'as fini, oui t'as pas fini la suite mais t'as fini la première partie.
Et elle était bien <3

Te force pas à trop décrire, j'ai remarqué qu'il y avait énormément de description, après je suis pas experte donc peut-être que c'est normal et que tout va bien mais ne te force pas si tu sens que ça veut pas ou que tu vas être malade à force: vas-y molo.

Vala repose toi ! C'est les vacances la semaine prochaine de mon coté en plus, j'espère que les tiennes ne tarderont pas.


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Avril 02, 2017, 03:13:46
Merci pour ma première histoire que tu avais appréciée ça me va droit au cœur même si moi avec le recule, je la trouve trop simple et pas assez travaillée. Mais peut-être que c'est ma naïveté, ma spontanéité et mon inexpérience de l'époque qui t'avais plu.


Ce serait marrant que tu m'enfermes dans ta cave enfaite, je ferais ce que j'aime écrire, même si ce serait sous la sous la tutelle d'un tyran qui me tomberait dessus à la moindre faute d'orthographe  :;D:
(Avouerais-je officiellement que j'ai peur de toi ? ::o: :;D:)

Plus sérieusement, ne t'inquiète pas je ne me force en rien à faire quelque chose si cela ne me fait pas plaisir antérieurement  ::):
Et puis pour la description, ça me plaît finalement, je trouve que cela permet aux lecteurs de laisser encore plus libre cours à leur imagination. Il me semble que c'est une dénommée Eska qui m'a appris ça un jour alors que je ne savais pas décrire la moindre brindille de bois. Pauvre de moi...  ::D:

Tu es en vacances, quelle veinarde ! Moi il me reste une semaine et pas des moindres  ::'(: mais cela n'empêche qu'aujourd'hui je t'offre la suite et fin du chapitre 2 (enfin !)


Ceci étant dit, as always, have a nice reading  :;D:





Chapitre 2 : Le Fléau contre le vent noir (6/6)




Du côté des voyageuses, autant dire que la panique ne cessait guère de croître au sein du planeur. En effet, Gally dont les yeux étaient clos et les bras fermement ceinturés autour de son sac à dos, affichait une grimace bien significative qui à elle seule illustrait toute la frayeur qu’elle ressentait. Quant à l’adolescente qui cherchait activement un moyen de redresser son appareil, elle s’efforçait tant bien que mal à garder son calme. Si la peur ne se lisait pas sur sa frimousse, c’est bel et bien à travers ses épaisses sueurs qui coulaient le long de sa joue qu’elle daignait bien se manifester. Aussi, à cette atmosphère déjà bien assez asphyxiante pour les deux jeunes voyageuses, venait se rajouter cette sirène assourdissante doublé de ce gyrophare qui par son éclat rouge sanguin, plongeait encore plus le cockpit dans un climat de danger imminent.
Mais c’est bel et bien dans un ultime effort, que Christy a fait étalage de tout son sang-froid et de son talent pour le pilotage, en rectifiant brillamment la trajectoire en ajustant difficilement le manche qu’elle tirait de toutes ses forces vers le haut. Ainsi, le planeur s’est peu à peu stabilisé et a permis à l’adolescente d’assurer un alunissage plus en douceur que le violent crash qui semblait se dessiner.
Cependant, la chute de l’appareil gardait une importante part de danger, que la cascadienne a négocié d’une main de maître en s’échouant en détresse sur le sol d’un canyon rocailleux, le train sorti.
Hélas le choc était d’une telle violence que les pauvres roues n’ont pas tenu, offrant ainsi à l’appareil une longue glissade qui s’est étendue sur plusieurs centaines de mètres, avant de miraculeusement finir sa course au pied d’une épaisse paroi de roche.

Bien qu’un peu étourdie, la pilote paraissait être sortie indemne de l’atterrissage. Il était néanmoins difficile d’en dire autant du planeur, dont les différentes parties perdues lors de l’alunissage en jalonnaient encore le trajet..

Christy a été la première à se mouvoir, en se tenant la caboche avec beaucoup de peine.
« Aïe, aïe, aïe ma pauvre tête… »
L’adolescente qui peu à peu semblait retrouver ses esprits, a aussitôt par réflexe, palpé la ceinture autour de sa taille avant d’écarquiller les yeux de stupeur, doublé d’une mine inquiète.
« Malédiction ! Avec le crash j’ai perdu la totalité de mes armes de défense. Si jamais il revenait… »
Alors qu’elle s’imaginait déjà le pire, le cours de ses pensées a subitement été interpellé par l’état de santé de sa passagère qui depuis l’alunissage forcé, n'avait pas montré le moindre signe de vie.
« Tu vas bien Gally ? »
La féline à l’arrière tremblotante et presqu’entièrement recroquevillée sur son siège, paraissait surtout plus choquée que blessée. En tout cas, son air étourdi n’a pas tardé à faire esquisser un léger sourire à Christy, qui se voyait définitivement rassurée quant à son bilan de santé.
Rassurement à part, l’adolescente savait que la menace du Fléau noir telle une épée de Damoclès, menaçait toujours de s’abattre sur les têtes qu’elle avait prises pour cible. C’est donc fort de ce constat que la cascadienne a décidé d’abandonner l’épave de son avion sans perdre un instant, en prenant soin d’évacuer sa passagère.
Cependant, la hantise qu’elle cherchait en vain à fuir, a brusquement fait son apparition sous la forme d’un trou de verre qui peu à peu, s’est mis à luire d’une lumière intrigante.
Face à ce spectacle, Gally et Christy immobiles, ont observé cet éclat lumineux d’un œil subjugué avant que finalement n’apparaisse derrière le rideau lumineux, le hérisson noir qui les fixait d’un regard qui ne laissait transparaître aucune pitié.
A sa vue, la jeune femme semblait totalement bouleversée, au point que ses yeux ne finissent par scintiller. Oui, la cascadienne était vraisemblablement sous le choc et c’est la main devant les lèvres qu’elle a fini par murmurer quelques mots.
« Shadow… Il lui ressemble tellement… »
A travers ces paroles, Christy relatait là une réalité que les traits de leur vis-à-vis ne démentaient guère. Mais si le hérisson partageait bel et bien plusieurs similitudes physiques avec son homologue terrien, certaines caractéristiques venaient cependant les différentier, à commencer par les rayures outremers qui teintaient l’extrémité de ces cinq piquants, ainsi que ses pupilles azurées avec lesquelles il dévisageait la féline. Le Fléau noir a ainsi entamé une marche d’un pas lent et lourd, en direction de ses proies littéralement à sa merci.
En dépit des velléités de vengeance qu’elle avait clairement affichées lors de sa convalescence, Gally n’en menait pas très large. Elle était même à priori toujours aussi pétrifiée de peur à la vue du hérisson qui s’approchait dangereusement d’elles. Toutefois, malgré l’absence totale de défense et l’impossibilité de fuir, Christy n’a pas hésité une seule seconde à se positionner devant sa camarade dans le but de la protéger. Son regard plein de fermeté, arborait le feu ardent d’une détermination que la mort elle-même ne parviendrait pas à éteindre.
« - C’est ça amène-toi un peu pour voir si tu l’oses ! Je m’coltine déjà la mauvaise humeur de Shadow tous les jours, alors je peux te dire que toi à côté t’es rien d’autre que du menu fretin !
De cette provocation pleine d’assurance, l’adolescente était parvenue à interrompre l’avancée du Fléau noir. Néanmoins ce dernier d’apparence amusé par les propos tenus par la jeune femme, a arboré un sourire mauvais avant de sèchement répliquer.
- Ces mots seront ton ultime pécher profane. »
Aussitôt prononcée, cette menace s’est rapidement suivie d’une exécution, que le hérisson noir a entamée en se propulsant d’une puissante impulsion vers les deux voyageuses. Sa vélocité était telle, que la poussière qu’il transportait sur son passage peinait à pleinement en tracer la trajectoire linéaire.
Soumise à cette lueur blanche qui émanait de la main du bourreau qu’il tendait dangereusement vers ses victimes, la détermination de Christy à sauver Gally elle, ne semblait pas faillir. Bien au contraire, la jeune casse-cou a jusqu’au bout, affiché ce regard de braise rivé sur le Fléau noir qui se rapprochait progressivement.

Et alors que l’assaut du Fléau noir était imminent, ce dernier a brusquement arrêté sa course à la vue d’une flèche lumineuse qui comme tombée du ciel, s’est tout à coup abattue sur le sol qui à son impact, a aussitôt a explosé.
Un épais nuage de poussière a ainsi recouvert le champ de bataille, masquant par la même occasion la vue du bipède.
Intrigué, l’assaillant fixait avec attention le rideau poussiéreux, derrière lequel la silhouette d’un de ces congénères commençait lentement à se dessiner.
Consciente que cette irruption n’était autre que le fruit de l’arrivée providentielle de celui qu’elle qualifiait de protecteur, Christy soulagée, s’est effondrée à genoux sur le sol en contemplant avec émerveillement la poussière se dégager autour du hérisson d’un œil ému et d’un sourire des plus ravis.
« Tel le Vent noir pourfendant la noirceur du désespoir par le tranchant de sa lame dorée, encore une fois tu arrives pour me sauver, Shadow… »
Oui, le hérisson qui scrutait Christy de son habituel regard renfrogné, était bel et bien celui qui jadis se surnommait, la forme de vie ultime.

Au-delà de ces retrouvailles inattendues, le hérisson aux rayures rouge n’a pas tardé à sermonner la jeune rousse, d’un ton on ne peut plus fataliste.
« - Toi et ta sœur, vous partagez cette fâcheuse manie de vous mettre en avant dans le but de protéger vos camarades même au péril de vos vies.
Face à cette vérité, l’adolescente n’a même pas cherché à nier. Elle arborait même quelques rougeurs sur ses joues, tant elle réalisait ô combien ce qu’elle venait d’entendre était vrai.
- Tu as raison Shadow, mais je sais qu’au fond tu seras toujours là pour assurer mes arrières. »
Plutôt que de répondre, le hérisson noir a préféré s’orienter vers son vis-à-vis qui le dévisageait déjà depuis plusieurs secondes d’un air assez stupéfait.
« Shadow ? » A-t-il même fini par souffler.
« - Je suppose que tu dois être le dénommé Fléau noir.
Confronté à cette évidence que venait d’émettre l’ancien allié du Docteur Robotnik d’une voix ferme, le hérisson aux rayures bleutées a par un sourire plein de mépris, confirmé les dires de son congénère en y apportant cependant, un certain nombre de précisions.
- C’est effectivement la dénomination que les habitants des nombreuses planètes tombées sous le joug de la justice m’ont attribuée. Mon véritable nom est Black. »

Black. Telle était finalement l’identité du Fléau noir, de ce hérisson impitoyable qui au nom d’une justice au sens bien particulier et aux motivations encore inconnues, ravageait l’une après l’autre les différents astres peuplant le cosmos.
Cette appellation qui avait pénétré dans les oreilles de Gally en même temps que celles de Christy et Shadow, permettait à cette dernière d’enfin mettre un nom tangible sur cet individu qui en un instant, l’avais privée de toutes les personnes qu’elle aimait. Elle demeurait toutefois muette voire perturbée par les propos qu’avait tenus le Fléau noir à l’adolescente, ainsi que par cette quête de justice destructrice derrière laquelle il semblait ardemment courir. A vrai dire, à travers ces mots et ces actes, la féline ressentait comme un étrange sentiment de déjà vu qui l’avait littéralement pétrifiée sur place.
Cette drôle de sensation était-elle liée à sa mémoire perdue et à sa vie passée ?
Malheureusement, la migrante de Aurora n’avait pas les cartes en main pour assembler d’éventuels liens et en l’absence de réponse précise, Gally s’est contentée de trembler comme une feuille à l’écoute de ce discours familier…




Chapitre 2 : Le Fléau contre le vent noir  Fin


Chapitre suivant La quête du Pouvoir absolu


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Avril 04, 2017, 04:33:09
Non c'est pas ta naiveté et ect que j'avais bien aimé mais vraiment la fic en elle même.

Je suis pas un tyran d'abord è_é J'ai même pas trouvé de faute en plus pour ce passage, gg.

Bon courage cette semaine, tu vas voir elle va passer vite :)

Alors en conclusion: y'a pas eu de combat ::'(: Ca me fait penser au titre de l'épisode 38 de la saison 19 de Pokémon qui laissait présager que Sacha allait gagner la ligue mais en fait non :c
Mais du coup je m'attends à un gros combat de la mort ki tue au prochain chap, j'espère que t'en est conscient de ça x)

Et j'ai cru ne serait ce qu'une seconde que Black c'était pour Black Doom, mais en fait non. Mais finalement le design du fléau noir se rapproche bien plus de Mephile que de Black Doom donc bon.

Vaaaaalaaaaa, à la prochaine ! :)



Et oui je faisais mes fiches quand t'as posté.
Du coup je me dis qu'en juillet quand j’arrêterais de les faire: tu ne posteras plus :c


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Avril 09, 2017, 09:58:14
Et bien merci pour elle alors  ::):

C'est normal que tu n'aies pas vu de faute, tu n'avais pas activé ton radar, il doit y en avoir une qui traîne je pense   ::P:, oh et puis tu avais raison, elle est passée vraiment vite cette semaine :;D:

Pour le combat, disons que le long du chapitre 2 c'était plus un combat idéologique qui opposait les idéaux destructeurs du Fléau noir à ceux du Vent noir.

Sacha ? Quelle blague, tu pensais vraiment qu'il allait vaincre Alain avec son Méga Dracaufeu X overcheaté là ? T'as de l'espoir :o
Mais bon il a pas de chance le pauvre, un coup il perd à la ligue parce que son Dracaufeu refusait de lui obéir, un autre coup il tombe sur un Brasigali super cheaté ou pire ! un Miaouss boté ou tant qu'à faire un Tobias super badass avec son Darkrai et son Latios... Enfin bref je m'égare  :::):

Concernant Black, je vais mettre fin à toute spéculation, il n'a rien avoir avec Blackboom ou bien Mephiles, j'avoue que je n'y avais même pas pensé d'ailleurs.

J'ai fait une description de Black tout au long du chapitre 2, mais comme je poste les parties de chapitre une fois par semaine je reconnais que cela peut être peu évident.

Mais voilà à quoi il ressemble grosso modo en quelques mots :

Le hérisson arbore aux extrémités de ses cinq piquants relevés ainsi qu’aux coins de ses yeux, des rayures outremers, tout comme ses pupilles. Il dispose d'un pelage jaune sombre sur son abdomen et ses bras, alors que le reste de son corps est intégralement d'une dominante noire. Ses chaussures, sont colorées d’un rouge vif et ornées d’un fermoir doré, en dessous duquel se tenait une lanière ceinturant de part et d’autre ses souliers. Ce ruban clair demeurait tout aussi immaculé que ses gants qui couvraient ses mains.


Le combat a enfin commencé, j'espère qu'il te plaira dans son intégralité  ::):
 


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Avril 09, 2017, 10:01:30
Chapitre 3 : La quête du Pouvoir absolu (1)






          Le Fléau et le Vent noir..
Ces deux allégories se faisaient désormais face l’une à l’autre, par l’intermédiaire des deux hérissons noirs qui les personnifiaient. Plus qu’une simple lutte physique, c’est bel et bien un véritable choc des idéaux qui se profilait progressivement, un choc, où se venaient confronter deux sens de la justice diamétralement opposés.
D’un côté, il y avait l’utopie de Black dont les réelles intentions encore énigmatiques, laissaient toutefois entrevoir une forme de justice à travers le chaos et la destruction.
De l’autre venait la mission de Shadow qui même loin de chez lui, avait fait la promesse de protéger le monde au péril de sa vie.

Quoiqu’il en soit, depuis l’arrivée de la création du Professeur Robotnik, un sourire mauvais n’avait de cesse de s’élargir sur les lèvres du hérisson noir aux rayures outremers, dont les poings demeuraient serrés d’une excitation presque palpable.
« - Je suis ravi de te rencontrer, Shadow le hérisson.
D’un ton serein et d’un regard qui l’était tout autant, Black venait en quelques mots d’officiellement lancer les hostilités.
- Qu’est-ce que tu veux ?
Loin de se laisser impressionner par son vis-à-vis, le camarade de Christy a aussitôt répliqué, après avoir croisé les bras d’une manière toute aussi désinvolte que l’œillade qu’il a lancée à son homologue hérissé. 
A l’écoute de cette interrogation, la mine du hérisson a peu à peu perdu en sadisme, pour laisser place à une expression beaucoup plus solennelle, allant même jusqu’à river ses yeux vers le ciel qui arborait déjà des teintes matinales.
- Ce que je désire n’est autre que le pouvoir absolu.
Visiblement interpellées par les révélations de Black, Gally et Christy qui étaient encore aux côtés de Shadow, ont aussitôt écarquillé les yeux d’étonnement. Cependant, la surprise n’a pas été la seule émotion qu’a ressentie la féline qui face à la quête insensée de son bourreau, a graduellement nourri un sentiment de révolte qu’elle n’a pas attendu pour extérioriser en sortant littéralement de ses gonds.
- Quelle est donc ce pouvoir absolu que tu convoites tant ? Quelle est cette absurdité qui à tes yeux mérite l’extinction de nombreuses civilisations hein ? Réponds !
Totalement indifférent au ton pressant employé par Gally, Black qui ne s’est d’ailleurs même pas donné la peine de lui adresser le moindre regard, s’est simplement contenté de fermer les yeux et de répliquer avec médisance.
- Petit animal effarouché. Je parle du céleste Taijitu. »
L’objectif principal du Fléau noir se dévoilait enfin, un but nommé Taijitu, face auquel les millions de vies sacrifiées ne valaient rien.
Quoiqu’il en soit, autant dire que lorsque ce nom a traversé les oreilles des trois protagonistes, aucun n’a su quoi répliquer, tant cette notion leur était inconnue.
Face à ce silence qui s’étalait, Black de plus en plus loquace a donc poursuivi son plaidoyer, muni d’un regard porté sur le ciel et animé d’une passion ardente.
« Vous autres animaux insignifiants, ne méritaient pas de profiter de la puissance des pierres sacrées. Vous devriez vous sentir honorés de pouvoir jouir de ce pouvoir ancestral qu’est le Taijitu. Mais non, il vous en faut plus, toujours plus.
Combinés à ces propos, venaient cette posture droite qui dégageait prestance et assurance, ainsi que ce langage soutenu et bercé par cette voix moralisatrice voire opiniâtre, qui faisaient de Black une entité dédaigneuse et littéralement imbue d’elle-même.
Shadow qui restait de marbre face au mépris de son vis-à-vis, a lentement décroisé les bras avant d’enfin lui répondre d’un œil plein de conviction.
- Je ne comprends rien à ce que tu racontes ni même ce que tu cherches réellement, mais si j’ai bel et bien une certitude, c’est que ta route s’achève ici.
Réceptif aux paroles de Shadow, le Fléau noir d’un air satisfait l’a observé avec insistance.
- Autant d’aplomb pour une si petite créature. Sache que rien n’est en mesure dans cet univers d’entraver l’ire de la justice. »
D’un ton dénoué de tout doute, Black paraissait désireux de montrer par la rudesse de ses mots, la suprématie de ses ambitions.

L’affrontement paraissait désormais inévitable et c’est les poings de plus en plus comprimés, que Black se préparait à livrer bataille. Oui, la présence de Shadow et la perspective de livrer un combat face à lui, semblait réveiller chez ce dernier un esprit combattif qui se manifestait par une excitation qu’il peinait à dissimuler.

Un profond silence s’est ainsi installé sur toute l’étendue de la plaine désertique qui au fil des secondes, se voyait progressivement engloutir par une pression en constante graduation.
Les deux hérissons paraissaient dans un premier temps se livrer à un round d’observation, qui ressemblait davantage à une lutte oculaire durant laquelle chacun des deux adversaires se défait d’un regard ferme et menaçant, en cherchant continuellement à intimider l’autre. Les deux adversaires mettaient également cette longue phase passive à profit, pour peaufiner leurs stratégies d’attaque, en dénichant notamment la meilleure ouverture pour mettre l’ennemi en porte-à-faux.
Au vu de ce combat dont le commencement n’était plus que l’histoire d’une poignée de secondes, Christy s’est emparée de la main de la féline encore toute chamboulée par les propos familiers qu’avaient tenus le Fléau noir, avant de s’éloigner d’un pas de course de la zone à risque.
En tout cas, la tension était à son paroxysme et la concentration immodérée des hérissons qui se fixaient sans relâche, a fini par se matérialiser par une aura opaque qui se dégageait de chaque poil de leur pelage sombre.
Si le halo polaire et ultramarin de Black avait tendance à enfouir le champ de bataille dans un climat délétère, l’émanation spirituelle de Shadow qui arborait une teinte plus dorée et plus chaleureuse, s’opposait à son homologue sans lui laisser gagner la moindre parcelle de terrain.
C’est alors en un éclair que les deux hérissons se sont simultanément propulsés l’un vers l’autre, avant que finalement leur front ne s’entrechoque violemment lors d’une intense collision. Oui, le choc était tel que la terre elle-même en a reçu toute l’étendue de son intensité, en se craquelant de toute part sous les pieds des combattants.
Chacun des deux hérissons maintenait dans le creux de sa main, le poing serré de l’autre qu’ils tentaient de broyer sous la pression d’une lourde étreinte.
Tandis que Shadow affichait un air ferme et concentré, son adversaire du jour lui, arborait une mine plus sadique et paraissait même au fil des instants, prendre plaisir à affronter son semblable.
Ceci étant dit, le combat a aussitôt repris d’une bien impétueuse manière, par l’intermédiaire de ces virulents coups de crâne que s’adressaient les deux adversaires sans la moindre retenue. Ils étaient périodiques, chirurgicaux, et chaque impact provoquait une onde de choc qui broyait les rochers les plus solides qui les entouraient, en plus de creuser davantage le sol qui s’enfonçait sous leurs chaussures.
C’est néanmoins Shadow qui par la force de sa volonté, était parvenu à se délier en premier de l’étreinte du Fléau noir. Le hérisson a ainsi tiré parti de l’étonnement de son vis-à-vis pour contre-attaquer, en élançant précipitamment sa jambe vers le visage de Black totalement à découvert.
Ce que le camarade de Christy n’avait guère prévu en revanche, c’est que le destructeur de mondes visiblement plus ressourcé qu’il ne le croyait, ne parvienne en s’abaissant à se dérober de son assaut, qui n’avait eu au final que le vent à brasser en guise de lot de consolation. L’arroseur se voyait contre toute attente arrosé, par un Black qui s’en perdre un instant, s’était hâté de répliquer en entreprenant un balayage tellement rapide, qu’une épaisse traînée de poussière s’était brusquement levée pour en dessiner la trajectoire. Seulement, son attaque n’avait pas eu plus d’effet que celle de son adversaire, si ce n’est de brasser l’air sous les pieds d’un Shadow qui d’une puissante impulsion, s’était propulsé en retrait.
C’est donc d’un sublime saut vrillé, que le hérisson noir aux rayures rouges s’est définitivement extirpé de l’emprise de son adversaire, avant de parfaitement se réceptionner d’une main ferme sur le sol aride du canyon.
De son côté, le Fléau noir encore accroupi suite à sa tentative d’attaque, s’est progressivement relevé et d’une mine perverse, a manifesté toute l’étendue de son enthousiasme le sourire aux lèvres.
« Splendide. Je n’en attendais pas moins de l’un des utilisateurs de la lumière céleste du Taijitu. Montre m’en plus, Shadow le hérisson. »
Plus qu’un combat, le ton presqu’enjoué de Black réduisait cet affrontement à l’état de test voire de simple jeu, qui n’avait pour effet que de satisfaire la soif de combat de ce dernier. C’est donc à peine sa requête formulée, que le Fléau noir a aussitôt tendu une main ouverte et menaçante en direction de son adversaire du jour qui le fixait d’un œil attentif. C’est alors peu à peu, qu’une sphère de lumière s’est accrue en son creux. Ce nouvel assaut en préparation, paraissait s’abreuver des ressources de tout l’environnement qui les entourait, à l’image de cette bourrasque qui encerclait le destructeur de mondes depuis son apparition. En tout cas, elle irradiait d’un éclat immaculé et dégageait une énergie tellement phénoménale, que ce globe telle une bombe à retardement, menaçait plus que tout d’exploser et ainsi, ravager l’intégralité des obstacles qu’elle croiserait sur son passage. Cependant, le hérisson aux rayures bleutées semblait lui réserver un tout autre sort, qu’il s’est empressé de dévoiler en refermant subitement sa paume sur elle.


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Avril 15, 2017, 06:38:39
Mon radar est toujours sur ON mais il était peut-être moins sensible, ou alors tu as appris de t'es erreurs jeunes padawan :p

Oui très vite, ce qui fait que je retourne en cours mardi ::'(: Et si je ne réponds que maintenant c'est parce que j'étais loin du pc cette semaine donc vala :)

Pour Pokémon j'ai arreté de suivre après la S11 je crois, mais j'avais entendu cette histoire de titre d'épisode qui mentait donc voila :p (puis le Dracaufeu de Sacha est génial mais si après 19 saisons il lui obéit toujours pas: c'est nul de la part des scénaristes quoi)

Navrée alors j'ai du être distraites x)

Je lis!

le ton presqu’enjoué -> alors j'ai aucune idée de si t'as le droit de coller presque et enjoué ensemble, mais pour le moment je considère pas que c'est une faute

Alors concernant le reste, je suppose que le Taijitu c'est le contrôle du Chaos. Je me demande si ce Fléau Noir sera tellement fort que Shadow devra utiliser ces bracelets + les émeraudes pour le battre. Mais bon s'il les utilise et qu'il fail il risque de les perdre, comme Sonic face à Dark Oak dans l’épisode 53 donc bon :p Je ne sais que dire concernant l'issue du duel.
Après j'ai remarqué que ton style d'écriture a vraiment changé si je le compare à ce que tu faisais avant (du moins dans mes souvenirs, donc peut-être que je dis n'importe quoi) Je l'ai remarqué à cause du combat mais je ne saurais dire si cela n'englobe pas tout le récit en général.

Ah et, t'as pas écrit le nombre de part, c'est pour éviter de promettre un chiffre temporaire? :p


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Avril 17, 2017, 12:10:53
Bah on va dire que j'ai appris de mes erreurs, c'est plus gratifiant  :;D:
Tu reprends demain hein, j'ai de la peine pour toi mais comme on dit, chacun son tour :p
Oui je me suis douté et tu as bien raison, ça fait du bien de s'éloigner des écrans pendant un temps.
Et d'ailleurs, tu as bien raison aussi de t'être arrêtée à la saison 11 de Pokémon parce que tu verrais la tronche qu'il a Sacha en ce moment à Alola... sans commentaire.

Pour le presqu'enjouée, tu peux mais c'est une erreur, une erreur qui devient de plus en plus bénigne et qui s'est finalement encrée dans notre orthographe. Cela dit tu as parfaitement raison, le presque ne peut se contracter que lorsqu'il est suivi du mot "île".


Je suis content que cette histoire te fasse te poser pas mal de questions  ::):. Tu auras tes réponses tôt ou tard :)

Je suis également ravi que tu trouves que mon style est différent d'avant, c'est parfaitement le cas. J'ai acquis pas mal d'exp. depuis 2014. Mais dis moi, qu'est-ce qui te fait dire ça ? ça m'intéresse  ::D:


En attendant, je t'offre la suite du chapitre, un peu plus courte mais pour plus de cohérence il valait mieux que je le tronque à ce niveau là.

Oh et pour le numéro des parties, tu tapes de nouveau en plein dans le mil ! Lirais-tu dans mes pensées ? :;D:

Have a nice reading :)




Chapitre 3 : La quête du Pouvoir absolu (2)




[...]
En effet ce dernier d’un vif geste circulaire, a brusquement élancé sa main qu’il a grandement ouverte, libérant ainsi toute l’énergie qu’il avait accumulée en son creux. Cet excès de puissance s’est manifesté par l’apparition soudaine d’une pluie de flèches lumineuses. Ces projectiles débordants d’énergie, arboraient une teinte obscure, et leur quantité ne cessait de croître devant le Fléau noir, allant jusqu’à former un véritable rideau ténébreux. Ces flèches qui ne demandaient qu’à s’abattre sur le hérisson aux rayures rouges, n’étaient néanmoins guère parvenues à le déstabiliser, lui, qui gardait un calme olympien, les pensées d’ores et déjà rivées sur une éventuelle contre-attaque.
D’un hurlement plein de conviction, Black a alors mis sa menace à exécution et le mur formé par les centaines de pointes lumineuses, s’est propulsé vers un Shadow immobile au regard ferme.
Leur vitesse était telle, que la jeune Christy n’a même pas eu le temps de mettre en garde son camarade hérissé, que le sol subissait déjà avec virulence l’impact répété de l’avalanche de flèches noires, provoquant une gigantesque explosion, qui gagnait du terrain au fil des secondes.
Oui, l’adolescente et son amie la féline, ont tant bien que mal tenté de résister à la puissante déferlante de son souffle, mais ont finalement été emportées tant la bourrasque a tout emporté sur son passage.

Qu’en était-il alors de Shadow ?
Christy qui se remettait de la déflagration, n’a pas pu s’empêcher de songer avec inquiétude au sort de son camarade, en fixant le smog dès lors les détonations achevées.
Telle était également la question que se posait le Fléau noir, en observant d’un regard circonspect le nuage de fumée qui peu à peu se dissipait. Mais c’est précisément à ce moment contre toute attente et surtout celle de Black, que le hérisson tant recherché apparu soudainement juste face à lui, le poing serré et prêt à frapper. Le destructeur de mondes qui a à peine eu le temps de s’en étonner d’un écarquillement d’yeux, s’est aussitôt vu recevoir en plein visage, un violent direct du droit que sa mâchoire a accompagné bien malgré lui.
Seulement, Shadow qui venait de prendre l’avantage sur son vis-à-vis, ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Oui, la création du Professeur Robotnik a enchaîné sur une longue série de crochets face à laquelle, le Fléau noir n’a eu d’autre choix que de reculer, littéralement acculé par l’impitoyable violence de son homologue terrien.
Ainsi, le natif de l’Arche a conclu son assaut par un coup de pied, qu’il a propulsé vers l’abdomen de son adversaire, avec autant de fougue.
Black toujours en pleine possession de ses moyens, a néanmoins paré sa dernière attaque, bloquant par la même occasion la jambe de Shadow entre son bras gauche et cet abdomen que ce dernier cherchait à viser.
Conscient que le vent venait de tourner en sa faveur, le hérisson noir aux rayures ultramarines a ensuite observé son opposant d’un regard provocateur et d’un sourire qui l’était tout autant. Profitant de son retour gagnant dans le combat, Black a sans attendre administré un hargneux direct dans le ventre de Shadow qui face cette souffrance, a rapidement vu ses mirettes s’exorbiter. Le terrien dont le souffle venait d’être brutalement interrompu, s’est alors agenouillé les mains plaquées sur son estomac endolori. Quant au Fléau noir, il s’est contenté de contempler d’un air supérieur, son adversaire se tordant de douleur à ses pieds.

De leur côté, Gally et Christy demeuraient aux premières loges de l’affrontement entre les deux hérissons, tapies derrière l’une des rares imposantes parois de roche qui tenaient encore debout.
Tandis que la cascadienne était rongée par un profond sentiment d’angoisse, à la vue de son protecteur qu’elle observait avec impuissance le cœur totalement emballé, Gally elle, avait remarqué avec surprise que les émeraudes que contenait son sac, chatoyaient d’un éclat peu habituel. En effet, les pierres que la féline gardait précieusement, semblaient réagir à quelque chose, mais sa mine dépassée laissait clairement apparaître le fait qu’elle en ignorait totalement la cause.

Sur le champ de bataille, Shadow qui gisait encore sur la terre rocailleuse du désert en reprenant lentement sa respiration, s’est brusquement mis à émettre un léger rire qui n’a d’ailleurs pas tardé à interpeller son adversaire.
« - C’est bien ce que je pensais. Tu n’as pas usurpé ta réputation.
Face à cette éloge, Black a affiché un large sourire en coin avant de répliquer d’un ton des plus assurés.
- Venant de la part d’un combattant tel que toi, ce compliment ne peut que flatter mon égo.
A l’écoute de ses mots, le natif de l’Arche s’est relevé sans la moindre difficulté, comme si le puissant coup qu’il venait de recevoir n’avait en réalité pas eu l’effet que sa mise en scène avait laissé croire. C’est en tout cas vers ce constat, que les propos suivants qu’il a rétorqués à Black ont finalement tendu.
- Cependant tes coups manquent de panache et avec mon demi-siècle d’expérience, je peux t’assurer qu’un novice tel que toi n’a aucune chance de l’emporter.
Malgré la conclusion pleine de sang-froid que venait de livrer son vis-à-vis, le sourire du Fléau noir ne s’en est que davantage agrandi. Oui, le destructeur de mondes paraissait satisfait par la résistance que lui offrait son homologue.
- Ne te montre pas aussi prééminent à mon égard, tu serais bien surpris de savoir depuis combien d’époques je subsiste. »
Face à face, les deux hérissons se sont longuement fixés d’un regard ardent, un sourire assuré dessiné sur leurs lèvres. On pouvait clairement ressentir dans l’atmosphère qui les entourait, leur volonté s’affronter sans relâche par l’intermédiaire de leurs yeux aiguisés débordants de passion pour ce combat qui ne faisait que commencer. Malgré le caractère plutôt indifférent de Shadow, chacun des deux adversaires semblait avoir à cœur de prouver à l’autre sa suprématie, de montrer lequel des deux était le plus fort de son espèce.
Le Fléau noir a alors fini par reculer d’un lointain bond en arrière, avant d’entamer dans la foulée, une course folle.
Ce nouvel assaut mûrement réfléchi, consistait à courir le plus rapidement possible autour de son adversaire, l’emprisonnant ainsi au sein d’un épais mur que sa vélocité rendait complètement imperméable à toute fuite.
Cette technique totalement inédite a aussitôt rencontré un franc succès, et Shadow qui avait troqué son sourire en coin pour son habituelle mine renfrognée, paraissait on ne peut plus dépassé par l’ingéniosité du Fléau noir.
Black a alors profité du désarçonnement du terrien ainsi que de son ahurissante vélocité, pour lui asséner une kyrielle de coups tellement vifs, que Shadow en subissait chacun des impacts qui se répétait par le biais d’éclairs outremers.
Sur le visage, dans le ventre, dans le dos… les assauts du Fléau noir se multipliaient sur l’ensemble du corps de Shadow qui devant autant de violence, a fini par poser un genou à terre.


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Avril 18, 2017, 09:36:02
Non c'était pas si bien de s'éloigner, y'avait Boom à la télé en mon absence :'(
J'ai vu ça tete oui, je comprends ta peine :p

Je trouvais que tu mettais bien plus de détail qu'avant et dans le début de la scène de combat j'ai pas eu la même "impression" que les précédentes" mais faudrait que je relise tes deux vieilles fics pour te confirmer ça et te filer une analyse détaillée :p

Est-ce que je peux lire dans tes pensées attend! ::o:
*se concentre très fort*
Est-ce que tu penses que je sais que tu sais que je sais ? :o

Leur vitesse était telle -> c'est les pointes lumineuses dont tu parles donc "Leurs vitesses étaient telles" :p

 et avec mon demi-siècle d’expérience -> alors là je m'intéroge un peu parce que Shadow a certes 50 ans mais c'est parce qu'il a roupillé 50 ans, donc dans un sens il a pas vraiment autant d'expérience (sauf si Maria lui a fait voir des films de Chuck Norris et Bruce Lee dans son caisson) Mais bon je pardonne allez, la phrase donne de la classe :p

Par contre si Christy pouvait réagir, genre fuir je sais pas, bon après c'est peut-être pas une bonne idée, la plupart des temps dans les dessins animés les méchants focus de nouveau cette personne après mais voila faut tenter :p

Bon bonne vacance toi, j'espère que tu t'es bien gavée de Chocolat :p


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Avril 19, 2017, 10:12:25
C'est pas grave ça, je suis sur qu'à l'heure à laquelle j'écris ce commentaire tu les as déjà tous maté en replay !  :;D:

Mon style d'écriture a changé aujourd'hui, je privilégie bien plus le discours indirect et les phases descriptives que les dialogues dont l'excès engendre une pollution que beaucoup pensent utiles mais l'expérience la dément. Pour moi un bon récit est un récit dans lequel on essaye d'en faire ressentir toutes les sensations aux lecteurs c'est même à mes yeux le critère numéro 1. C'est pour ça que l'avis des lecteurs est très important même capital car même si un auteur aime son récit, il n'a pas assez de recul à chaud pour réellement juger son œuvre et d'ailleurs j'ai eu l'occasion de survoler quelques fictions sur ce forum dans lesquelles on sent toute la bonne volonté des rédacteurs mais sont gorgées de maladresses.
Mon histoire à moi peut ne pas plaire parce qu'à mon sens, je la rédige comme j'écris un roman enlevant un peu le caractère irréfléchi et trop fantastique car je veux que la rédaction garde une certaine cohérence avec mon style d'écriture. C'est pour ça que c'est assez difficile pour moi d'écrire une histoire sur l'univers de Sonic parce qu'il y a beaucoup trop de personnages, et d'environnements à gérer mais je fais de mon mieux  ::):

Pour en revenir à nos moutons qui commençaient un peu à s'égarer, ça aurait pu être "leurs vitesses" mais le fait qu'il y ait plusieurs flèches n'est pas l'argument correct pour le justifier.
Ici les flèches se déplacent toute à une même vitesse identique d'où l'emploie du singulier.
Mettons en guise d'exemple que tu aies une sœur que tu partages avec Sonic et Shadow (bah t'as tellement la classe que je t'invente une sœur avec Shadow et Sonic  :;):)
Je vais dire, "leur sœur est sûrement la hérissonne la plus puissante de toute l'histoire de SEGA !"
Pourtant je parle de toi, Sonic et Shadow.
L'accord du leur est très subtile je te l'accorde.

Concernant le demi-siècle d'expérience, Shadow était en train de latter un hérisson qu'on lui a vendu comme étant un être mauvais et extrememt puissant, laisse-le ramener sa fraise non ?  ::P:

Christy se sent en sécurité auprès de Shadow c'est la raison pour laquelle elle reste à ses côtés. Tu ne peux pas lui demander de fuir car non seulement son attention est captivée par le combat mais comme tu l'as si justement souligné, fuir pour aller où ? Son planeur est en miettes et Gally se trouve à ses côtés. Il y a mieux pour fuir quand même  ::-\:

Merci et non je ne me suis pas tant gavé que ça (quel mytho je fais)

Oh et plus sérieusement, je tenais à te remercier ma chère lectrice préférée pour ton assiduité et ton entrain à la lecture de mes chapitres, tu es un vertitable rayon de soleil à mon cœur meurtri par mes révisions  ::'(: (quelle déclaration d'amour  ::P:)
Ceci étant dit, je te souhaite une bonne fin de semana !  ::D:


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Avril 20, 2017, 05:47:22
Chapitre 3 : La quête du Pouvoir absolu (3)





Sans issue.
C’est la fatalité qui peu à peu gagnait du terrain sur le mental du hérisson noir aux rayures rouges, qui subissait avec impuissance les nombreuses offensives adverses. La vitesse de course de Black était tellement grande, que c’est une véritable tornade qui progressivement s’était levée autour du terrien qui se relevait avec difficulté.
Cependant loin d’avoir dit son dernier mot, Shadow dont le visage restait imperturbable, a fermé les yeux et relâché l’ensemble de son corps.
Les mirettes closes, la forme de vie suprême s’en est alors remise au reste de ses sens qui petit à petit se mettait en éveil. En effet, ce dernier faisait le vide intégral dans son esprit, pour ne laisser place qu’à un néant des plus totaux. Par lien de causalité, Shadow a ainsi commencé à distinguer les gestes de Black qui lui apparaissaient de plus en plus clairement.
De sa foulée, que le hérisson rythmait de par ses grandes enjambées démesurées, jusqu’au moindre grain de poussière que ses pas lourds soulevaient sur leur passage, tout, absolument tout devenait limpide aux yeux du camarade de Christy qui au fil des secondes, a fini par pleinement apercevoir son rival.
C’est ainsi lors du prochain assaut, que Shadow sur ses gardes a attendu que Black se rapproche le plus possible de son angle mort, pour lui adresser au visage un puissant coup de coude qui en plus d’avoir atteint sa cible, l’a aussi brusquement interrompue.
Littéralement sonné, le Fléau noir a donc reculé de quelques pas, en exclamant toute la surprise que lui avait suscitée cette riposte d’un air contrarié.
« Impossible ! »
Quant à Shadow, c’est d’un sourire plus que conquérant qu’il s’est hâté de contredire son homologue qui en se tenant la tête, le fixait d’un sale œil.
« Je t’avais prévenu, ton pouvoir n’est pas suffisant pour espérer me battre ! »
Pour corroborer avec ses derniers propos, la créature du Professeur Robotnik a décidé de définitivement prendre le dessus sur Black. En effet, le hérisson noir s’est enroulé sur lui-même avant d’entamer une folle rotation frénétique, jusqu’à former une véritable boule hérissée. La célérité de cette sphère était tellement ahurissante qu’à son contact, l’air ambiant en venait à tourbillonner autour d’elle, provoquant ainsi un son strident qui n’augurait rien de bon pour le Fléau noir complètement exposé.
Sans perdre davantage de temps, Shadow s’est propulsé à vive allure sur le destructeur de mondes avant de l’entraîner dans une vertigineuse ascension verticale, qu’il subissait de plein fouet et d’un visage grimaçant.
Oui tour après tour, les piquants du terrien venaient taillader de toute part la chair de Black et aucun moyen de défense ne semblait se dessiner pour lui qui petit à petit, observait avec impuissance ses membres s’endolorir.
Ainsi après une propulsion de plus d’une vingtaine de mètres de hauteur, le corps inerte du Fléau noir s’en est allé à une dangereuse chute libre que son adversaire contemplait d’un regard impassible. Mieux, le hérisson noir aux rayures rouges a pour assurer ses chances de victoires, accompagné le plongeon de son vis-à-vis avec une multitude de flèches d’énergie, qu’il a envoyée d’un geste de main ferme et rivé vers son challenger.


Et alors que la forme de vie suprême s’est parfaitement réceptionnée sur le sol le genou à terre, c’est au contraire un véritable déluge de feu qui a attendu Black lors de son atterrissage, une suite d’explosions dont le souffle venait frapper le visage serein de Shadow, tel le vent de la victoire marquant par son intensité, toute l’étendue de sa supériorité.

Consciente que son camarade avait irrévocablement surclassé leur opposant, Christy a affiché une mine béate et un sourire comblé, qui en disant long sur sa joie de voir son protecteur l’emporter. L’adolescente regardait Shadow avec une admiration que l’éclat scintillant de ses yeux azurés ne suffisait guère à décrire.
La jeune femme n’était d’ailleurs pas la seule à dévisager le hérisson d’un regard écarquillé. En effet, Gally qui comme sa camarade n’avait pas perdu une miette de l’affrontement, paraissait plus qu’émerveillée par la performance du terrien qui visiblement, dépassait de loin tout ce qu’elle pouvait imaginer.
Rassurées, les deux jeunes amies ont donc décidé d’un consentement mutuel, de se rapprocher au plus près de la zone de combat, au pas de course.

Sur le champ de bataille, le rideau de fumée provoqué par l’ultime assaut de Shadow se dissipait progressivement, levant ainsi le voile sur l’état du Fléau noir. Derrière, se dessinait progressivement l’ombre de Black qui à l’encontre de toute attente, tenait encore ses deux jambes. Néanmoins, son corps qu’il supportait avec difficulté, paraissait avoir subi d’importants dommages, à l’image de ses bras égratignés qui pendoullaient le long de son corps.
En tout cas, fidèle à sa réputation qui le voulait aussi bien impitoyable qu’impassible, le Fléau noir n’avait en rien l’air d’avoir perdu de sa superbe. Bien au contraire, il arborait toujours cet air serein et ce visage fermé, comme s’il était intimement convaincu de l’emporter.
Son adversaire du jour était d’ailleurs stupéfait de le voir encore debout et aussi calme, si l’on se fiait à ce regard ébaudi et cette bouche légèrement entrouverte.
Toutefois, le hérisson noir aux rayures rouges n’a pas tardé à réagir, notamment en abaissant ses paupières et en écartant les bras et ce, les poings fermement serrés.
« Tu es tenace mais, tu ne te relèveras pas de ma prochaine attaque ! »
D’un ton décisif, Shadow a donc averti son vis-à-vis et c’est alors qu’en un bref instant, les bracelets dorés qui ornaient ses poignets s’en sont brusquement expulsés et qu’une épaisse aura d’un jaune vif, a aussitôt enveloppé l’ensemble de son être.
Ce halo s’est peu à peu agrandi et sa présence est allée jusqu’à perturber l’atmosphère elle-même, qui se dérèglait littéralement. A vrai dire, l’énergie que dégageait le terrien était phénoménale et en plus de croître au fil des secondes, elle faisait trembler le sol sous les pieds des hérissons.
Pour la première fois lors de ce combat, Black demeurait déstabilisé. Ses jambes meurtries par le précédent combo de son rival, peinaient à le maintenir debout tant les secousses se faisaient de plus en plus intenses.
Quant à Shadow, il fixait sa cible d’un œil concentré, alors que des petites pierres venaient lentement graviter autour de lui, attirées par l’importante émanation d’énergie qu’il développait.

A la surprise générale, l’aura qui entourait le natif de l’Arche s’est subitement dissipée, emportant avec elle l’étouffante pression qui gangrénait l’atmosphère. Le temps qui semblait s’être arrêté a alors repris son cours et le camarade de Christy s’est immédiatement redressé, avant d’observer son adversaire d’une mine conquérante.
Black lui, qui a dans un premier temps esquissé son usuel sourire mauvais, s’est finalement écroulé sous le regard marbré de son homologue hérissé.
Aussi étrange que cela puisse paraître, le Fléau noir était vaincu, terrassé par un assaut furtif dont Shadow seul avait le secret.


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Avril 22, 2017, 03:02:04
Ouais mais c'est toujours bien de les voir en direct, pour montrer aux chaines que le programme nous plait et permettre du coup d'avoir d'autre saison, et je sais pas si le nombre d'enregistrement est pris en compte x)

Perso j'aime bien les dialogues :p
Merci pour ton point de vue en tout cas :)

Mais tu parles plus précisément de la sœur non? Bref, je te fais confiance on va laisser ça comme ça. J'ai aussi du mal pour "leur" x)

Oui laisse la phrase ça donne un coté classe :)

Dis toi que fin juin tu es libre! Je te félicite pour ta productivité, je pensais que t'attendrais avant de poster la suite mais c'est assez rapide :o
Maintenant va dormir et te reposer sinon tu vas continuer à délirer ^.^
(mais merci c'est gentil, j'aprecie de lire ton travail et ça me permet à moi de faire des pauses pendant mes révisions :) )

tenait encore ses deux jambes -> sur ses deux jambes non?
Je viens d’apprendre l'existence du mot ébaudir, merci x) Tu m'expliqueras comment tu connais tous ces mots
 dans un premier temps esquissé son usuel -> esquissait

Du coup Shadow vient de venger des centaines de mondes hourra ! ::D:
Je m'attendais à ce qu'il utilise les pierres, parce que vaincre Black sans ça aurait voulu dire qu'il n'était pas aussi fort que ça.
Et du coup c'est le moment où il le ligote et le torture pour avoir des infos? :;D:

On verra ça la semaine prochaine c:


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Avril 30, 2017, 06:13:56
L'audimat. Ça c'est un très bon raisonnement et je ne peux que louer les personnes comme toi qui pensent au bien être d'un programme TV, c'est très bien. Même si ce n'est pas totalement désintéressé au final vu que c'est aussi pour ton plaisir ::P:

Je vais te confier un secret sur la productivité, les parties ne s'écrivent qu'en 4/5 heures max, ce n'est pas très long à rédiger parce que j'ai déjà les grandes lignes de l'histoire, je n'ai plus qu'à les étouffer et les détailler.
Et mon autre secret son mon lexique enrichi, je ne le dois qu'à mon amour pour le vocabulaire, la grammaire et orthographe qui me pousse à souvent trouver des synonymes.

"Tenait sur ses deux jambes" oui.

C'est vrai que Black a été vendu comme un être surpuissant capable de ravager des planètes entières…
Est-il si puissant que ça ? Sa réputation est-elle usurpée ?
Et est-ce qu'ils le ligoteront ? Bonnes questions dont tu trouveras quelques réponses dans la prochaine partie.   :;D:

Je la posterai demain soir si tu es sage, d'ici là révise bien  :;):


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mai 02, 2017, 10:48:38
Chapitre 3 : La quête du Pouvoir absolu (4)






[...]
Oui, tout semblait s’être déroulé en une fraction de seconde, une fraction tellement infime que le simple clignement d’yeux de Christy qui observait attentivement le combat, avait suffi à lui en faire rater sa scène la plus décisive.
Victorieux, Shadow portait sur son adversaire un regard élevé et triomphal, une œillade que ses traits renfrognés ne parvenaient guère à masquer. Black lui, voyait son corps inerte gésir sur le sol aride que son visage éteint venait embrasser.

Après plusieurs secondes durant lesquelles elle s’assurait que la menace ne se relèverait plus, l’adolescente s’est empressée de rejoindre son camarade hérissé d’un pas joyeux et d’une mine des plus enthousiastes, tandis que Gally la suivait de près, munie d’un air beaucoup plus réservé.
En tout cas, lorsqu’enfin elle a atteint la hauteur du hérisson, Christy l’a aussitôt interpellé en le fixant d’un visage rongé par l’admiration.
« Bravo Shadow ! Tu n’en n’as fait qu’une seule bouchée de ce Fléau noir, tu es vraiment formidable. »
En prononçant ces quelques paroles, il était aisé de ressentir toute l’adoration et le respect que la jeune cascadienne vouait à son celui qu’elle qualifierait presque d’ange gardien. Lorsqu’elle a arboré ce ton élogieux à son égard, ses yeux se sont illuminés malgré elle et sa voix s’est gorgée d’une passion qui a fini par teindre ses joues d’un rouge écarlate.
Loin de se sentir flatté outre mesure par l’abondance de tous ces compliments, le hérisson noir s’est contenté d’en dévisager la source d’un œil mécontent. Au grand dam de Christy, Shadow s’en est même allé à évacuer un profond grognement, qui en disant long sur tout l’agacement que lui suscitait la présence de Christy, aussi près de la zone à risques.
Habituée à la froideur de son camarade, la cascadienne a malgré tout esquissé un doux sourire avant de justifier sa venue au cœur du champ de bataille.
« Allons, ne fais pas ta tête de cochon s’il te plaît. Et puis, c’est pas comme si la situation n’était pas sous contrôle »
Fidèle à lui-même, le terrien a préféré ignorer son interlocutrice, en détournant vivement son regard.

Depuis son arrivée sur les lieux, Gally demeurait terrée dans un profond mutisme. Elle tenait fermement son sac à ficelle dans le creux de sa main et observait d’une mine détachée, le corps immobile du Fléau noir.
Oui, la féline se retrouvait à nouveau face à cette némésis, celle-là même qui lui avait froidement arrachée tous ceux à qui elle tenait mais étrangement, son présumé trépas ne semblait en rien apaiser ses maux.
Bien au contraire, à sa vue le seul sentiment qui l’animait progressivement n’était autre que l’inquiétude. Peu à peu, Gally s’est même enfoncée dans ses pensées les plus ensevelies, des songeries enfouies que sa première discussion avec Black paraissait avoir réveillée.
« Vengeance… profane… l’univers purifié… justice… »
Ces propos sont ceux qui tels de leitmotivs, venaient petit à petit hanter son esprit en tournant en boucle dans sa tête, si bien qu’elle a inconsciemment fini par les murmurer.
Force était de constater que la jeune amnésique ne semblait pas dans son état normal, non, elle paraissait littéralement possédée par les nébuleuses réminiscences de sa vie antérieure, qui ruisselaient dans son esprit, à l’image de ces épaisses sueurs le long de son front. Elle tremblait de toute part et ses yeux étaient grandement écarquillés. D’ailleurs, si elle n’arborait pas ce pelage immaculé, dire qu’elle affichait un teint pâlot n’aurait pas été inepte.
Inquiétée par la soudaine absence de son amie et surtout par cette formule qu’elle répétait en boucle sans la moindre logique, Christy s’est lentement rapprochée de la féline avant d’amicalement déposer sa main sur son épaule.
« Hey, ça va aller, tout est terminé maintenant. »
Par ce simple geste plein de douceur, la cascadienne venait là de ramener in extremis l’esprit de sa camarade, qui dérivait vers des horizons obscurs.
Confuse et encore une peu sous le coup de l’émotion qu’elle venait de traverser, la rescapée de Aurora s’est limitée à lui répondre par un faux sourire, afin de ne pas l’inquiéter davantage.

Cependant, alors que la situation paraissait reprendre des allures routinières, une voix est brusquement venue interrompre l’accalmie qui s’était installée.
« Ma… Magnifique.. »
Cette phonation rauque et essoufflée, doublée de ce rire hautain et débordant de satisfaction, n’a pas mis longtemps avant d’alerter le trinôme qui a vu chacun de ses membres écarquiller les mirettes.
Bien évidemment, ce ton réjoui provenait du corps de Black, qui à la surprise générale, se relevait avec grande difficulté.
En effet, bien que sur le point de tenir de nouveau sur ses deux jambes, le Fléau noir n’en demeurait pas moins meurtri, à l’image de cette épaule pendante qu’il retenait d’une main pleine de fermeté. Néanmoins, il affichait un visage jouissif et ses lèvres étaient ornées d’un large sourire maléfique, qui paraissait illustrer une soif insatiable de combat.
« Alors c’est donc ça le pouvoir de la forme de vie suprême créée il y a un demi-siècle sur la planète Terre ? »
Un instant après avoir délivré son constat, le destructeur de monde a longuement observé ses mains qu’il a aussitôt mises en évidence sous ses yeux, avant de poursuivre animé de cette même vanité qui le caractérisait.
« Excellent. Il semblerait que cette enveloppe charnelle recèle encore bien plus de puissance qu’elle le laisse paraître. »
Le hérisson noir aux rayures ultramarines a rapidement fini par contempler son être tout entier, d’un œil luisant qui relevait davantage de l’égotiste que de l’admiration. En tout cas, son sourire n’avait de cesse de s’élargir au fil des secondes, au détriment de celui de Christy dont le visage s’est aussitôt pali d’une stupeur palpable.
« Enfin non, non c’est impossible… J’aurais pourtant juré qu’il était… » a-t-elle aussi murmuré la main plaquée sur sa bouche.

Après un long moment d’auto-contemplation, Black a subitement orienté son regard sur son homologue hérissé, avant de le remercier d’une voix aussi vicieuse que ne l’était son sourire.
« Merci Shadow le hérisson. Cette douleur qui parcourt ce corps jusqu’à la moindre de ses parcelles va me rendre encore bien plus fort. »
Par ces mots plein de conviction, le Fléau noir faisait part de toute la jouissance que ce combat contre le natif de l’Arche lui avait suscitée.
De son côté, le camarade de l’adolescente se contentait d’écouter et de scruter attentivement les moindres gestes du hérisson, préparant ainsi une éventuelle contre-attaque.
Seulement, les intentions actuelles du destructeur de mondes paraissaient bien éloignées d’une quelconque animosité. En effet, ce dernier a finalement observé d’un air pensif le ciel parsemé de ces larges nuages blancs au milieu duquel trônait désormais un soleil qui par son éclat doré, illuminait tout le désert de roches.
« Oui. Je me demande si lui aussi il est aussi puissant. »
Interpellé par le murmure de Black, Shadow rongé par une visible curiosité s’est empressé de réagir en observant son interlocuteur d’un air inquisiteur.
- De qui parles-tu ?
- Cela n’a pas d’importance. »
D’un ton sarcastique, le Fléau noir a ainsi mis fin à toute spéculation, mais a cependant tenu à mettre en garde son adversaire du jour.
« Malheureusement, je dois mettre un terme à cet affrontement mais, ne te réjouis pas trop vite de cette victoire. Ce n’était là qu’un échauffement, un bref échange de coups qui n’a fait que me renforcer. »
Black a ensuite porté son regard sur le sac de Gally, qu’il fixait avec insistance, muni de son coutumier sourire mauvais.
« Bientôt, le pouvoir absolu sera en ma possession et ce jour béni, sonnera le glas annonçant l’extinction totale des profanes. »
Sitôt sa phrase prononcée, le Fléau noir a brusquement disparu sous l’éclat d’une lumière blanche, laissant derrière lui une Gally apeurée qui peu à peu réalisait que le départ de cette hantise personnifiée, ne présageait rien d’autre que de sombres augures.

Loin de partager les craintes de son amie, Christy plus insouciante, a activement orienté de gauche à droite sa caboche, afin de pleinement s’assurer du départ de Black.
Rassurée, la jeune femme a fini par évacuer un profond soupir de soulagement avant de partager son constat, en essuyant d’un bref revers de la main les quelques gouttes de sueur qui ruisselaient encore sur son visage.
« Il est parti. »
Quant à la féline, la crainte qui l’envahissait s’est finalement convertie en une colère grandissante, et c’est poussée par ce sentiment qu’elle s’est dirigée vers le hérisson noir d’un pas lourd, débordant de reproches.
Dès lors qu’elle est advenue face au dos du terrien, cette dernière s’est aussitôt déchargée de l’excès de rage qui la gangrenait.
« Il était à ta merci, pourquoi ne l’as-tu pas vaincu une fois pour toutes ? Cet être est malfaisant, il s’attaque à toutes les planètes qu’il croise sur son passage, il a ravagé ma planète, éliminé mes amis… tu aurais dû l’arrêter, tu aurais dû l’empêcher de nuire tu m’entends !? TU AURAIS DÛ L’ELIMINER ! »
A l’écoute de cette cinglante série de griefs, Shadow a fixé d’un œil renfrogné la rescapée de Aurora, qui n’avait de cesse de taper fermement des poings sur le dessus de son dos, totalement galvanisée par le désespoir. Il voyait ainsi dans son regard, toute l’étendue du ressentiment qu’elle avait à l’égard du Fléau noir, ainsi que la colère qu’elle éprouvait contre lui-même.
Christy elle, semblait comprendre l’émotion que traversait son amie, c’est d’ailleurs pourquoi elle regardait la scène d’un air triste et impuissant.
Shadow lui ne paraissait guère avoir envie de répliquer, pire, il a même fini par s’écrouler en avant sous les mirettes stupéfaites de ses deux camarades.  Le hérisson inconscient a alors violemment heurté le sol, sans la moindre explication. C’est alors prise d’une soudaine inquiétude, que les yeux de la jeune cascadienne se sont gorgés d’humidité et que d’un hurlement assourdissant elle a fait part de tout l’étalage de sa panique.
« SHADOW ! »




Chapitre 3 : La quête du Pouvoir absolu   Fin


Chapitre suivant  ND


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mai 14, 2017, 10:12:26
Chapitre 4 : L'exilée (1)





          Intense.
Tel était l’adjectif qui caractérisait le mieux ce terrible affrontement qui avait opposé Shadow le hérisson noir à Black, le tristement célèbre Fléau noir, bourreau et menace absolue de l’univers tout entier. Oui, son intensité était tellement débordante que bien que victorieux, le natif de l’Arche avait malgré tout fini par perdre connaissance à la terreur d’une Christy, qui avait aussitôt tout mis en œuvre pour tenter de secourir la créature du professeur Robotnik.
Quant à l’autre protagoniste de ce choc des hérissons qui avait tenu toutes ses promesses en plein cœur de la planète Cascade, c’est sous l’éclat d’une éblouissante lumière blanche qu’il venait brusquement d’apparaître au beau milieu d’une épaisse forêt équatoriale. La végétation y était dense et les arbres tropicaux qui la peuplaient à des kilomètres à la ronde, s’élevaient à des hauteurs démesurées tandis que leurs grandes feuilles ornant chacune des branches, couvraient les rayons de soleil qui ne parvenaient que trop peu à en éclairer l’intérieur.
Quoiqu’il en soit, sa luxuriance laissait penser qu’il s’agissait probablement là, d’une planète située à des années lumières de celle de Christy.

Lorsque la radiation lumineuse s’est estompée, le Fléau noir a aussitôt fixé d’un air réfléchi la paume de sa main, au centre de laquelle est apparue une pierre immaculée qui irradiait d’un chatoiement tel, qu’à lui seul il était en mesure d’éclairer tout le périmètre autour de son détenteur.
Cependant, le joyau a fini par subitement se dissoudre et ce, sans la moindre explication. Ce mystérieux phénomène ne semblait en tout cas pas avoir surpris le moins du monde Black, qui l’avait regardée se désintégrer d’un regard marbré.
« Sans le pouvoir infini du Yin, il est certain que je ne m’en serais jamais sorti vivant. »
En prononçant ces quelques mots armé d’une légère pointe de pragmatisme, le destructeur de mondes a brutalement refermé sa main sur la poussière qu’elle contenait, munie d’une grande conviction.
C’est alors rattrapé par les nombreuses blessures contractées durant son combat face à Shadow, que Black a fini par s’écrouler le genou à terre. Force est de constater que ce dernier n’en menait pas plus large que son homologue terrien.
En plus d’arborer des yeux des plus exorbités, son front scintillait d’une sueur abondante et cristalline. De plus, le Fléau noir paraissait cruellement souffrir de ses lésions et était essoufflé au point que sa respiration soit forte et saccadée.
« Ce corps… je ne m’attendais pas à ce que l’un de ses artisans se montre aussi puissant, » a-t-il peiné à prononcer entre deux halètements.
Fort de ce constat, le hérisson a esquissé un large sourire satisfait, avant de poursuivre en tentant difficilement se remettre sur ses jambes.
« Shadow le hérisson… Je le reconnais, ta force est telle que j’ai bien failli perdre quelques plumes de mon divin plumage. »
Dans son élan, le destructeur de mondes s’est ensuite mis à longuement observer ses mains, qu’il ouvrait puis refermait sans cesse, comme pour s’assurer qu’il en avait pleinement le contrôle.
Visiblement fier de sa force, le hérisson a définitivement mis un terme à cette phase d’observation, en évacuant un rire à gorge déployée, dont l’éclat parsemé d’un sadisme sans équivoque, était parvenu à effrayer les quelques volatiles perchés aux extrémités des branches des végétaux qui l’entouraient.
« Magnifique. Je sens son pouvoir s’éveiller en moi, oui, grâce à toi ma quête vient de bâtir l’un de ses piliers les plus capitaux. »
De par ces mots et ce regard débordant d’assurance porté vers l’horizon, le Fléau noir promettait là, un retour sous d’auspices encore plus chaotiques.


Plusieurs jours s’étaient ainsi écoulés, depuis le duel des hérissons. Shadow qui était toujours hors-jeu depuis lors, avait pu compter sur le sang-froid de sa camarade qui n’avait pas perdu un seul instant pour le ramener chez elle, où il demeurait encore inconscient et allongé sur son lit. Fidèle et soucieuse quant au sort du hérisson, Christy avait passé l’ensemble de ses journées sur sa chaise à veiller sur lui, et c’est cet excès d’affection qui avait fini par user ses dernières forces, à elle qui demeurait littéralement avachi près du corps inerte de Shadow.

Le matin venait de se lever sur Cascade, et c’est sous l’éblouissante lueur vermillonne de son astre que la chambre de l’adolescente baignait peu à peu.
Visiblement, le soleil n’était pas le seul à émerger des profondeurs de la nuit. Il y avait aussi le hérisson noir qui après un sommeil de plusieurs jours, a enfin daigné ouvrir les yeux.
Le premier réflexe qu’il a eu en se réveillant, a été de brusquement relever son dos, ce qu’il a réalisé sans grande peine, comme son combat n’avait jamais eu lieu. Quoiqu’il en soit, son éveil brusque n’avait pas mis longtemps à faire sursauter Christy.
Désorientée, la jeune cascadienne qui tournait frénétiquement la tête dans tous les sens pour se remettre, a lentement frotté ses yeux avec ses poings. Elle a ensuite fixé son camarade, munie d’un sourire dont la largeur seule suffisait à décrire toute la joie qu’elle ressentait.
« - Ça y est tu es enfin réveillé ! Je commençais à désespérer.
Sans grande surprise, Shadow n’a pas prêté le moindre signe d’intérêt à sa protégée bien au contraire, il s’est lancé dans une recherche active que ses pupilles remuantes et son air inquisiteur traduisaient au fil des secondes. Il a néanmoins fini par poser son regard sur la petite table de nuit à sa droite, où se trouvaient les deux bracelets dorés qu’il avait lui-même expulsés lors de son combat face à Black.
Ayant vraisemblablement retrouvé l’objet de sa curiosité, le natif de l’Arche s’est empressé de s’en emparer et de les glisser autour de ses mains.
- Tu aurais dû replacer aussitôt mes chargeurs autour de mes poignets. Mon énergie se serait rassemblée bien plus rapidement.
L’adolescente paraissait peu surprise voire totalement consciente de la révélation ô combien importante que venait de lui souffler Shadow, avec un soupçon d’agacement. Elle s’est même permise d’afficher un sourire taquin à son écoute, et d’arborer une mine qui l’était toute autant.
- Oui je sais tout ça, mais je dois t’avouer que ce n’était pas totalement désintéressé.
- Tu veux bien t’expliquer ?
Perplexe, le hérisson noir a longuement scruté sa camarade dont il attendait impatiemment la réponse.
Christy s’est alors chargée d’éclairer sa lanterne d’un ton moqueur et d’une insolence presque palpable.
- Ne pas t’entendre ronchonner pendant presque une semaine, t’imagines le rêve ? Tu comprendras qu’il m’était difficile de me priver de vacances pareilles.
A première vue, cette plaisanterie dont l’humour n’avait d’égal que l’audace de sa propriétaire, n’était pas au goût de Shadow, qui la fixait d’un sale œil.
Cependant, son regard renfrogné a fini contre toute attente par vaguement s’adoucir, au point qu’un léger sourire en coin ne vienne se dessiner sur ses lèvres, au grand bonheur de sa camarade.
Bien évidemment, cet aspect que trop peu usuel du terrien n’a pas duré et c’est un bref instant plus tard qu’il a repris ses airs habituels.
- Elle est partie, n’est-ce pas ?
Sans davantage détailler son interrogation, Christy dont la mine venait subitement de s’attrister semblait avoir compris de qui son ange gardien voulait parler. Elle a alors baissé la tête et s’est hâtée de lui répondre d’un ton empli de déception.
- Oui. Je lui ai confié le vaisseau spatial que j’ai programmé pour se rendre sur Mobius. Elle devrait sans aucun doute y avoir déjà atterri. »
Face à ses révélations, le hérisson a regardé par la fenêtre à l’autre bout de la chambre d’un air pensif.
« Dis Shadow. Pourquoi tu m’as coupé la parole lorsque j’ai essayé de lui dire que tu étais l’un des héros qu’elle recherche ?
A l’écoute des mots de son hôtesse, le concerné a lentement porté son regard marbré sur son visage inquisiteur, puis s’est justifié d’une voix neutre.
- Je ne suis pas un héros et encore moins un habitant de ce monde. J’estime que lui seul peut endosser ce rôle, cette histoire ne me concerne pas. »
L’adolescente n’était pas étonné par la réaction du natif de l’Arche qu’elle ne connaissait que trop bien. C’est pourquoi, elle s’est contentée d’esquisser un petit sourire amusé devant autant d’entêtement.

Le silence a peu à peu fini par imposer sa lourdeur au sein de la chambre de la cascadienne. Les deux protagonistes qui y demeuraient, semblaient perdus dans leurs pensées, si l’on en jugeait par cet air préoccupé qui les animait.
C’est néanmoins le hérisson noir qui en fixant par la fenêtre le soleil au loin qui s’élevait doucement derrière les montagnes touffues, en a finalement chassé la présence.
« Le Fléau noir.. N’empêche, j’ignore de qui il peut bien s’agir et même d’où il sort, d’ailleurs, c’est vrai que notre ressemblance physique est plutôt intrigante.
Lorsque ce constat a pénétré les oreilles de Christy, cette dernière a arboré une mine toute aussi dubitative que son camarade, tandis que ses bras étaient croisés et que ses yeux eux, sillonnaient ardemment la moquette blanchâtre de sa chambre, à la recherche d’une éventuelle explication.
- Ce vrai que c’est un mystérieux personnage et puis, quelle vision du monde et surtout, quel mépris pour toutes ces espèces qui y vivent… Tu penses qu’il pourrait s’agir d’un parent de ce fameux Sonic dont parlait Gally ?
Shadow a de nouveau posé un regard solennel sur son interlocutrice. Ses traits illustraient toute l’étendue de sa perplexité, celle-là même qui a stimulé sa réponse.
- Je ne crois pas mais, lorsque je l’ai affronté, j’ai eu comme une drôle d’impression.
- Laquelle ? A aussitôt répliqué la jeune rousse, d’un regard curieux et écarquillé.
Sans perdre un seul instant, Shadow s’est hâté de livrer son point de vue sur un plateau de conviction, caractérisé par un visage des plus graves.
- J’ai eu la sensation de combattre notre reflet. »



Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Mai 15, 2017, 05:20:25
Oh mais tu pourrais être prof de français si t'aime tant le vocabulaire alors ::o:

Du coup si tu as toutes les grandes lignes, tu es bien sûr de pouvoir écrire jusqu'à la fin? Et actuellement combien de chapitre as-tu fini d'écrire jusqu'au dernier?

J'ai fini mes révisions, maintenant je vais m'enfermer chez moi et décrété que je suis en vacance pour rester sous ma couette et ENFIN lire tes deux posts :)

la jeune cascadienne vouait à son celui qu’elle qualifierait
teindre ses joues d’un rouge écarlate -> qu'est-ce qui est rouge écarlate? les joues donc un s aux adjectifs :)
qui tels de leitmotivs -> je peux me tromper mais c'est "des" ?

Oui alors là je vais faire la chieuse qui remarque tous les détails mais à cette phrase: « Alors c’est donc ça le pouvoir de la forme de vie suprême créée il y a un demi-siècle sur la planète Terre ? »
En fait ça fait 50 ans pour la Terre mais comme la Shadow est dans le monde de Sonic le temps ne s'écoule pas de la même façon et oui je te fais chier pour rien mais fallait que je le dise x) La phrase est zolie donc laisse :p

Black devait parler de Sonic, par contre il espère avoir les émeraudes mais tant que Shadow sera là pour lui mettre une raclée il peut toujours courir, surtout avec les pierres :p
La première chose que j'ai pensé quand Black s'est téléporté, c'est qu'il est arrivé sur la planète du prologue, avec les deux orphelins frère-soeur.
Et c'est intéressant que Shadow dise "notre reflet" puis qu'il avoue qu'il a le même style de combat que Sonic :p

Voila, bon courage pour la suite et tes exams :)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mai 20, 2017, 10:01:48
Prof de français ? Dans une autre vie peut-être  :;):

Normalement oui, je devrais tenir jusqu'à la fin. Pour l'instant je n'ai pas de nombre de chapitres exact, il y en 8 titrés et bien définis où j'ai déjà abordé les grandes lignes pour le moment, les autres ont un nom mais pas de numéro. Je pense qu'il y en aura moins de 15 quand même, oui, entre 10 et 14 ou moins.
Pour l'instant à la rédaction destinée à la publication, je n'en suis qu'à la partie deux du chapitre 4.

Je fais quelques fautes d'étourderies oui, je le confesse, je me relis bien trop rapidement ::-\:

Tu as raison, ce sont bien les joues qui sont rouges écarlates, mais elles sont D'UN rouge, et comme tu le sais un est un déterminant qui marque le singulier.
Dans le cas où il aurait été écrit [...] teindre ses joues qui deviennent rouges (sans écarlate) il y aurait eu accord mais dans le cas que tu cites, la présence de "un", s'applique directement au mot rouge.

Et troisièmement ça peut toujours servir, lorsqu'une couleur est exprimée par deux termes ou plus (comme rouge écarlate), les termes restent invariables.

"Ses joues ont teint au point de devenir rouge écarlate"


Le plus grand plaisir pour moi, c'est que tu fasses ce genre de spéculations autour de Black ou des orphelins... c'est vraiment très plaisant  :;D:
Les émeraudes... finira-il par les avoir, va-t-il se faire éliminer, tous ces éléments de réponses tu les auras bien assez tôt  ::D:

PS : Pour le coup de Shadow et de la différence temporelle entre les deux mondes, effectivement, je te décerne la médaille de la chippoteuse du siècle  :;D: ::P:
Oh et j'espère que ça a été pour toi !


Allez, have a nice reading  ::):







Chapitre 4 : L'exilée (2)







Mobius.
C’est sur cet astre qu’avait élu domicile Sonic le hérisson bleu. Cette planète sphérique à la teinte verdâtre, a à de nombreuses reprises été le théâtre d’innombrables batailles, opposant la tyrannie du Docteur Ivo Robotnik à son principal rival hérissé, qui n’avait de cesse de déjouer ses plans, constamment suppléé par ses camarades et amis.
C’est également sur cette planète que Gally conformément aux dires de Christy, venait tout juste d’aluner à bord du petit transporteur que lui avait confié cette dernière. En effet, pour un vaisseau spatial censé voyager à travers la galaxie, l’appareil de l’adolescente semblait au final somme toute assez étriqué, pour un enjeu de cette taille. D’ailleurs, ses dimensions restaient très modestes avec sa petite dizaine de mètres de longueur à vue de nez et sa largeur à moitié moindre. Il disposait aussi de deux ailes repliées sur le revêtement de l’appareil, ainsi que quatre turboréacteurs cylindriques fixés par paire à l’arrière de l’astronef.
Avec son cockpit à l’avant composé d’une épaisse verrière derrière laquelle se tenaient les deux sièges des passagers, ce vaisseau spatial ressemblait davantage à une version améliorée du jet de combat de Christy. Seulement, même si les apparences ne paraissaient guère jouer en sa faveur, l’alliage métallique ocré qui en composait principalement la coque, semblait d’une robustesse à toute épreuve et mettait ainsi définitivement un terme à tout débat, quant à sa capacité à voyager dans l’espace.

Ceci étant dit, la navette de la féline s’était posée dans l’une des nombreuses prairies mobiennes, plus précisément à l’orée d’un bois. Ce pré naturel dominé par ce vert printanier, s’étendait à perte de vue vers des horizons qui paraissaient sans limite.
C’est donc au milieu de ce décor champêtre, que la porte située sur la paroi latérale du vaisseau a fini par coulisser et ainsi, permettre à Gally de découvrir ces nouveaux paysages qu’elle observait déjà d’un regard curieux.
D’ailleurs, à peine avait-elle posé le pied sur le gazon sec de la plaine, que la féline se voyait déjà accueillie par la présence de menaçants cumulonimbus, fidèlement accompagnés par un vent qui n’avait pas mis longtemps avant de se lever.
Face à cette bourrasque tant violente qu’inattendue, la rescapée de Aurora et plus récemment de Cascade, paraissait surprise voire totalement dépassée, au point lutter pour garder sa stabilité ainsi que celle de sa robe, qu’elle maintenait fermement d’une main.
Face à ces conditions climatiques qui se dégradaient, Gally n’a pas eu d’autre choix que de trouver refuge dans la forêt, dont l’entrée ne se situait qu’à quelques pas de son vaisseau. Autant dire que bien lui avait pris, car la pluie s’était soudainement abattue dès lors qu’elle a pénétré dans le bois.
La féline a alors contemplé d’un air ébahi bien à l’abri sous les feuilles des grands arbres, l’averse qui gagnait peu à peu en intensité.
Sans aucun recours ni même autre idée en tête, la jeune féline a décidé de s’enfoncer dans la forêt, dans l’espoir de la traverser avant la tombée de la nuit.
Gally a donc marché, remarché, marché encore et toujours et ce, des heures durant sans vraiment savoir où aller. Au fil de sa progression, ses pieds n’avaient de cesse de s’enliser dans la boue et les gouttes de pluie glissant entre les feuilles des arbres, venaient humidifier sa tenue immaculée qui s’imbibait progressivement, pour s’agripper désagréablement à son pellage.
Le visage pourtant si déterminé de Gally à l’idée de rencontrer Sonic, se convertissait petit à petit en une expression morose. Son dépit se traduisait surtout par des pas de plus en plus lents et une mine des plus dépitée.
Pour faire simple, la gardienne par défaut des émeraudes du Chaos était perdue, au point de finir par s’arrêter et s’emparer de son sac qu’elle avait agrippé à son épaule.
Elle l’a ensuite ouvert, avant de contempler un long moment son contenu.
Les sept émeraudes brillaient d’un éclat éblouissant, rassurant mais aussi, chaleureux. Elles apportaient lumière et espoir dans cette forêt relativement assombrie par les nuages qui dominaient le ciel. En tout cas, à cette espérance Gally a fermement voulu y croire.
« Et vous ? Vous n’êtes pas en mesure de m’aider à retrouver Sonic je suppose… »
En fixant les émeraudes d’un œil étincelant d’espoir, la féline semblait plus que tout attendre ne serait-ce qu’un signe de leur part, n’importe quoi pourvu qu’elles lui redonnent confiance. Hélas, mis à part un profond silence que la chute de la pluie battante venait perturber, Gally a rapidement dû se rendre à l’évidence, les émeraudes ne dialoguent guère. Face à cette désillusion, la rescapée de Aurora a évacué un profond soupir de déception, qui allait de pair avec ses traits abattus
« Non bien évidemment, quelle idiote je peux faire… Comme si des simples pierres pouvaient me répondre.. »
« - La vache ! Ça t’prend souvent de parler à ton sac à dos comme ça ?
Une voix ? Mais d’où pouvait bien provenir cette phonation ? C’est en tout cas la question que s’est posée Gally qui soudainement, a été prise d’une peur panique. D’un sursaut, l’amnésique a alors brusquement relevé la tête et c’est au moment où elle a fait face à son propriétaire, que ses mirettes se sont écarquillées d’une torpeur quasi palpable. Au vu de la situation, il y avait quand même de quoi, surtout lorsqu’elle a aperçu juste sous son nez, le visage d’un hérisson qui la fixait avec de grands yeux inquisiteurs.
Ce personnage hérissé qui était soudainement apparu devant la rescapée de Aurora n’était pas Sonic, comme le témoignait ce pelage vert citron qu’il arborait. Ce nouveau personnage était vêtu d’une petite veste en cuir carmine aux manches courtes, qui contrastait avec ses yeux azurins. Le hérisson portait aussi autour de ses poignets, deux bracelets en cuir parsemés de pointes aiguisées.
La seul comparaison avec Sonic ne se limitait uniquement qu’au point de vue de l’espèce, car contrairement à lui, il disposait au sommet de son crâne de plusieurs piquants assez fins, tandis que deux autres plus épais venaient se succéder à l’arrière de sa tête.
Quoiqu’il en soit Sonic ou pas, la réaction de Gally qui dans sa tête ne voyait là qu’un voyeur qui la fixait d’un air des plus indiscrets, a été de pousser un énorme cri animé par une frayeur sans borne, qu’elle a extériorisé par l’intermédiaire d’un virulent soufflet que le hérisson a violemment encaissé bien malgré lui.
Le pauvre qui n’avait rien demandé, s’est vu propulser à plusieurs mètres en arrière, avant de finir sa course au milieu d’une flaque d’eau croupie.
Sonné, le hérisson a mis plusieurs secondes avant de finalement reprendre ses esprits, et affichait un visage on ne peut plus grimaçant. Il s’est ainsi progressivement relevé, en tenant fermement sa joue marquée par ce teint rouge et l’empreinte de la féline.
« Miel ! Ça c’était d’la pêche, parole de hérisson ! »
A l’écoute des lamentations de sa victime bien malgré elle, Gally a aussitôt compris son erreur et c’est juste après avoir refermé son bagage et l’avoir suspendu dans son dos, qu’elle s’est vivement rapprochée de l’agressé d’une mine accablée.
« - Je t’en supplie pa... pardonne-moi… J’avais nullement l’intention de te faire du mal, j’ai simplement pris peur…
Dès lors qu’elle est arrivée face à son interlocuteur, la gardienne des émeraudes à humblement étayer ses excuses, par une courbette dont l’inclinaison semblait proportionnelle au sentiment de culpabilité qui la rongeait.
Le hérisson ne paraissait guère rancunier par rapport à l’attitude un peu sauvageonne de Gally. Bien au contraire, ce dernier a esquissé un sourire compatissant et s’est même permis de détendre l’atmosphère à base d’humour.
- Aller t’inquiète ! Ça gaz j’te jure. J’suis solide comme un roc moi. »
Pour accompagner ses dires, le hérisson n’a pas pu s’empêcher d’exhiber ses biceps qu’il contractait avec beaucoup de peine, sous le regard amusé de son interlocutrice.

Après cette démonstration de force plus gaguesque que convaincante, le nouvel arrivant a repris un air sérieux et a interrogé la rescapée de Aurora l’index sur le menton.
« Mais plus sérieusement, j’m’attendais pas à croiser âme qui vive dans ces bois et surtout pas à c’t heure-ci..
Gally qui l’observait d’un regard ébahi, a vu cette rencontre totalement fortuite, comme un signe des émeraudes du Chaos qui avaient répondu à son appel de détresse. C’est pourquoi, elle a fermement tenu la lanière de son sac puis a tenté sa chance d’une voix pleine de détermination.
- Je suis à la recherche de Sonic le hérisson, le héros capable d’utiliser la lumière du Chaos pour réaliser des miracles. Saurais-tu où je peux le trouver s’il te plait ?
D’abord intrigué par la requête de la féline, le hérisson vert s’est dans un premier temps plongé dans une intense réflexion, illustré par cet air solennel et ce regard jugeur qui la scrutait avec minutie de haut en bas.
Il a finalement esquissé un large sourire amical et a pointé un index tendu en direction de ce qu’il a jugé comme étant le chemin à suivre. 
- Un peu mon n’veu ! En continuant par-là, tu devrais rapidement arriver au village où il habite et avant la tombée d’la nuit, parole de hérisson. »
Lorsque la marche à suivre est parvenue jusqu’à ses oreilles, Gally n’a pas perdu un seul instant pour remercier son sauveur d’une légère courbette, avant de se remettre en route en entamant une course folle.
 


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mai 26, 2017, 08:47:56
Chapitre 4 : L'exilée (3)








La féline dont l’espoir venait d’être ravivé fort de cette rencontre providentielle, courait à une vitesse démesurée à travers le bois, n’écoutant que son cœur alors que son corps soumis à cette fatigue qu’il accumulait lui, suppliait son esprit de bien vouloir s’arrêter.
Conformément aux dires du hérisson vert, Gally était donc finalement parvenue aux portes de la forêt, qui s’étaient manifestées par l’éblouissant éclat vermillon du soleil couchant.
En effet, la féline semblait se trouver au sommet d’une colline herbue, qui donnait sur vaste plaine verdoyante et au pied de laquelle, se situait un bon nombre d’habitations.
Oui, c’est bel et bien un village qui se tenait là, juste sous les yeux scintillants de joie de la rescapée de Aurora, qui le fixait avec émerveillement. Cette soudaine admiration où se retrouvait plongée la chatte immaculée, n’était pas due à la beauté de la bourgade, mais plutôt à ce sentiment de sécurité et d’espoir qu’elle lui inspirait. Après tout, Sonic le hérisson qu’elle recherchait tant, était censé être à l’intérieur de l’une de ces adorables petites maisonnettes qui de son point de vue, arboraient des formes tant qu’assez atypiques.
Cette bourgade était essentiellement cerclée par cette forêt dense d’où provenait Gally et paraissait totalement déconnectée du monde extérieur, si bien que même la violente averse ne l’avait en rien affectée. Il était aisé d’en conclure cela, si l’on en jugeait par cette herbe sèche ainsi que ce soleil carmin qui peu à peu disparaissait derrière la ligne d’horizon, non sans éclairer le village d’un dernier éclat, à la teinte écarlate.
Quoiqu’il en soit la vue de cette localité, doublé de ce vent crépusculaire qui soufflait délicatement sur son pelage, semblait avoir éveillé en elle une nostalgie, un étrange sentiment de déjà vu que son amnésie était encore incapable de définir. Hélas, à peine arrivée sur le sommet de la colline, la féline a tout juste eu le temps de murmurer sa joie d’être parvenue jusqu’au village de Sonic, avant de lentement perdre connaissance et de s’écrouler sur le gazon. Gally avait très largement surestimé ses capacités et son corps qui avait finalement eu raison de son cœur, venait-là le lui prouver d’une bien rude manière.


A des centaines de kilomètres du village, un autre mobien s’adonnait à courir toujours plus vite et toujours plus loin. Seulement, ce dernier n’était pas à la recherche de justice ni même d’un héros miraculeux capable de terrasser le mal par la force des sentiments. Non, cet individu capable de se mouvoir à des vitesses ahurissantes qui à elles seules, feraient complexer le légendaire SR-71, était d’ailleurs l’objet de la convoitise de Gally. En soit comprendra qui pourra, ce hérisson bleu qui parcourait Mobius de long en large, animé par une passion ardente que traduisait sa course au fil de ses grandes enjambées, n’était autre que Sonic.
Grâce à son ahurissante célérité, aucun recoin de sa planète natale n’avait de secret pour lui, ou du moins, aucun lieu constitué ne serait-ce que de la moindre parcelle de terre. Ainsi, le hérisson bleu pouvait passer des journées entières à courir. Oui, Sonic pouvait parcourir des déserts arides et profitait de ces bourrasques chargées d’air chaud qui lui caressait agréablement le visage, ainsi que du sable doux dans lequel ses pas s’enfonçaient volontiers. Il traversait également les vastes étendues arctiques situées aux pôles mobiens, où il s’aventurait avec la plus grande des minuties, de peur de tomber dans le piège ripant de ces parterres gelés et glissants. Mais ce que le hérisson bleu paraissait le plus affectionner, étaient ces jungles australes à la végétation démesurée, où il prenait souvent soin d’observer avec admiration entre deux pas, les gigantesques fruits perchés du haut de leurs arbres vertigineux, tout en essuyant son front d’un revers de la main, constamment frappé par l’humidité de l’air ambiant.

Ce soir-là, les milliers d’étoiles qui peuplaient le ciel obscur, scintillaient de mille feux, tout comme cette lune dorée et rondelette qui trônait au milieu de ces astres et qui éclairait le chemin du hérisson.
Visiblement rassasié de sa soif quasi intarissable de course, Sonic avait décidé de prendre la direction de son village, duquel il se rapprochait à grandes enjambées. Seulement, lorsqu’il est parvenu à l’orée du bois, le sprinter n’a guère pu s’empêcher de remarquer la présence d’un drôle appareil volant, posé au beau milieu de la prairie.
A sa vue, Sonic rongé par la curiosité a décidé d’interrompre sa progression, en s’arrêtant devant l’objet de son intrigue, qu’il reluquait d’un œil inquisiteur. Bien évidemment, ce dernier n’a pas mis longtemps avant de comprendre qu’il s’agissait-là d’un petit vaisseau spatial, bien aidé par le rayon lunaire qui mettait à nu la carcasse ocrée de l’appareil.
Cependant, même si Sonic venait de résoudre le mystère lié à l’identification de cet objet, il restait néanmoins une interrogation qui l’intriguait de plus belle, une question qui planait autour de sa présence en ces lieux bien insolites pour un vaisseau spatial.
C’est donc l’index sur le menton et d’un regard froncé à la recherche du moindre indice, que le hérisson a commencé à chercher une explication plausible. Hélas peu à peu, l’absence de réponse concrète s’est manifestée en quelques signes de nervosité de plus en plus récurrents, illustrés par ce pied qui tapait frénétiquement le sol et de ses bras fermement croisés.
D’apparence trop prise de tête pour lui, Sonic a fini par hausser les épaules d’un geste plein de désinvolture, avant de finalement se remettre en route, aussi vite qu’il est arrivé.


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Mai 27, 2017, 05:17:48
En retard, en retard, je suis en retards!
Navrée pour la réponse tardive, j'ai pas vraiment d'excuse à part: j'ai oublié de passer x)

au point lutter pour garder sa stabilité -> *de
qui donnait sur vaste plaine verdoyante  -> *une

WO MON DIEU
TU M'AS DONC MENTI
PS : Manic ? Tu vas être déçue..

Mais je m'en fou je te pardonne parce que vala <3 Et je paris un billet de 50.000 de monopoly qu'il y aura une love-story entre lui et Gally valaaaaaa :;D:

Et sinon je pose la théorie que Gally en fait est la réincarnation de la soeur du prologue devenue amnédique, et que donc Black voudra la tuer pour des raisons encore méconnus.

Voila du coup là j'ai envie de savoir si Gally est toujours par terre (parce que bon elle s'est écroulé quand le soleil était toujours là et Sonic revient quand la nuit est là, donc soit les habitants du village l'ont récup soit elle est toujours par terre et se réveillera avec un gros rhume à cause de la pluie. Et là je pense à cette scène dans Pokémon où la maman de Sacha et Mr Mime écrase Pierre sans le savoir dans la s2. Si Sonic fait ça omg la réputation qu'il aura x) Oui je pars dans des délires, c'est ta faute t'as mis Manic. Si y'a Sonia en plus t'as le droit à un bisous)

Et sinon devine qui regrette d'être arrivé en retard du coup ? :c

-----

Ne t'en fais pas pour la relecture, je suis là pour toi!
J'espère du coup que ma petite spéculation de plus haut te feras aussi plaisir, je le pense vraiment :)
Et si je voulais chipoter encore je dirais que "aluner" tu l'avais deja utiliser dans ta dernière fic et il me semble que ça veut dire "atterir sur la lune" mais je te pardonne car tu as un excellent vocabulaire! (et que ce mot je l'ai retenu grace à toi tu vois)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Mai 28, 2017, 01:46:10
Tu peux prendre tout le retard que tu souhaites, je sais juste que c'est toujours agréable de te voir te manifester  :;D:

C'est toujours aussi agréable de te voir corriger ces parasites de fautes d'étourderie aussi ::-\:

Tu as raison de chipoter, et puis pour "aluner" aussi. J'en avais surement marre de "atterrir" et il me fallait un "synonyme"
Je suis content si je peux aider  ::):


J'aime bien lorsque l'on commence à spéculer sur l'origine des personnages, c'est pour moi un vrai cadeau  ::):

Oui je me souviens bien de cet épisode  :;D: ! C'est après qu'il se soit fait virer de chez le Professeur Flora pour une raison qu'on ne saura jamais visiblement...
Je ne dirais même pas qu'ils l'écrasent involontairement, je dirais plutôt qu'ils nettoient carrément leurs godasses sur le dos de Pierre #paillasson pour le coup. C'est quand même abusé  ::D:

Je ne t'ai pas menti concernant Manic. L'apparition du hérisson vert dont je n'ai même pas citer le nom n'était même pas prévue à la base. C'était du fan-service enfin, du Lirane-service pour le coup. Je ne sais pas s'il réapparaitra dans la suite pour dire, alors Sonia...
Du coup, j'imagine que c'est râpé pour le bisou, tant pis pour moi  ::'(: ::P:

Mais à moi le billet de 50 000 je suppose en faite !  ::P:

Pour me faire pardonner, je poste la suite bien plus tôt que prévu. Pas mal comme compensation non ?  :;D:

Allez, comme toujours, have a nice reading.



Chapitre 4 : L'exilée (4)








Le noir total, le chaos et la désolation. Il semblerait que cette face obscure qui la gangrénait de plus en plus, fasse partie intégrante de cette mémoire perdue, dissimulée derrière cet épais voile opaque que représentait son amnésie. Oui, Gally qui avait perdu connaissance, se retrouvait une fois de plus confrontée à la manifestation inconsciente de ses pensées enfouies, qui cette fois-ci s’était matérialisée sous la forme d’un rêve au milieu duquel elle demeurait seule. Il faisait nuit noire et le ciel se voyait couvert d’épais nuages qui arboraient chacun une teinte pourpre. Même si les détails autour d’elle restaient somme toute assez flous, le subconscient de la chatte immaculée était suffisamment clair, pour qu’elle parvienne à apercevoir ces bâtiments ravagés par les flammes, qui jalonnaient les deux côtés du sentier sur lequel elle se retrouvait à genoux. Gally était ainsi immobile au milieu de ce décor apocalyptique, qu’elle contemplait d’un air absent, munie d’un regard vide et impuissant. C’est alors qu’une voix s’est soudainement mise à résonner dans sa tête, attirant par la même occasion l’intégralité de son attention.
« Toute cette désolation… mon rêve à moi, c’est d’éliminer tous les profanes. C’est pour cela que je l’ai créée, elle, ma précieuse arme. »
Cette voix distincte, Gally semblait la découvrir en même temps que le message qu’elle colportait. Lorsque la féline a pris conscience de ces propos, elle a aussitôt écarquillé les yeux et d’un faible murmure, a exprimé toute l’étendue de sa perdition.
« Une… une arme… »
Une gênante sensation de chaleur a néanmoins progressivement pris le pas sur son incompréhension, au point qu’elle n’en vienne à se masquer les yeux tant la gêne était désagréable.
Il s’agissait en réalité d’un rayon de soleil, dont l’éclat lui frappait intensément le visage. Peu à peu, la rescapée de Aurora a fini par sortir de son rêve et à émerger, en protégeant par pur réflexe ses paupières encore closes des radiations solaires, avec la paume de sa main.
La gardienne des émeraudes du Chaos a alors lentement ouvert ses mirettes, avant de constater avec étonnement qu’elle était allongée sur un lit soigneusement bordé. Au moment où elle a pris conscience de s’être réveillée en un lieu drastiquement différent de la plaine au clair de lune où elle avait perdu conscience, Gally s’est d’un sursaut redressée, défaisant ainsi le beau matelas aux draps rosés, sur lequel elle paraissait avoir terminé la nuit. D’un regard paniqué, la chatte immaculée a ensuite scruté d’un regard inquisiteur, ce nouveau refuge qui lui était visiblement, totalement inconnu. La féline a ainsi rapidement fini par comprendre qu’elle avait affaire à une maison, dont elle observait chaque recoin avec minutie. Enfin, ici le terme recoin semblait totalement inapproprié, tant l’habitation arborait une forme circulaire. La décoration dont elle disposait, demeurait aussi atypique que sa géométrie intérieure, avec ses murs teints d’acajou et de ses meubles qui conservaient une dominante rosée voire violacée, à l’image de ce canapé orbiculaire qui trônait au beau milieu de la pièce principale, ou de bien de large ce tapis rond et framboise. Pléthores d’autres objets décoratifs venaient orner les murs, comme le témoignaient ces rangements en bois plaqués sur les parois, littéralement mis à jour par la lumière du soleil, qui illuminait la pièce par le biais de ces petites fenêtres en arc.
Quoiqu’il en soit, Gally qui se sentait très peu à son aise, ne s’est pas attardée outre mesure sur la décoration. Cet intrigant cauchemar doublé de ce lieu inconnu semblait l’avoir déboussolée, si bien que les premières gouttes de sueur d’une angoisse presque palpable, ont fini par s’écouler le long de son front.
C’est alors contre toutes ces attentes, que la porte d’entrée boisée de l’habitation s’est brusquement ouverte, suscitant ainsi toute sa curiosité que son regard suspicieux caractérisait de bien belle manière. Plus le battant s’entrouvrait, plus les yeux de la féline se resserraient, tout comme l’étreinte de ses mains qui tenaient fermement la couverture du lit. Le long suspens dans lequel était plongé la rescapée de Aurora a cependant fini par s’estomper, lorsqu’elle a aperçu avec stupeur, la silhouette d’une hérissonne progressivement se dessiner derrière la porte. Bien évidemment, cette nouvelle arrivante qui était vêtue d’une courte robe d’un rouge vif et qui portait dans la main un épais sac en tissu, n’était autre que Amy Rose, l’une des amies proches de Sonic.
Ainsi, quand le battant s’est entièrement refermé après le passage de la propriétaire des lieux, cette dernière qui s’est dirigée vers ce qui avait l’air ni plus ni moins d’être le plan de travail d’une cuisine ouverte sur la pièce principal, a prononcé ces quelques mots à l’égard de Gally, qui la fixait attentivement.
« - Tiens bonjour. Tu t’es bien reposée j’espère. »
La féline a mis son temps, mais elle quand même finalement compris que sa présence ici, n’était certainement due qu’à la bienveillance de son hôtesse. Encore un peu embrouillée, la chatte a alors baragouiné quelques propos, la main sur le front et l’air un peu égaré.
« Décidemment, je n’arrête pas de perdre connaissance et de me réveiller le lendemain matin dans le lit de nouvelles inconnues. C’est une manie ma parole… »
Amy qui n’avait pas bien entendu les mots de son invitée, l’a aussitôt interpelée d’un ton pressant voire limite agressif, après s’est être déchargée de son bagage sur l’îlot central boisé de sa cuisine.
« Comment ? Qu’est-ce que tu marmonnes ? »
A première vue, Gally paraissait assez surprise par le soudain changement de comportement de la hérissonne, au point qu’elle a brusquement affiché un regard assez effrayé.
- Rien, n’y prête aucune attention.
L’amie de Sonic ne semblait pas très convaincue par les propos de son interlocutrice, qu’elle dévisageait d’un œil incrédule. Elle a néanmoins décidé de laisser couler et s’est ensuite lentement mis en marche vers le canapé magenta, sur lequel elle s’est lourdement écrasée après avoir évacué un long soupir de soulagement.
- En tout cas, je suis contente de voir que tu as l’air d’aller bien. Tu as vraiment eu beaucoup de chance tu sais ? Je ne sais pas ce qu’il serait advenu de toi si Sonic ne t’avait pas retrouvée sur la plaine à l’entrée du village.
Sonic… Cela va de soi que ce nom n’était pas tombé dans l’oreille d’une sourde, si bien qu’à son écoute, Gally a aussitôt écarquillé les yeux de stupeur.
- Tu as bien dit Sonic ? »
Oui, cette simple dénomination avait suffi à mettre la féline dans tous ses états, elle, qui en était même venue à subitement se lever du petit lit rectangulaire, sous le regard ébaudi de Amy. C’est donc d’un pas lourd et déterminé qu’elle a dangereusement bondi sur son hôtesse, en la secouant fermement les deux mains sur ses épaules.
« Où est-il allé hein ? Où ? Je t’en supplie, tu dois impérativement me dire où se trouve Sonic le hérisson ! C’est une question d’ordre vital !
La rescapée de Aurora semblait totalement possédée. Elle agitait brutalement son interlocutrice dans tous les sens possibles, tout en lui hurlant littéralement sous son nez, à elle dont le corps s’était paralysé d’effroi. Autant dire que les rôles s’étaient inversés. C’était désormais la hérissonne rosée qui fixait la féline d’un regard écarquillé de peur, en écoutant ses propos qui à ses oreilles, n’avaient pas le moindre sens.
Toutefois, s’il y a un message que Amy semblait avoir bien saisi, c’est que la chatte en avait après Sonic, qu’elle souhaitait ardemment voir.
Contrariée par ce fâcheux détail, son visage n’a pas mis longtemps à se durcir et à arborer des traits bien plus renfrognés. D’un geste de mains brusque, elle s’est alors libérée de l’emprise de son invitée avant de répliquer les poings sur les hanches.
- Ohé minute papillon ! Qu’est-ce que tu lui veux à MON Sonic au juste ?
A l’écoute de ce pronom possessif que la propriétaire des lieux ne s’était pas privée de grossièrement accentuer, Gally a tout de suite compris qu’il y avait méprise quant à sa velléité de rencontrer le hérisson. Elle s’est donc chargée de rétablir la vérité, en affichant l’air le plus confus qui soit.
- Je t’assure, tu te trompes sur mes intentions. Hélas pour ta propre sécurité, il vaudrait mieux que tu n’en saches pas plus..
Cette justification n’avait en rien rassasié la hérissonne rose, qui au vu de sa mine agacée n’avait pas l’air de décolérer.
Portée par ses souvenirs sur Aurora et l’immensité de ses sentiments, la féline a presque inconsciemment mis fin à tout débat, en poussant davantage son argumentation.
« Et puis si cela peut te rassurer plus encore, je suis déjà amoureuse de quelqu’un d’autre. »
En confiant cet aveu d’un air pensif, Gally n’a pas pu empêcher ses joues de se teinter d’un rouge vif et ses lèvres, de dessiner ce sourire passionné, dont la tendresse parvenait à faire rayonner son visage d’un bonheur presque contagieux.
C’est d’ailleurs submergée par cette émotion qu’elle ne connaissait que trop bien, que Amy a finalement été convaincue par son interlocutrice, qu’elle a agrippée par les mains, pourvue d’un sourire compatissant.


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Mai 28, 2017, 06:31:31
Si j'ai un an de retard tu pardonnes? :;D:

C'était involontaire si x) Mais j'ai toujours adoré ce passage gamine :p

Non je n'y crois pas à ce Lirane-service, je suis sure que tu me caches quelque chose :;D:

Pour le billet de monopoly je l'imprime attends :p

Du coup Gally ne pense donc pas une seconde que son chérie est mort sur la planete? Perso c'est ce que je me suis dit direct, bon après l'espoir fait vivre je peux comprendre :p

Là j'ai pas de théorie à faire sur le flashback inconscient, ou alors juste dire que Gally a été capturé par une soucoupe volante qui l'a fait léviter mais ça m'étonnerais que ça soit ça x)

Donc prochain chap nous verrons ENFIN la discussion entre Sonic et Gally, ENFIN. Et si Robotnik s'y oppose je pete un cable >< Je veux savoir des trucs et tout! (et voir se que tu vas faire pour le couple Sonamy)

Bon courage cette semaine :)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Juin 13, 2017, 08:52:26
Bonjour, alors j'ai une triste nouvelle à annoncer, je vais interrompre le cours de cette histoire.
C'était une belle aventure mais malheureusement, elle était assez chronophage…

Loool je plaisante, bien évidemment  :;D:
Non l'Héritage du Chaos se porte bien et j'espère qu'il manque un peu à ceux qui m'ont fait le plaisir de le lire. Je compte publier la suite sous peu, enfin, quand je l'aurai rédigée.

Te concernant Lirane, je pense que un an d'absence serait pardonnable ne t'en fais pas  :;):

Gally a clairement vu Éon disparaître sur Aurora mais bon, l'amour n'a pas de frontière j'imagine.
Le flashback de Gally semble pourtant tellement évident !  ::o: mais bon, je te laisse mariner  ::):

Et oui enfin, il y aura bien une conversation Gally/Sonic enfin, si l'on suit la logique des choses.

Ah et oui, je ne développerai aucun couple, du moins ce n'est pas prévu. Avec des personnages déjà existants c'est assez dur et il n'y a pas assez de libertés selon moi pour se permettre de faire n'importe quoi.

Pour conclure, je dirais patience, le Fléau noir est loin d'avoir rendu son dernier souffle..


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Juin 14, 2017, 07:54:50
Oui je trouvais que ça faisait un moment que t'avais pas posté je me demandais pourquoi :p

Ou alors Eon en fait est pas mort mais est devenu maléfique/un robot ::o:
Faudra que je le relise alors x) Ou alors Gally est la reincarnation de la soeur du prologue et du coup Black voudra la tuer :o

Bon bah pour les couples je sais que je vais me calmer du coup. Un peu triste mais tant pis :)
Comment ça pas assez de liberté? Tu sous entends que quelqu'un t'as enfermé dans une cave? :o

Bon courage à toi et bonne redaction :)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Juin 20, 2017, 10:06:35
Tu découvriras les réponses à tes questions bien assez tôt, j'espère  :;):

Cette partie est longue, plus que d'habitude parce que la prochaine qui sera la suite et fin du chapitre, devrait l'être beaucoup moins qu'à l'accoutumée.



Allez, as always  ::):



Chapitre 4 : L'exilée (5)







Plusieurs journées s’étaient ainsi écoulées depuis la rencontre entre la féline et la hérissonne au tempérament brulant d’un feu ardent, qui n’avait d’égal que sa jalousie presque exagérée.
Amy avait pris soin de mettre son invitée dans la meilleure des aises possibles, notamment en l’intégrant à son groupe de camarades, à peine leur présentation faite.
C’est ainsi l’après-midi même, que Gally avait rencontré Cream et Cheese. La lapine et son inséparable Chao, paraissaient littéralement conquises par cette beauté pure et innocente, ainsi que cette timidité attachante que dégageait la nouvelle arrivante. Pour dire, elles s’étaient sans attendre empressées de la tirer avec elles en l’agrippant chacune par la main, pour l’amener vers les nombreux jardins qui peuplaient le village.
La jeune amnésique était fascinée par la beauté de cette luxuriante végétation et de ces fleurs bariolées qui s’étalaient à perte de vue. Elle affectionnait également contempler les habitations du village lorsqu’elle se baladait avec Amy et dont elle n’avait de cesse d’en venter l’aspect mignon et chaleureux.
Ces petites maisons qui ornaient la bourgade par dizaines en jalonnant notamment les sentiers de chacun de ses côtés, demeuraient modestes et arboraient des formes géométriques, de la plus simple, à la plus atypique.
Certaines habitations étaient pourvues de jardins rondement bien entretenus, que la féline dévorait d’un regard scintillant de béatitude. Oui, il semblerait que la rescapée d’aurora se faisait à sa nouvelle vie mobienne. Cette joie contagieuse de vivre qui illuminait son visage immaculé au fil du temps, paraissait évincer des profondeurs de son cœur la présence du Fléau noir qui la hantait, ainsi que cet objectif périlleux qu’elle s’était fixé en la mémoire de Eon, qui était de vaincre son bourreau.
Par l’intermédiaire d’amy et de ses nouvelles amies, Gally avait totalement l’air d’avoir oublié ce pourquoi elle avait pris le risque de traverser seule, la glaciale noirceur de l’espace.

Ce n’est finalement que quelques jours plus tard, lorsque hérisson bleu a enfin daigné pointer le bout de son nez, que la réalité est brusquement revenue au visage de Gally, tel un violent revers. En effet, Sonic qui à l’image de ces bourrasques estivales qui secouaient les feuilles des nombreux arbres touffus au sein de la bourgade, ne passait que trop rarement honorer son village de sa présence, autre que par le biais d’un bref coup de vent.
Seulement, le hérisson azuré avait ce jour-là fait une entorse à sa routine effrénée, en venant prendre des nouvelles de la féline qu’il avait récemment secourue. A défaut de suivre la voie terrestre comme il en avait l’habitude en secouant le sol sous le rythme de ses pas frénétiques, c’est à bord d’un avion à la teinte dorée, que ce dernier avait décidé de voyager. Bien évidemment, ce planeur n’était autre que le célèbre X-Tornado, cet imposant jet de combat à la forme cylindrique et doté de deux petites ailes à l’avant. Il disposait également de quatre autres plus longues, équiréparties sur la paroi métallique autour du poste de pilotage. Quant à l’arrière de l’engin, il était équipé de deux imposants turboréacteurs, pourvus de deux dernières ailes verticales.
Amy et Gally qui se baladaient dans les grandes allées fleuries du village, n'ont pas pu faire abstraction du X-Tornado qui en un éclair, venait de pourfendre le ciel au-dessus de leur tête, sous un bruit des plus assourdissants.
Interpelées, les deux jeunes amies ont alors contemplé d’un œil surpris, l’appareil qui leur a fait de l’ombre lors de son passage. Contrairement à la féline qui paraissait inquiète quant à son arrivée, la hérissonne elle, a très vite compris de quoi il retournait et s’est même permise de souffler une réflexion d’un ton gorgé de désinvolture, les poings fermement plaqués sur ses hanches.
« Ah les voilà enfin ! C’est pas trop tôt. »
Quant à Gally, cette dernière ne paraissait pas convaincue par le ton familier que venait de prendre sa camarade et a même fini par afficher les premiers signes d’une inquiétude presque palpable. En observant son visage tétanisé, la rescapée d’aurora semblait assimiler l’approche imminente du planeur, à un funeste présage. Amy qui ressentait l’anxiété de son invitée de par sa respiration qui se voyait de plus en plus saccadée, s’est empressée de la rassurer d’un ton ravi.
« - Ne fais pas cette drôle de tête voyons. Ce ne sont que Sonic et mon ami Tails.
A l’écoute de ce nom dont elle espérait depuis des semaines la présence de son propriétaire, la féline a écarquillé les yeux d’émerveillement et a vivement sollicité la hérissonne en la secouant légèrement par l’épaule.
- Tu.. tu as bien dit Sonic !?
Face à l’excès d’enthousiasme de sa nouvelle amie, l’hôtesse s’est contentée de hocher la tête munie d’un sourire amical.
Définitivement convaincue, Gally a alors longuement observé le cockpit de l’appareil, qui se posait progressivement au plus près d’elles. Si les intenses rayons du Soleil qui trônait au milieu du ciel mobien ne lui permettaient pas d’en distinguer pleinement le contenu, cela ne l’a pas empêchée de le dévorer du regard, la main fermement posée sur sa poitrine.
Lorsqu’enfin la verrière du jet s’est entrouverte, le cœur de la jeune chatte s’est mis à battre à la chamade et l’étreinte qu’elle maintenait avec fermeté autour de la ficelle de son sac s’est accentuée.
C’est alors qu’une première ombre a brusquement bondi de l’appareil, pour venir s’échouer sur le sol avec brio, le genou à terre.
Cette silhouette bleue a ainsi rompu tout suspens, en relevant la tête munie d’un sourire satisfait, qui ne mettait que trop bien en valeur ses yeux verts luisants de passion.
Il n’en a pas fallu davantage à la féline pour comprendre que ce hérisson qui les regardait d’un air ravi, n’était autre que le fameux Sonic, celui-là même qu’elle recherchait inespérément, celui-là même, qui disposait de son futur dans le creux de sa main.
D’abondantes larmes incontrôlées se sont alors mises à couler le long de ses joues, sans qu’elle ne réagisse ni même ne porte son regard ailleurs que sur le visage du hérisson. Elle le contemplait avec un brin d’admiration, envoûtée par cette aura chaleureuse et rassurante qu’il dégageait. Pour elle, le hérisson bleu qui se relevait peu à peu, était le héros providentiel, ce miracle qu’elle attendait et qui allait lui permettre d’éradiquer ce danger qui menaçait l’univers.
Séquence admiration à part, c’était au tour du petit renard jaune d’atterrir à même le gazon, par la force de ses deux queues tournoyantes. Bien évidemment, Amy n’avait pas perdu un seul instant pour accourir auprès de son homologue azuré, au cou duquel elle s’est hâtée de se jeter avec un large sourire.
- Je suis si heureuse de te revoir après cette longue période s’absence..
La hérissonne resserrait progressivement son étreinte autour de cet être qui lui était cher et qu’elle fixait d’un regard doux et passionné.
Peu à son aise, Sonic qui arborait une grimace des plus répulsives, a tant bien que mal tenté de rompre l’emprise de son amie, notamment en l’interpelant d’un ton assez plaintif.
- Aïe ! Amy laisse mon cou tranquille s’il te plaît, tu me fais mal ! Et puis ça ne fait que trois jours que je suis parti j’te signale !
A l’écoute de ces quelques mots, l’hôtesse de Gally a affiché un air renfrogné, avant de subitement lâcher son interlocuteur. Oui, dire qu’elle avait l’air contrarié, n’était rien à côté de la série de reproches qu’elle a infligée au héros mobien, d’une voix forte et agressive.
- Que trois jours ? Non mais tu plaisantes j’espère ? Est-ce que tu sais ce que ça représente trois jours pour une jeune fille folle amoureuse qui attend patiemment le retour de son bien-aimé ?
La réaction disproportionnée d’amy, n’avait pas tardé à faire entrer le hérisson dans une profonde panique, le poussant même à calmer le plus rapidement possible sa camarade. L’ennemi du Docteur Robotnik a alors grossièrement mis ses mains en évidence sous le nez de son interlocutrice, puis s’est exprimé d’un air désolé.
- Allons Amy, calme-toi tu veux bien.
Tails qui regardait la scène d’une mine détachée, s’est contenté de hausser les épaules d’un geste plein de désinvolture qui n’illustrait que trop bien son impuissance. En tout cas, la situation semblait beaucoup amuser Gally qui ne pouvait s’empêcher de discrètement rire, cachée derrière la manche de sa tunique blanche.
Même si la hérissonne ne décolérait guère, elle a fini par évacuer un profond soupir d’irritation. Ce dernier s’est ainsi rapproché de la féline, qui a aussitôt converti son léger rire, en une bouche entrouverte d’admiration, étayée par un regard luisant.
Le héros mobien a esquissé un sourire amical, avant de lui adresser une main tendue et grande ouverte. Surprise, la rescapée d’aurora l’a dans un premier temps fixé d’un œil dont l’écarquillement n’avait d’égal que l’étonnement qui frappait son visage.
Conscient de la stupeur que suscitait son geste à la nouvelle arrivante, le hérisson s’est hâté de le justifier d’un sourire qui ne cessait guère de s’élargir.
- Je suis content de constater que tu as l’air en forme. Je m’appelle Sonic et voici mon ami, Tails. Bienvenue parmi nous.
Aussitôt son introduction faite, le renard n’a pas mis longtemps avant de se manifester, en saluant la féline d’une légère courbette.
- Salut !
La gardienne malgré elle des émeraudes du Chaos, a fini par répliquer à son tour, en répondant à l’invitation de cette main que lui tendait Sonic, qu’elle a serrée avec humilité. Lorsque sa main s’est encastrée dans la sienne, la rescapée d’aurora paraissait apaisée. Par ce geste, elle ressentait cet altruisme que dégageait Sonic. D’ailleurs, la jeune chatte l’avait longuement observé d’un œil conquis et subjugué devant cette présence rassurante qu’il lui inspirait. En le fixant au plus profond de ses yeux verts, la féline n’a pas tardé pour établir cette frappante ressemblance que ce dernier partageait avec Shadow, qu’elle avait rencontré il y a peu. Hélas, le natif de l’Arche n’était pas le seul hérisson que lui rappelait le héros mobien, car si Sonic ressemblait à s’y méprendre à Shadow, il n’en ressemblait pas moins à Black, dont le souvenir revenait subitement la hanter. Heureusement, l’invitée d’amy a fini par se ressaisir, puis s’est à son tour présentée.
- Enchantée de faire votre connaissance. Mon nom est Gally et je viens de la planète Aurora.
Cette information n’était apparemment pas tombée dans l’oreille d’un sourd. En effet, le jeune renard a tout de suite été interpellé par les révélations de la féline et ne s’est d’ailleurs pas privé pour étaler une partie de sa science, sous l’air on ne peut plus dépité d’amy.
- Ah je vois ! On dit que cette planète est constamment baignée sous l’éclat d’une aurore boréale qui en parcourt toute la circonférence, d’où son nom. Il paraît que l’important champ magnétique auroréen qui s’élèverait environ à une demie dizaine de Tesla, serait la principale cause de l’apparition de ce phénomène qui est sans fin.. Toi qui viens de là-bas, qu’est-ce que tu en penses ?
Bien évidemment, cette déclaration du renard jaune avait littéralement perdu la féline. Elle esquissait une mine égarée et son regard gêné et détourné de celui de l’inquisiteur canidé, illustrait à lui seul toute l’incompréhension que lui suscitait le discours de Tails.
- Euh… peut-être bien oui.
A la vue d’une Gally totalement désemparée, le hérisson bleu a jugé bon d’intervenir afin de calmer les ardeurs de son vieil ami, qui semblait bien parti pour une discussion scientifique dont il avait le secret.
- Ne fais pas attention à ce que peut raconter Tails, c’est un féru de tout ce qui est lié de près ou de loin à la technologie. J’avoue des fois être totalement dépassé quand il part trop loin dans ses explications. »
Conscient de s’être laissé un peu emporté, le renard s’est excusé en se frottant l’arrière de la tête d’un visage confus.
Sonic en a ensuite profité pour officiellement rentrer dans le vif du sujet, en sollicitant la nouvelle arrivante sur les raisons de sa présence en ces lieux.
« Au fait maintenant que j’y pense, Amy m’a dit que tu souhaitais me voir. Il y a quelque chose dont tu souhaitais me parler ?
Quand le hérisson a prononcé ces mots, Gally a écarquillé les yeux de stupeur. Sa tête s’est abaissée et sa voix est brusquement devenue tremblotante.
- Et bien… je.. je… »
C’était le moment. Oui, c’était le moment que la féline attendait depuis son départ de Cascade, depuis cet instant inespéré où elle a su que ce héros qu’elle recherchait tant n’était pas le fruit d’une légende, mais bel et bien une réalité qui se retrouvait dorénavant face à elle. Cependant, les secondes avaient beau défiler mais pour une raison inconnue, la bouche de la jeune rescapée ne parvenait pas se libérer de ce poids qui la tenaillait depuis ce triste jour. Gally a alors très vite été soumise au poids des regards inquisiteurs et perplexes que lui infligeaient ses interlocuteurs.
Cet instant, cet vengeance, elle en avait tant rêvé, alors pourquoi est-ce que la féline refusait d’informer Sonic du potentiel danger qui planait autour de sa planète, de l’univers… ? Pourquoi maintenant ?
A défaut d’apporter une quelconque réponse claire et précise, Gally s’est contentée de redresser vivement la tête et d’articuler la première chose qui lui a traversé la tête, sous peine de passer pour une folle.
« Oui ! J’ai eu l’occasion de croiser ton ami Shadow sur la planète Cascade et je voulais te transmettre qu’il se porte bien. »
Bien évidemment, Amy a demeuré la première à réagir à cette information, en faisait l’étalage de toute l’incompréhension que lui avait suscitée le mystère qu’avait instauré la féline lors de leur première rencontre, en l’interpelant d’un ton agacé les poings sur les hanches.
- Quoi c’est tout, tu as fait toutes ces manières pour ça ?
Face à la colère croissante de son homologue rosée, Sonic s’est empressé de calmé le jeu d’un ton compréhensif et le sourire aux lèvres.
- Allons ne te fâche pas Amy. Et puis moi je trouve que c’est plutôt une bonne nouvelle de savoir que Shadow ait survécu. »
Pour mettre la nouvelle arrivante encore plus à son aise, le hérisson bleu lui a adressé un pouce chaleureux et tendu, doublé de son habituel clin d’œil.
Quant à Gally, légèrement honteuse, elle s’est limitée à un sourire gêné, tout en resserrant son étreinte autour de la ficelle de son sac.


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Juin 22, 2017, 08:50:10
Gally avait totalement l’air d’avoir oublié -> Gally avait l'air d'avoir totalement oublié, je trouve que ça fait plus naturel
par le ton familier que venez de prendre -> venait
 la rescapée de Aurora -> d'Aurora et y'en a pas mal à modifier :p
A l’école de ce nom  -> écoute?
pour une jeune fille folle amoureuse -> follement?
qui attend patiemment le retour de son bien-aimé. -> c'est une question mais tu as fini par un point.
Oh tu m'as appris le mot décolérer :p
Lorsqu’elle sa main s’est encastrée -> Lorsque
l’invitée de Amy -> d'Amy, pense à faire les jonctions
inquisiteurs et perplexes qui lui infligeaient -> que

Damn Gally, c'était drole oui mais y'a Mobius qui va partir en fumé si tu dis rien quoi, reprend toi 0_0

Alors ouais j'ai trouvé que c'était long mais c'était surtout du à la faible quantité de dialogue. Du coup je n'ai malheuresement pas grand chose à dire sur cette partir navrée!
Ah et je pars mercredi matin pendant 2 semaines donc si tu ne vois pas de réponse de ma part sur la fic c'est normal :)

Bon courage!


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Juin 22, 2017, 11:48:50
C'était surtout super chiant à écrire !
Mais bon , il faut en passer par là.

Je n'avais mais alors pas du tout relu attentivement apparemment, merci.
J'ai corrigé toutes les fautes du coup sauf le "folle amoureuse" qui se dit et le "totalement l'air d'avoir" oublié aussi.




Chapitre 4 : L'exilée (6)





De l’autre côté de l’univers, à des années lumières de la quiétude qui planait sur Mobius, résidait celui dont la réputation néfaste n’était plus à faire, l’ennemi public numéro un qui demeurait en quête d’une justice implacable et obscure. Cet antagoniste dont la cruauté menaçait le monde entier, n’était autre que Black, le redouté Fléau noir.
Le hérisson noir se trouvait aux abords d’une grotte, à l’entrée de laquelle il marchait dans l’ombre, pour s’extirper de ses profondeurs. Il avançait d’un pas lent et serein et son visage s’exposait progressivement à la lumière du jour, qui lui parcourait le corps jusqu’aux piquants. Le destructeur de mondes arborait un regard rude et déterminé, qui fixait inflexiblement l’horizon d’un éclat terne et impitoyable.
Lorsque Black est finalement parvenu à la sortie de la caverne, il s’est brusquement interrompu. De là, les puissants rayons de lumière mettaient en évidence son corps tout entier, un corps qui paraissait s’être totalement remis de son combat contre Shadow.
Face à lui, se tenait cette épaisse forêt équatoriale qui semblait recouvrir presque l’intégralité de cet astre.
Quoiqu’il en soit, ses yeux étaient clos et il affichait un air concentré voire imperturbable, les bras rigoureusement alignés le long de son corps.
Pendant plusieurs secondes, le hérisson aux rayures outremers est resté immobile, laissant le vent chaud et tropical venir lui caresser délicatement la peau et hérisser ses poils sombres. Seul le bruit des feuilles que le zéphyr secouait lors de son passage, parvenait à perturber le silence qu’avait instauré le hérisson noir.
C’est alors subitement, que Black a ouvert les yeux puis en une fraction de seconde, s’est vivement déplacé sous la forme d’un éclair ultramarin, au milieu des arbres qui peuplaient la sylve.
Quand il est finalement réapparu quelques mètres plus loin, la demie dizaine de troncs qui s’étaient dressés sur son chemin, se sont fendus en deux pour violemment se heurter contre la terre qui recouvrait le sol.
D’un bond vertigineux, le Fléau noir s’est ensuite propulsé dans les airs, là où il a étiré son bras en arrière. A l’extrémité de son membre se tenait une main tendue, qui se voyait peu à peu parsemée de nombreux éclairs de lumière blanche. Le hérisson a alors d’un geste ferme, projeté toute la puissance qu’il avait accumulée et qui s’était matérialisée en une poignée de flèches aiguisées et étincelant d’une énergie noire. Les projectiles ainsi lancés, se sont lourdement écrasés sur le sol qui s’est progressivement recouvert d’explosions à leur contact.
Black a fini par atterrir avec la plus grande des sérénités, le genou et la main sur le sol, au milieu de cette épaisse fumée noire que le vent peinait à balayer.
Lorsqu’il s’est ensuite relevé, le Fléau noir a contemplé son œuvre muni d’un sourire satisfait, avant de longuement observer ses mains grandes ouvertes, d’un œil brillant d’une jouissance presque tangible.
« Excellent. J’ai l’impression que mon emprunte accentue de plus en plus mon contrôle sur ce corps. »
Fort de ce constat, le destructeur de monde a arboré un regard solennel, avant de lentement lever ses yeux vers le ciel.
« Bien. Il est désormais temps pour moi de commencer la phase deux du projet Necro Cosmos. »


La nuit était déjà à son apogée sur la petite bourgade du hérisson bleu, comme l’illustrait cette lune dorée et rondelette, qui en dominait le ciel.
Le village était calme et silencieux, à l’image de Gally qui avait sciemment décidé de taire l’existence du Fléau noir. D’ailleurs toute l’après-midi durant, la nouvelle arrivante n’avait eu de cesse d’apparaître pensive, préoccupée et peu enclin à tenir une conversation de plus de deux répliques, sous peine d’en perdre totalement le fil. Oui, les pensées de Gally étaient tournées vers le hérisson noir, dont la contre-attaque ne se résumait qu’à une question de temps.
Pourquoi avait-elle alors choisi délibérément de ne rien dire ?
Cette question qu’il était tout naturel de se poser, restait hélas en suspens et la réponse demeurait secrètement conservée dans la tête de la jeune féline.
Quoiqu’il en soit, la nuit de Gally semblait des plus agitées. En effet, au milieu du petit lit rectangulaire d’Amy, la chatte était en sueur, le visage marqué par une hantise qui paraissait la gangréner. Elle tremblait toute part telle une feuille soumise au vent et gigotait dans tous les sens.
En plein cœur de son inconscient, la rescapée d’Aurora se retrouvait spectatrice, au beau milieu d’un laboratoire parsemé de spots qui émettaient une lumière verte et tamisée et dont l’éclat sombre faisait régner dans l’atmosphère un climat macabre. Elle était debout et tentait en dépit de ce sentiment de peur qui la dominait, d’identifier les lieux en observant les environs. Gally a ainsi pu découvrir avec effroi, les vestiges d’expériences ratées, représentées par de nombreuses capsules de stase éventrées, qui jalonnaient la grande allée où elle demeurait. Face à elle se tenaient deux personnes, deux humains dont elle ne parvenait pas à en distinguer les visages, malgré ses efforts de concentration. L’un se trouvait devant une capsule de stase qu’il contemplait les bras écartés et quant à l’autre, il était à quelques mètres derrière et paraissait activement converser avec lui, si l’on en jugeait par les grands gestes de mains qu’il effectuait.
Quand la féline a tenté de se rapprocher pour en savoir plus, elle a à son grand dam constaté qu’il lui était totalement impossible de se mouvoir et ce, malgré les mouvements qu’elle tentait de déployer afin d’y parvenir. C’est donc les yeux froncés et les oreilles en éveil, qu’elle a essayé tant bien que mal de déchiffrer l’houleuse conversation qui prenait place.
En fixant les lèvres de l’individu près de la capsule, la jeune chatte est finalement parvenue à décoder son dernier message.
« Il s’agit de l’arme ultime qui va nous permettre d’éliminer tous les profanes. Admire-la, contemple-la, l’aboutissement de mon projet, M.O.R.T.E.M. »
Au terme de sa lecture labiale, le cœur de Gally s’est aussitôt mis à battre à foison. Cette révélation venait de nouveau semer le trouble dans son esprit, à elle qui avait ces derniers temps l’air plus en paix.
En tout cas, la confusion que ce cauchemar avait engendrée, l’avait poussée à se réveiller en sursaut. Son front scintillait d’une transpiration abondante et sa respiration était violente, voire saccadée.
Lorsqu’elle s’est enfin remis de son rêve quelques secondes plus tard, le premier réflexe qu’a eu la nouvelle arrivante outre de se redresser, a été de voir si Amy n’avait pas été réveillée par son grabuge. Cette dernière a alors évacué un profond soupir de soulagement, en voyant Amy profondément endormie sur son canapé circulaire. Gally a ensuite porté son regard vers la fenêtre du salon, là où elle a longuement observé la pleine lune d’un œil solennel.
Préoccupée, la rescapée d’Aurora a fini par prononcer ces quelques mots, munie d’une conviction sans équivoque.
« Ça y est, il arrive… »






Chapitre 4 : L'éxilée   Fin


Chapitre suivant  Le projet Necro Cosmos : L'utopie obscure du Fléau


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Juin 22, 2017, 08:02:24
Oh de l'avancement scénaristique super ::D:
Bon du coup suite à ce que j'ai lu je pense que du coup Black et Gally ont tous les deux été créé par le frère du prologue et partagent un sorte de lien, ce qui expliquerait pourquoi elle reve de lui aux moments où il attaque/planifie ses attaques et qu'elle arrive à sentir qu'il va arriver! (bon j'ai peut-être oublié des élèments scénaristique mais le principal y est :) )
Bon par contre je supose que le projet Necro Cosmos ne fait pas référence à l'amie de Tails mais à la galaxie :p

Bon courage pour la suite :)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Juin 24, 2017, 10:13:16
C'est bien que tu partes pendant deux semaines, je vais pouvoir faire une pause de 15 jours et ne rien publier  :;D: :;):

Je vais essayer d'en faire le plus possible avant mardi soir. T'auras peut-être deux voir trois partie si tu as de la chance  :;):

Tu ne manques pas d'idées, c'est intéressant  ::): ! L'histoire avance alors j'imagine que tu auras progressivement les réponses à tes questions.

Bien sûr que c'est différent  :;):. Tout est dans le nom, Cosmo et Cosmos. Mais tu n'as pas tort, cela concerne bien le monde.



Allez, have a nice reading.





Chapitre 5 : Le projet Necro Cosmos : l'utopie obscure du Fléau (1)






          L’île de l’Ange…
Il s’agissait d’une vaste et mystérieuse étendue terrestre en constante lévitation, à des centaines de mètres d’altitude.
La nature y régnait avec abondance, avec ces nombreuses jungles qui en parcouraient le périmètre. La faune et la flore semblaient cohabiter en paix et rien ne paraissait pouvoir venir rompre cette harmonie instaurée des siècles durant. Cette île tirait ses racines d’évènements qui s’étaient déroulés plusieurs millénaires auparavant et demeurait en ces temps modernes comme un recueil, un véritable vestige du passé entretenu par ces ruines réparties aux quatre coins de son étendue, en plein cœur de ses épaisses sylves équatoriales. Si cette zone atypique était aussi légendaire, ce n’était pas uniquement du fait de cette vertigineuse chaîne de montagnes au pic enneigé qui la surplombait, mais bel et bien à cause du trésor qu’elle renfermait. Ce joyau ancestral n’était autre que l’émeraude mère, qui figurait au sommet de l’autel de ce qui paraissait être les restes d’un ancien édifice, qui lui était consacré au centre de l’île.

Alors que le calme régnait en maître sur l’intégralité de l’île, le vent s’est brusquement levé au pied de l’escalier menant à l’autel. C’est à ce moment précis, qu’un trou de verre est soudainement apparu, duquel s’est progressivement échappé une lumière éblouissante dont l’éclat venait pourfendre l’obscurité de la nuit.
Lorsque ce soudain flash s’est dissipé, c’est le Fléau noir qui est survenu. Ce dernier affichait un air solennel et arborait son habituelle posture droite et sereine. Il tenait dans sa main une pierre qui scintillait d’une lueur blanche, avant qu’il ne l’écrase finalement en resserrant fermement son poing. La gemme ainsi réduite en poussière s’est évaporée, portée par un vent de plus en plus violent.
Black a ensuite orienté son regard vers le sommet des marches en pierre, qu’il scrutait avec intérêt.
« Oui après tout ce temps, il semblerait que je l’ai enfin retrouvé. »
Aussitôt ces paroles prononcées, le Fléau noir a entamé une marche lente vers le premier échelon de l’escalier.
Si l’émeraude mère était d’ordinaire constamment surveillée par son gardien qui lui avait voué sa vie entière, en cette nuit noire dans laquelle était engouffrée l’île, les choses semblaient totalement différentes.
Non, rien ni personne ne se trouvait sur le chemin du destructeur de mondes, rien ne venait entraver son ascension vers l’émeraude tant convoitée, pas même ce vent qui lui soufflait abondamment sur le visage.
Le Fléau noir se contentait de monter une à une les marches, poussé par cette justice implacable qu’il transmettait de planète en planète contre leur gré.

Lorsqu’il est finalement arrivé au sommet de l’escalier, Black a sans grande surprise fait face à ce qu’il paraissait être venu chercher, l’émeraude mère.
L’imposante pierre demeurait immobile, en lévitation au-dessus de son large socle octogonal. Elle éblouissait la nuit de son éclat verdâtre, chargé d’une énergie illimitée. Oui, l’immense puissance qu’elle dégageait parvenait même à affecter l’atmosphère qui l’entourait et qui n’avait de cesse de se réchauffer.
Si Black l’a d’abord fixée d’un regard presque renfrogné, le hérisson a néanmoins fini par baisser les yeux et respectueusement s’accroupir le genou à terre. Oui, aussi étrange que cela puisse paraître, le destructeur de mondes semblait lui faire allégeance, comme le témoignait ce visage incliné et ce poing fermement plaqué au sol.
Pendant plusieurs secondes, le Fléau noir est donc resté figé dans cette posture qui n’illustrait que trop bien le respect qu’il vouait au joyau, le tout, dans un silence de cathédrale.

Ce n’est qu’un moment plus tard que Black a enfin daigné se relever, avant de brusquement poser sa main sur la surface de la pierre. C’est alors qu’un étrange phénomène s’est subitement produit, un évènement dont les yeux écarquillés du Fléau noir ne semblait pas s’attendre le moins du monde. En effet, lorsque l’émeraude est entrée en contact avec le hérisson, une épaisse lumière blanche s’est soudainement libérée du joyau. L’irradiation était telle, qu’elle a très rapidement fini par envahir l’autel tout entier pour poursuivre sa propagation très haut dans le ciel étoilé.
Quant au hérisson, il semblerait que le lien qu’il venait de tisser entre lui et la pierre, l’éprouvait au plus haut point. D’ailleurs, Black affichait déjà les premiers signes d’une intense douleur, par le biais de cette mine grimaçante et de cette main qui tremblait plus que de raison. En d’autres termes, l’émeraude mère paraissait le rejeter et c’est au final peu après, que les nombreux éclairs qu’elle dégageait ont eu raison de lui. Sans la moindre explication, le Fléau noir s’est alors violement fait éjecter du haut de l’autel, au pied duquel il a lourdement terminé sa course, écrasé à l’ombre de la première marche en pierre.
L’intense faisceau lumineux qu’émettait le joyau s’est alors estompé et l’obscurité a peu à peu repris son règne aux abords de son socle.

Sonné, le hérisson noir s’est redressé avec peine, en s’aidant de ses mains qu’il a appuyées sur ses genoux. Il arborait un visage fermé et émettait des grognements qui en disaient long sur l’irritation qui l’envahissait. Black a ainsi fait l’étalage de tout son agacement, en assénant un violent coup de poing au sol. L’impact était tel, que la terre n’avait pas eu d’autre choix que de se craqueler sous le joug de son poing fermé.
« Malédiction ! Je ne suis finalement pas encore assez puissant pour mériter son pouvoir… »
Par ces paroles prononcées avec une légère pointe de résignation, le Fléau noir semblait plus que tout maudire son impuissance. Mais alors qu’il était en pleine réflexion, une voix a brusquement interrompu le cours de ses pensées, une voix rude au ton agressif.
« Eh toi là-bas !
Interpellé mais peu surpris, le destructeur de mondes n’a pas mis longtemps à se retourner d’un air impassible. C’est ainsi qu’il a au final fait face à un échidné écarlate, qui le fixait d’une mine renfrognée. Ce porc-épique aux yeux violets et au regard ardent, qui l’attendait avec ses poings serrés prêt à en découdre, il s’agissait bien évidemment de Knuckles, le gardien de l’émeraude mère.
Lorsque l’intrus l’a observé, le protecteur de l’île a aussitôt poursuivi son enquête, pourvu de la même hargne.
« Qu’est-ce que tu… »
Contre toute attente, l’échidné s’est subitement arrêté, avant de scruter son interlocuteur plus en détail les mirettes écarquillées.
« Quoi ? C’est toi Sonic ? »
A l’écoute des propos de Knuckles, le Fléau noir n’a pas réagi autrement qu’en esquissant un sourire mauvais. C’est d’ailleurs ce détail qui a mis la puce à l’oreille du gardien, qui a fini par comprendre que le hérisson qu’il avait en face de lui n’était pas son camarade de longue date. C’est donc d’une voix plus menaçante encore, qu’il a repris son interrogatoire.
« Non tu n’es pas Sonic, aucun doute là-d’ssus. T’es qui ? Et qui t’a permis de fouler le sol sacré de l’île de l’ange hein, qui ? »
Seulement, Knuckles faisait là face à un mur, une épaisse façade que les menaces ne parvenaient guère à effriter. Muet, Black s’est ainsi contenté de fixer son vis-à-vis, d’un air méprisant.
Au vu de ce combat qui paraissait désormais inévitable, l’échidné a alors opté pour une toute autre stratégie, qu’il s’est empressé de partager avec ce sourire triomphal et débordant de confiance.
« Très bien comme tu voudras. Dans c’cas, ce sont mes poings qui vont te faire parler tu vas voir. »
A peine sa phrase terminée, le porc-épic a mis ses paroles à exécution, en entrechoquant violemment ses deux poings.
Il était quand même difficile de rester insensible face à cette démonstration de force, qui avait provoqué une brusque levée du vent. Mais ce n’était visiblement pas assez pour impressionner le Fléau noir, dont l’air satisfait se délectait déjà de pouvoir affronter un nouvel adversaire puissant.



Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Juin 25, 2017, 08:11:49
Je ne pense pas que pendant 15 jours tu t'arreterais d'écrire, je suis sure que tu écriras quand meme :p

Damn mais je vais être noyé sous les chaps x)

On sait jamais, Cosmo pouvait avoir un s muet x)

émettait des grognements qui en disait long sur l’irritation-> disaient, car ce sont les grognements qui en disaient long, et pas Black

Knuckles est pas un porc épic mais un échidné c'est pas pareil ::o: Oui la VF de Sonic X s'est gourré :p

Du coup du combat, Knux va finir à terre mais bon :p


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Juin 25, 2017, 09:30:44
Pas cette histoire en tout cas. Je vais me consacrer sur mes projets en attendant de finir cette histoire qui finalement n'est qu'un passe temps, passe temps vraiement amusant à écrire ma foi.
Je le redis, si tu ne lisais pas cette histoire je ne la publierais même pas, je l'aurais finie et je serais passer à mes priorités.
Mais j'ai fait une promesse et j'aime plutôt bien écrire cette histoire, vraiment.

Oui je le sais que ce sont les grognements qui en disaient long, j'ai juste fait une faute d'étourderie comme ça m'arrive aussi d'en faire  ::-\:

Concernant le porc-épic et l'échidné, je ne savais pas que la version française avait fait une erreur  ::o:
Je suis un puriste et j'ai tendance à me fier à la version qui a bercé ma pré adolescence lol
Mais qu'à cela ne tienne, si tu dis que c'est une erreur, je me le tiens pour dit.



Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Juillet 15, 2017, 08:25:53
Oh t'as d'autres fics/projets? :o Genre quoi?! :o

T'es sur que t'aimes vraiment et que ce n'est pas un calvaire? :/ Je ne veux pas découvrir que tu te forces.

J'avais verifié en regardant le passage jap du moment où il le dit en VF, et il dit bien "échidné" :) Ca m'avait choqué sur le coup la première fois :p
https://www.youtube.com/watch?v=e4VrN1Lj9eY&t=8m18s
https://www.youtube.com/watch?v=_5Ksx7aotM8&t=7m06s

Enfin voila ravie d'aider :)


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Juillet 16, 2017, 07:58:54
Non pas d'autre fic. Les fics c'est bien mais à un moment il faut sortir de ce monde même si c'est un véritable berceau pour l'imagination, y a pas à dire.

Non comme je te l'ai dit, j'ai pris beaucoup de plaisir à écrire cette histoire, sois en certaine.

J'avoue quand même être un peu déçu de voir que tu sois ma seule lectrice même si j'en suis ravi. Non pas que ça me derange en soit, mais c'est surtout l'avis des autres qui m'intéresse. Est-ce que c'est bien ? Est-ce qu'il y a des choses à corriger ? À améliorer ?
Poster pour poster, à moi ça ne me sert à rien.

Je ne peux pas forcer les gens à lire, heureusement d'ailleurs, mais je ne vais pas non plus me forcer à publier sur le forum alors, jusqu'à nouvel ordre, je suspens officiellement la diffusion de l'Heritage du Chaos.

Si tu as quoique ce soit à me demander par contre, n'hésite pas :) je reçois les notifs.


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Juillet 17, 2017, 07:58:21
Et des fics d'autre univers non plus? :p

Il y en a surement d'autre qui lisent mais sans forcément donner un avis et oui c'est chiant je sais :/

Donc je comprends ton choix et je te laisse le temps qu'il faut pour te reposer et retrouver le moral si nécessaire :)
Je serais là pour lire la suite en tout cas!


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Juillet 17, 2017, 08:58:24
Non, même pas. C'était mon ultime fic, vraiment, ça ne m'apporte pas grand chose. Je voulais la faire surtout pour voir si mon nouveau style d'écriture s'adaptait à cet univers.
Je sais qu'il y en a surement d'autres qui lisaient et merci à eux, mais encore une fois quand on publie une histoire sur un forum c'est avant tout pour les retours qui sont là pour nous aider à progresser et pour la partager avec les autres. Sinon je l'aurais écrite sans même me donner la peine de la publier.
Moi je suis du genre à me fier à ce que je vois, pas grand chose dans ce cas en l'occurrence lool.

Plus sérieusement, j'ai dépensé pas mal d'énergie pour essayer de pondre quelque chose pour plaire aux lecteurs, quand derrière on ne t'aide pas à améliorer ton histoire c'est qu'elle n'en vaut pas la peine. Alors j'arrête de dépenser des forces pour vous  ::):

Retrouver le moral ? Perdu à cause de la fic ? Il va bien, tu n'y es pas lol  ::): à te lire on croirait que l'Héritage du Chaos est quelque de primordial pour moi… au contraire j'ai pléthore d'autres projets qui passent bien avant, mais je voulais vous faire plaisir. Même si j'ai quand même apprécié l'écrire.


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Juillet 17, 2017, 08:35:53
Je comprends ce que tu ressens mais certaines personnes ont décidé d'arreter de lire sur les forums (surtout PSo) donc le nombre de lecteur en est forcément réduit :/
Mais concernant la première fic que tu as faites que tu m'as envoyé en privé?

:/

Pas forcément si important que ça mais un peu tout de meme non?


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Août 30, 2017, 07:23:33
Un retour inattendu :), tout ça pour l'amour de mon précieux héritage de chaos, que j'aime et que j'ai malgré tout envie de terminer. Cela dit, rien ne me dit que ce retour sera périodique  :???:
Cela dit, let's go !





Chapitre 5 : Le projet Necro Cosmos : l'utopie obscure du Fléau (2)






Un mauvais pressentiment…
Pour une raison qu’elle ignorait, voire même qui la dépassait, Gally ressentait l’arrivée imminente d’un danger sur Mobius, comme une évidence dont son intuition ne cessait de la persuader. Face à cette menace, la féline a pris une importante décision, en fixant par la fenêtre du salon d’Amy d’un regard déterminé, la pleine lune qui progressivement se voyait couverte de nuages noirs et menaçants. Cette initiative, était de définitivement quitter le village qui l’avait accueillie et ce, le soir même.
La rescapée d’Aurora avait alors très vite rassemblé le peu d’affaires qu’elle avait emporté depuis son départ forcé de sa planète, en l’occurrence, son seul et unique sac à ficelles, où demeuraient cachées les sept émeraudes du Chaos.
S’en est ensuite suivi son départ de la maison de la hérissonne, qu’elle avait tachée de ne pas réveiller en traversant sur la pointe des pieds la vaste pièce de vie au milieu de laquelle se trouvait le canapé orbiculaire.


Sur l’île de l’ange, l’affrontement entre les deux combattants hérissés était déjà bien engagé, sous l’éclat argenté de la lune rondelette.
Profitant d’un bagage physique bien plus prononcé que celui de son adversaire du soir, l’échidné harcelait le Fléau noir avec une pluie de coups de poings dont la violence se voyait graduer au fil des attaques. Face à une telle opposition le hérisson noir jouait sur son principal atout, cette ahurissante vélocité grâce à laquelle il se mouvait furtivement telles les ombres qui recouvraient le parc autour de l’autel, à mesure que les nuages dissimulaient partiellement le satellite naturel.
Cependant, force est de constater que plus le combat avançait et plus le redoutable destructeur de mondes paraissait en difficulté face aux imprévisibles assauts de Knuckles qui anticipaient de mieux en mieux ses déplacements. En effet, en observant avec concentration les poings du porc-épic se balancer avec hargne au plus près du son visage, Black a fini par comprendre qu’un seul de ses coups directs suffirait pour le mettre au tapis. Effectivement, lorsque les assauts de l’échidné ne se limitaient pas à brasser l’air, ils finissaient bien souvent leur course dans les quelques menhirs qui encerclaient l’autel et qui se brisaient en morceaux sous le joug de sa force herculéenne.
Et alors qu’il voulait prendre de l’élan pour mieux reculer, Black surpris, a constaté les yeux écarquillés qu’il se tenait dos à l’un de ces fameux blocs de roche, qu’il a par réflexe aussitôt regardé. Si les réflexes sont parfois salvateurs, mal a cette fois pris au Fléau noir de baisser involontairement sa garde, car quand il s’est rendu compte de son erreur il était déjà trop tard et Knuckles avait déjà armé son poing.
C’est donc d’un puissant coup que le porc-épic s’apprêtait à prendre l’avantage, un direct que la hantise de Gally ne pouvait guère esquiver.
Pour la première fois pris de vitesse par sa naïve distraction, le destructeur de mondes n’a eu de meilleure alternative que de parer l’assaut, en positionnant ses deux bras en croix face à son visage.
Lorsque le poing du rival de Sonic a transpercé la dernière défense de son vis-à-vis, l’impact s’en était allé en une assourdissante détonation, dont la puissance a fait trembler toute la zone de combat.
Comme si cela ne suffisait pas, la violence du coup en plus de briser la paroi rocheuse, avait balayé le hérisson pour l’emporter à une vingtaine de mètres plus loin, où il s’est rudement écrasé.
Visiblement fier de sa prouesse, l’échidné a brandi son poing muni d’un sourire un brin orgueilleux, avant de faire une piqûre de rappel à l’intru, qu’il ne s’est pas fait prier d’annoncer d’un ton assez provocateur.
« - Qu’est-ce que j’t’avais dit ? Mes poings, y a rien qui leur résiste.
Même si Black semblait effectivement à la merci de son adversaire, il continuait d’arborer cette mine des plus sereines, que la détermination de Knuckles n’avait en rien altérée. C’est donc sans vraiment d’accroc, que le hérisson s’est lentement relevé, pourvu d’un air dont les traits mêlaient mépris et agacement.
De son regard dont la fermeté se traduisait clairement à travers l’éclat de ses yeux bleu outremer, le Fléau noir a directement répondu à son interlocuteur en le fixant.
- Oser lever la main sur moi, sera le pécher qui causera ta perte, profane.
Littéralement abasourdi par le discours de Black, le porc-épic a aussitôt troqué son air gorgé de fierté, pour un beaucoup plus ahuri, avec lequel il s’est empressé d’observer son adversaire la bouche entrouverte.
- Un pécher… profane ? Pour qui te prends toi à la fin hein ? Un être divin ?
A l’écoute des interrogations de Knuckles, le destructeur de monde a vu un sourire hautain naturellement se dessiner sur ses lèvres. Pris dans un excès de faconde, il a ensuite grandement écarté les bras qu’il a légèrement levés vers les cieux, avant que l’éclat lunaire ne vienne entièrement le frapper, renforçant ainsi l’aspect céleste qui attisait la curiosité de l’échidné.
- C’est ça, je suis l’émissaire divin d’un plan supérieur venu restaurer un nouvel ordre dans l’univers.
Face aux explications évasives de Black, Knuckles n’en demeurait pas plus avancé, comme le témoignait son visage égaré et ces interrogations abondantes qu’il livrait au hérisson.
- Quoi, un genre d’ange tu veux dire ?
Lorsque le faisceau lumineux a complètement cessé de l’encercler, le Fléau noir a baissé les bras avant de souffler quelques mots muni d’une indifférence totale.
- Qu’importe. »
Devant le refus explicite de Black d’éclairer un peu plus une lanterne bien terne, l’échidné a fini par afficher des traits renfrognés signe d’une impatience à son apogée, puis le pied en avant s’est préparé à attaquer.
Quant au destructeur de mondes, il se contentait d’observer au loin son adversaire, prêt à parer le moindre de ses coups avec la même dextérité dont il avait fait preuve jusqu’à présent.
C’est donc sans grande surprise que Knuckles s’est brusquement élancé et a chargé le hérisson d’un poing muni d’une hargne toute aussi similaire.
Et alors que le supposé ange s’apprêtait à éviter l’attaque, il s’est soudainement interrompu et a écarquillé les yeux de stupeur à la grande surprise de son opposant.
Bien qu’étonné, le porc-épic a quand même choisi de poursuivre son assaut. Cependant, lorsque son poing est arrivé aux abords du torse de Black, Knuckles s’est vu accueilli par un éblouissant éclat de lumière blanche qui en un instant, avait envahi l’ensemble du champ de bataille.


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Septembre 07, 2017, 01:07:07
Chapitre 5 : Le projet Necro Cosmos : l'utopie obscure du Fléau (3)






Face à cet aveuglant halo, l’échidné n’a eu d’autre choix que de baisser le poing et afficher un visage grimaçant que mettaient en avant ses paupières fermement closes.
Quand la luminosité s’est enfin dissipée une poignée de secondes plus tard, Knuckles a remarqué avec étonnement en rouvrant ses mirettes, que le hérisson noir avait disparu. Comme si sa vision était floue, le gardien de l’île s’est activement frotté les yeux d’un air pontois, avant d’orienter sa caboche dans tous les sens possibles et imaginables afin de dénicher la potentielle cachette du Fléau noir. Hélas, tous ses efforts ont été vains. Le rival de Sonic a donc été forcé de constater avec agacement, que son adversaire du soir s’était vraisemblablement joué de lui, en profitant de cette éblouissante diversion pour prendre une tangente dont ce dernier ce serait visiblement bien passé.
Enragé de s’être fait aussi facilement avoir, Knuckles n’a pas perdu un seul instant pour exprimer toute l’étendue de son mécontentement, en entrechoquant violemment ses deux poings, puis en l’étayant de quelques propos prononcés avec une légère pointe d’irritation.
« Maudit soit-il ! Tu paies vraiment rien pour attendre ça, crois moi. »


Cela faisait déjà plusieurs minutes que Gally avait abandonné le village de Sonic et ses amis, pour son épaisse forêt environnante. Son objectif était des plus clairs, en l’occurrence, traverser le bois pour atteindre la prairie où devait encore l’attendre la navette prêtée par Christy. Tout ceci, pour quitter le plus rapidement possible Mobius, afin que ce danger qui pour une raison encore obscure ne semblait ardemment traquer que sa propre personne, ne s’en prenne guère à ses nouveaux amis qui lui avaient de bon cœur offert gite et amitié.
Malgré sa clarté, son but n’en restait pas moins laborieux, car avant d’attendre cette fameuse plaine, la féline devait tout d’abord venir à bout de cette dense forêt dans laquelle elle errerait certainement toujours, sans l’intervention salvatrice du hérisson vert.
Quoiqu’il en soit, Gally avançait tant bien que mal au milieu de ses grands arbres en haut desquels la regardaient munis de grands yeux jaunes, les volatiles nocturnes perchés au bout de leur branche.
Peu rassurée, comme l’illustraient ses traits apeurés ou encore la fermeté avec laquelle elle tenait son sac à ficelles. De plus, la rescapée d’Aurora ne pouvait pas faire un pas sans regarder de droite à gauche ni sursauter au moindre craquement de brindille. Il faut reconnaître pour sa gouverne, qu’au beau milieu de cette forêt les faibles rayons lunaires qui parvenaient à traverser les épais feuillages des arbres, ne permettaient pas une visibilité de plus de quelques mètres. Seulement, comme depuis le début de son aventure, Gally faisait preuve d’un courage sans égal et disposait d’une volonté d’acier, dont l’alliage se voyait renforcer par son incommensurable désir de protéger ceux à qui elle tenait.

Si pour le moment sa traversée ne se résumait qu’à une marche sans fin animée par les hurlements stridents des maîtres de lieux, ce pressentiment qui avait motivé la féline à quitter le domicile d’Amy se voulait de plus en plus oppressant à mesure de son avancée. En effet, cette étrange sensation qui la tiraillait, s’était manifestée par le biais d’un vent, dont l’épaisseur de la végétation était somme toute logique censée rendre impossible la levée. Non, cette bourrasque provenait bel et bien des entrailles du bois et c’est à ce moment précis que le visage de la féline s’est terrifié et que son rythme de marche à tripler, tout comme celui de son cœur.
Cette pression pesante, cette atmosphère étouffante… ces impressions Gally ne les connaissait que trop bien et c’est finalement quelques secondes ses craintes ont fini par se concrétiser et lui donner raison à son grand malheur, lorsqu’elle s’est brusquement arrêtée au pied d’un imposant arbre. Quand elle a levé les yeux vers ses branches, la féline a constaté avec effroi qu’il était déjà trop tard, le hérisson noir dont elle redoutait plus que tout la présence, la fixait d’un œil aiguisé.
Du haut de sa branche, le Fléau noir arborait une posture noble, droite et les bras le long du corps, bercée par ce halo lunaire immaculée, qui parvenait à le frapper de plein fouet et ce, malgré la densité de la végétation. Il regardait Gally de haut et semblait se délecter de la terreur qu’il lui inspirait.
Une nouvelle fois, la gardienne des émeraudes du Chaos paraissait tétanisée à la vue du hérisson et c’est presque inconsciemment que cette dernière a fini par reculer de quelques pas.
« Black… » a-t-elle timidement murmuré les yeux écarquillés et rivés sur le destructeur de mondes.
Au regard de ce sentiment de peur que dégageait sa proie, le Fléau noir n’a pas tardé à émettre d’un ton gorgé d’un soupçon de fatalité, une triste évidence que la chatte avait finie par déduire au fil de leurs rencontres de moins en moins fortuites.
« - Tu peux fuir aussi loin que ta misérable existence te le permette, mais, les pierres sacrées que tu détiens sont une partie de moi et tant que tu les transporteras, jamais tu ne m’échapperas.
Lorsque ces mots ont pénétré dans ses oreilles, Gally a aussitôt affiché une mine dont l’étonnement n’avait d’égal que le dédain de son interlocuteur. A vrai dire malgré ces timides révélations, le mystère qui entourait Black n’avait de cesse de s’épaissir dans sa tête. C’est pourquoi en quête de réponses, que la féline a puisé dans le peu de courage qu’il lui restait, pour se lancer dans un affrontement verbal qu’elle a entamé sous la forme d’interrogations.
- Une partie de toi tu dis ? Mais enfin, qui es-tu ?
Devant la naïveté innocente de la gardienne des gemmes, Black n’a pu s’empêcher d’esquisser un sourire mauvais, avant de froidement assouvir sa soif de curiosité.
- Celui qui purifiera le monde en exterminant l’ensemble de ces profanes. »
Il n’a pas fallu davantage que ces paroles pour que ses mirettes ne s’ouvrent grandement et que son front ne se recouvre d’une épaisse sueur froide. Ce discours semblait l’avoir totalement paralysée, au point que cette dernière n’en finisse par s’écrouler les genoux à terre, les mains sur la tête.
« Purifier l’univers… profanes… »
Ces mots, la féline les a répétés en boucle sans jamais s’arrêter. Elle demeurait incontrôlable, dans un genre d’état second qui progressivement se manifestait en d’intenses tremblements. Si les propos de Black l’affectaient autant, c’est parce qu’ils faisaient pleinement échos à ceux que cette voix répétait encore et encore au sein même de ses rêves. Cette voix, qui réclamait vengeance, justice, deux notions qui d’après ses dires, passaient par l’élimination de ce mot que le hérisson noir n’avait de cesse de prononcer, « profane ». Dans sa perdition, Gally en est donc rapidement venue à se demander si le Fléau noir partageait un étroit lien avec ses visions récurrentes qui la hantaient chaque nuit.
Cela dit, Black qui n’en avait que faire des états d’âme de la féline, a profité de sa confusion pour mener l’assaut. En effet, le destructeur de mondes a subitement sauté de son perchoir avant de s’enrouler sur lui-même et d’amorcer une virulente révolution jusqu’à devenir une véritable sphère hérissée, le tout, sous la houlette d’un strident son.
Tel un prédateur, le Fléau noir s’est alors fondu sur sa proie à une vitesse démesurée.
Mais alors qu’il croyait Gally sans défense, le hérisson n’avait pas prévu qu’un obstacle ne vienne se dresser sur sa route, un contretemps qui retardait encore un peu plus l’acquisition des précieuses émeraudes du Chaos et ce, à son plus grand agacement.
Cet ultime rempart, c’était l’échidné qui de nulle part, avait bondi pour intercepter la boule tranchante, qu’il tenait fermement du bout de ses gants.
Malgré la force de frappe de Black que la vitesse avait doublée, Knuckles solide sur ses appuis, résistait tant bien que mal à l’impact, sous le regard surpris de la féline qui reprenait peu à peu ses esprits.
Progressivement, le porc-épic est finalement parvenu à prendre le dessus sur son adversaire et à prendre le contrôle de la boule hérissée. C’est donc logiquement en faisant l’étalage de toute sa puissance, que le rival de Sonic a d’un violent lancer, fini par renvoyer la sphère qui a durement achevé sa course dans le tronc de l’arbre qu’elle venait à peine de quitter et qui sous la rudesse du choc, n’a eu d’autre choix que de fendre en deux.
Bien évidemment, il en fallait beaucoup plus au Fléau noir pour s’avouer vaincu, lui qui commençait déjà à se relever d’une mine des plus impassibles.
L’échidné a alors profité de son avantage, pour interpeler le destructeur de mondes d’un sourire plein de confiance.
« - Tu croyais quand même pas que j’allais t’oublier ! J’te rappelle qu’on a un p’tit compte à régler toi et moi.
Black qui visiblement ne l’entendait pas de cette oreille, s’est contenté d’observer son vis-à-vis, dont l’enthousiasme et la soif de combat le laissaient totalement indifférent.
- Une fois de plus… cette fois, rien n’entravera le châtiment de la justice.
- C’est ça. Allez, approche un peu pour voir », a aussitôt répliqué le porc-épic en entrechoquant ses poings, animé par l’ardeur et l’envie d’en découdre, que traduisait le sourire confiant qu’il affichait.
Face à l’arrogance de Knuckles, le hérisson noir est resté de marbre. Oui, il s’est contenté de fermer les yeux et de rester immobile les bras le long du corps, laissant ainsi sa garde complètement à découvert.
C’est alors à ce moment précis, que le corps du Fléau noir s’est vu progressivement recouvert d’une aura ultramarine qui s’étalait autour de lui chaque seconde un peu plus. En dépit de la fraîcheur et de la noirceur de la nuit, ce halo dégageait une énergie phénoménale dont l’éclat parvenait à baigner le périmètre tout entier dans une lumière bleu marine.
La puissance du hérisson semblait déborder de tous les pores de sa peau et le sol se creusait peu à peu sous ses pieds. La nature elle-même paraissait également se prêter au jeu, par l’intermédiaire des feuilles des arbres échouées tapissant le sol et qui dansaient autour de lui.
De son côté, l’échidné avait l’air attentif au spectacle qu’offrait la démonstration de son adversaire. Les poings prêts à frapper, il cherchait activement le meilleur angle d’attaque.
Quant à Gally, elle fixait d’un regard attentionné l’attraction de Black dont le cheminement lui paraissait plus que familier. Oui, la féline avait effectivement vu juste car cet assaut que préparait minutieusement le Fléau noir, n’était autre que celui de Shadow, le même qui en une fraction de seconde avait eu raison de lui sur la planète Cascade.
Quand elle a enfin compris de quoi il retournait, la gardienne des émeraudes s’est empressée d’alerter son sauveur, d’un cri plein de désespoir.
« Prends garde il va attaquer ! »
A peine sa mise en garde lancée, la nature avait déjà repris son cours. En effet, l’aura opaque qui encerclait le destructeur de monde s’était évaporée, entraînant avec elle, la chute des feuilles mortes ainsi que celle de la température.
Black a alors subitement rouvert ses paupières et d’un regard froid, a mis fin à tout suspens.
« C’est trop tard. »
De ces quelques mots, a suivi l’écroulement de Knuckles qui tel un poids mort, est tombé en arrière pour venir s’échouer sur le sol inconscient, sous l’œil affolé de Gally.
Comme l’avait prédit le hérisson noir, l’échidné était finalement vaincu et désormais, rien ne semblait en mesure de se mettre en travers la route de ce regard aiguisé qu’il adressait à sa proie.
La féline se retrouvait ainsi seule face à son prédateur, dépourvu de tout moyen de défense. La pauvre… il ne lui restait hélas que ce petit sac à ficelles, qu’elle tenait fermement contre sa poitrine, les yeux scintillants d’un effroi presque palpable.
Sans dire un mot, le Fléau noir a donc entamé une marche progressive, dont les pas se voyaient de plus en plus espacés.
A la vue d’un Black dont l’arrivée n’était qu’une question de secondes, quels choix s’offraient à la féline ?
Devait-elle renoncer et accepter le sort que son regard meurtrier ne dissimulait à peine, ou bien tenter ce que personne jusqu’à présent n’était parvenu à faire, en l’occurrence, mettre un terme aux idéaux du Fléau noir ?
Face à ce dilemme, c’est le souvenir d’un Eon souriant et combattif qui au final, a fini par motiver les actions de Gally.
Fort de la mémoire de cet ami à qui elle tenait tant, la féline a troqué son air apeuré, pour un beaucoup plus concerné. Plus qu’une simple poussée d’ailes, la gardienne des émeraudes s’est brusquement levée, avant de se dresser face à Black les bras écartés, au pied du corps inerte de l’échidné.
La Gally craintive, timide et maladroite, avait laissé place à une toute autre facette, que son regard gorgé de sérénité et de fermeté se tâchait de mettre en avant.
« Je refuse ! Je refuse de me soumettre au monde que tu veux imposer ! Je refuse de te laisser faire une nouvelle fois du mal à ceux que j’aime ! Ces joyaux sont peut-être une partie de toi, mais jamais, je ne te laisserai te servir de la pureté de leur pouvoir pour t’en prendre à des vies innocentes ! »
Quelle voix tonitruante de la part de la gardienne des gemmes, pourtant d’ordinaire si réservée. C’est simple, pour la première fois la féline affichait une assurance presque tangible. Son visage était fermé et ses sourcils froncés, prononçaient encore un peu plus cette lueur ardente qui enflammait ses grands yeux noisette.
Pour dire, même Black avait l’air des plus surpris, face à la détermination, qui embrasait les mots de sa proie. Mais le visage serein du hérisson a surtout fini par s’étirer lorsque le sac de Gally s’est mis à luire d’une lueur blanche et intense, comme si les émeraudes du Chaos réagissaient à la volonté de leur gardienne.
D’une impulsion, le destructeur de monde a alors décidé d’en finir au plus vite et s’est par le biais de sa stupéfiante célérité qu’il s’est fondu sur sa cible le poing en avant.
La féline qui voyait le membre de Black se propulser à vive allure droit sur son visage, n’a pas bougé d’un millimètre. Elle s’est contentée de le voir venir, avec le profond sentiment que rien ne pourrait lui arriver.
C’est ainsi, comme si cette dernière l’avait prévu, que l’arrivée providentielle d’un allié, est venue s’interposer entre les deux hybrides, en agrippant fermement le poing du Fléau noir dans la paume de sa main.
Cette aide qui s’était manifestée tel un éclair bleu pourfendant les ténèbres de la nuit, vous l’aurez compris, il s’agissait de Sonic le hérisson.


Titre: Re : Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Septembre 08, 2017, 06:48:29
Alors deja: désolée de pas avoir répondu plus tot j'étais en vac quand t'as posté le 1er du coup j'ai vu et j'ai oublié d'allé lire sorry :/
Mais je suis contente de ton retour :)

Alors premier constat : t'utilises souvent porc-épic, c'est surtout en tant "synonymes" de échidné ou ?

C’est donc d’un puissant coup que le porc-épic s’apprêtait à prendre l’avantage, un direct que la hantise de Gally ne pouvait guère esquiver -> alors là sur le coup j'ai pas compris mais avec le recul je comprends que t'as voulu parler de Dark en le nommant "hantise de Gally"
Pris dans un excès de faconde -> je suis allé sur wiktionnaire x)
des maîtres de lieux -> des lieux
ne les connaissait que trop bien et c’est finalement quelques secondes ses craintes -> il manque un mot me semble
 rien ne semblait en mesure de se mettre en travers la route de ce regard -> pareil
au plus vite et s’est par le biais de sa stupéfiante célérité -> c'est et pas s'est

Alors après un truc qui m'a choqué dès la lecture: c'est le comportement de Gally, Amy et Sonic l'ont aidé, accueilli et tout, et elle quand elle sent du danger elle se casse sans les prévenir wut. Et le truc c'est que si justement j'avais posté mon avis avant que tu sortes la suite: bah j'aurais compris qu'elle s'enfuyait et pas qu'elle se casse car elle croit que Black en a après elle. Du coup ça va ça rattrape et au final je la déteste pas. Après je vois qu'elle a un peu grandi à la fin du chap. Et j'espère quand même que Sonic lui filera un savon au prochain chap pour lui avoir caché des trucs :p
Après je m'attendais aussi à un combat de fou contre Knux et ca m'a choqué quand même qu'au premier face à face contre le gardien il soit faible, sauf si c'est pour mesurer la puissance de Knux à voir.
M'enfin bon, contre Sonic je verrais ce que ça donnera :p


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Shadow 76 le Septembre 10, 2017, 11:36:00
Tu m'étonnes que je ne prête plus attention aux fautes, je sais que tu seras toujours là pour me les signaler lool  ::P:

Porc-épic je le prends comme synonyme d'échidné, je me fis à la VF, puriste que je suis.

N'oublie pas que Black à O-S Knuckles quand même, alors après c'est sûr qu'il aurait pu éviter de laisser traîner le combat sur l'île de l'ange, ça aurait pu éviter d'attiser un long suspens et aussi m'épargner pas mal de copie  ::P:.
Black est joueur, il reste un hérisson de même calibre que Sonic et Shadow et son orgueil demeusuré le pousse a toujours être friand de puissants adversaires, quitte à voir ce que ces derniers ont dans le ventre.

Si ça peut te rassurer, dans l'état actuel des choses, Sonic n'est déjà plus en mesure de rivaliser avec le hérisson noir.


Titre: Re : L'Héritage du Chaos
Posté par: Lirane Underground le Septembre 10, 2017, 06:37:55
Ouais toujours fidèle au poste :8):

Certes mais dans la vf ils disent des trucs faux parfois :::):

Il est certes joueur mais me semble que Shadow l'a poutré sur la planete de Molly donc bon : faut qu'il se calme un peu :p Moi je serais pas fier de m'etre fait poutré par Knux sur l'ile de l'ange :p

Naaaan tu m'as spoil :c Et de toute manière c'était prévisible car si Sonic le bat y'aurait pas de suite: Black serait mort et Gally vivrait pour toujours heureuse avec eux sur l'ile.
(et Manic quelque part dans la foret)