Accueil > Jeux > Tests & Previews > Huitième Génération

Paru le lundi 11 novembre 2019

Mario & Sonic aux Jeux Olympiques Tokyo 2020 - Test

Mario & Sonic fait son retour habituel avec les JOs de 2020, cette année. La série a débuté en novembre 2007 sur Wii et en janvier 2008 sur DS, soufflant ainsi ce mois-ci ses 12 ans (oui, ça pique).
Je pense qu’il est important de vous préciser que je n’ai jamais acheté de M&S avant cette version 2020, n’ayant que joué rapidement à une version JOs d’hiver il y a une dizaine d’années. Autant dire que l’avis qui suit est celui d’un nouveau venu, ça ne peut pas faire de mal !
Également, j’ai pu faire tester le titre à des enfants, ce qui est un plus pour un jeu de ce genre qui leur est avant tout destiné.

L’aspect du titre

Pour commencer, attaquons sur la 3D. C’est plutôt joli dans l’ensemble malgré un résultat tout de même inégal à certains moments. Je m’explique : si les personnages sont nickel, propres et bien texturés, difficile d’en dire de même des décors plutôt vides aux textures parfois baveuses. On suppose ici certainement une économie de moyens techniques, notamment pour proposer un anti-aliasing très convainquant pour la Switch. J’ai personnellement testé le jeu sur un grand écran (150cm) et rien à reprocher de ce côté-là. Malheureusement, le revers de la médaille fait mal du côté des textures qui sont souvent d’une résolution assez basse, même pour la tablette de Nintendo qui a déjà largement fait mieux en jeu exclusif au support.
Néanmoins, ne soyons pas mauvaise langue : les environnements arrivent de temps en temps à déployer une atmosphère très sympathique, comme la Tokyo Station ou la Tokyo Tower. A vous de voir si l’aspect très "plat" de certains décors vous dérange ou non.

La Tokyo Station est une des belles vues qu’offre le jeu.

Côté lumière, vraiment rien de fabuleux, le jeu fait son travail et c’est tout. Ce n’est clairement pas le travail d’un tel jeu d’offrir des effets sublimes mais on était peut-être en droit d’espérer un peu plus du moteur Hedgehog Engine 2 qui nous avait déjà été introduit pour Sonic Forces.

Les animations des personnages sont tout à fait efficaces durant les différentes épreuves proposées par le jeu. Le hic, c’est qu’on ne peut pas en dire autant pour les animations des dialogues du mode histoire (oui il existe, on va y revenir). C’est très, très simple et ça manque cruellement de fluidité. Les personnages sont chacun d’un côté de l’écran durant un dialogue et l’animation de la discussion a parfois tendance à laisser trainer la pose finale un peu trop longtemps. Par "garder la pose finale un peu trop longtemps", j’entends que le personnage fait ses animations mais se fige dans sa dernière pose d’animation pendant quelques instants. Ainsi, vous pouvez avoir par exemple Amy les yeux mi-clos, semblant soudain sous l’effet d’étranges substance, le regard perdu dans l’horizon. C’est du détail, oui, mais du détail qui se ressent dans un jeu qui sort en 2019. On voit vraiment les petits moyens mis dans le jeu.

Look at this good boy !

Et ce ne serait pas un problème s’il coûtait, comme Sonic Forces ou Team Sonic Racing, l’équivalent de 40€. Sauf qu’il en coûte 60 sur le store de Nintendo, idem en boite sans réduction. Oui, ça aussi ça pique un peu.

Passons maintenant à la partie 2D : déjà, l’idée est vraiment excellente. On retrouve un peu l’esprit des Track And Field de l’époque NES, ce qui est tout à fait sympathique. Malheureusement, il y a ce que je considère comme une ombre au tableau : tout est en 8-bits sauf les persos de Sonic. On peut comprendre le vœu de mettre en avant les visages 2D les plus iconiques des deux licences mais dans ce cas, l’absence de décors 16 bits fait un peu tâche. Sonic et ses potes se baladent en 16 bits au milieux de décors en 8 bits et c’est pour le moins étrange à regarder, voire à jouer. Sonic semble décalé par rapport au reste du jeu, durant les phases 2D. Peut-être est-ce une métaphore de Sonic dans le monde du jeu vidéo ? Peut-être que SEGA est désormais self-aware de cela et fait des blagues hyper méta, jusque dans les graphismes du jeu ?
Non, non, je plaisante. (Enfin j’espère.)
Le plus triste dans cette histoire est certainement de ne pas avoir utilisé les graphismes 2D des jeux 8-bits de Sonic sur Master System et Game Gear : ces jeux étaient très jolis et les personnages tout à fait reconnaissables. Le côté iconique n’aurait pas été perdu et les personnages de Sonic n’auraient pas autant eu cet aspect "hors du monde".

On déplorera aussi des petits détails qui se voient comme l’absence d’animation pour nous faire faire demi-tour lorsque l’on essaye d’atteindre une zone "off-limits". En 3D, le personnage fait demi-tour. En 2D, l’écran fait un fondu au noir et les personnages sont téléportés un peu plus loin. Comme beaucoup d’autres détails de ce genre, séparément ce n’est pas très important mais ensemble, ces détails donnent un aspect cheap à la 2D en pixel-art du titre.

C’est bien la plastique, mais le jeu alors ?

L’interface du jeu en elle-même est correcte mais aurait pu faire mieux. Le jeu se compose de deux principaux modes en local : "Partie rapide" pour lancer l’épreuve que vous souhaitez en 3D ou en 2D rétro et le "Mode histoire". A ceux-ci s’ajoutent un mode "Partie locale" pour jouer entre plusieurs Switch et un mode "Jeu en ligne", le minimum sur Switch pour un party game.
Du côté des mini-jeux, le jeu fait justement une distinction entre les "épreuves" et les "mini-jeux". Les "épreuves" sont des mini-jeux les épreuves olympiques auxquelles on peut jouer dans le mode "Partie Rapide" et le "Mode histoire". Les "mini-jeux" sont des mini-jeux (merci Captain Obvious) que l’on obtient durant l’histoire et auxquels on peut rejouer uniquement dans un menu caché du menu principal : Mes Données -> Salle de jeu. Pas hyper ergonomique ni hyper clair, tout ça. Heureusement, il y a très peu de menus différents, on peut ainsi éviter de trop se perdre. Néanmoins, ranger les mini-jeux dans le menu "Partie rapide" aurait eu un peu plus de sens.

Côté jouabilité, tout dépend de l’épreuve et de comment vous jouez. Vous avez toujours le choix entre jouer avec la détection de mouvements ou uniquement avec les boutons de la manette, ce qui est un gros plus que la Switch a su apporter par rapport à beaucoup de jeux Wii où les mouvements étaient imposés.
Certaines épreuves sont difficile à jouer, notamment la gymnastique composée de QTE aux timings relativement douteux. D’autres se jouent comme un charme, telle que l’épreuve de skateboard qui ne demande qu’un peu de timing et permet d’enchainer avec style.

Globalement, il y a une courbe d’apprentissage des épreuves en 3D qui est parfois un peu forte, contrairement à la simplicité qu’offriraient les mini-jeux d’un Mario Party. Ce qu’on perd en accessibilité ici, on le gagne en exigence. A vous de choisir votre camp sur ce point ; personnellement je trouve qu’avoir une alternative de jeux à mini-jeux un peu plus exigeante n’est pas un mal.

Le 100m haie est une des épreuves les plus accessibles, si l’on sait appuyer sur R.

Du côté des épreuves 2D, il y a généralement beaucoup plus d’accessibilité, notamment sur l’usage des boutons de la manettes. Je n’ai pas croisé d’épreuve exigeant de connaitre plus de deux touches en 2D, contrairement à la 3D qui demande souvent l’usage de gâchettes voir de tours de sticks, des mouvements peu accessibles aux jeunes enfants à qui j’ai pu faire tester le jeu.

En somme, le jeu se joue bien, il est bien pensé sur la maniabilité et il y en a pour tout le monde. Un joueur habitué (ou [email protected] si vous préférez) saura trouver quelques épreuves à son goût tout comme un enfant saura trouver des épreuves qui lui sont plus accessibles.
Pour finir sur l’accessibilité, détail un peu stupide qui a selon moi son importance : pour lancer le jeu, il faut appuyer sur L + R. Ça peut paraitre anodin mais un enfant peut avoir un peu plus de mal à faire ce combo qu’à appuyer simplement sur le bouton A ou + pour ouvrir le jeu.

Enfin, un petit point sur le contenu du jeu : dans le mode "Partie Rapide" vous avez 24 épreuves en 3D (Tokyo 2020) et 10 épreuves en 2D (Tokyo 1964) jouables de 1 à 4 joueurs. A ce total de 34 épreuves s’ajoute également 10 mini-jeux solo qui, comme précisé plus haut, sont exclusifs au mode histoire et totalement rejouables dans le menu "Salle de jeu".
Vous pouvez ainsi jouer à 34 épreuves à plusieurs et 44 en solo. Autant dire que le jeu est généreux en contenu et qu’avec en plus le mode histoire, vous aurez du temps à y passer.

Il y a un scénario ?!

Eh oui ! Et euh... Bon, c’est pas comme Sonic Riders qui était un spin-off avec une ambition d’étendre l’univers, etc. Vous vous en doutez. Ici, c’est un scénario prétexte pour introduire Tokyo 1964 où l’on peut jouer aux fameuses épreuves en 2D rétro et c’est très bien comme ça. Ce genre de jeux n’a pas matière à faire un "vrai" scénario.

Néanmoins, le prétexte du jeu est une idée assez fun où Eggman a créé une console rétro (la fameuse Tokyo 1964) pour piéger Mario et Sonic dedans. Malheureusement, à cause de l’infâme Bowser qui a perdu patience, Eggman et Bowser eux-mêmes se retrouvent piégés eux aussi dans la console de jeu.

Le scénario ne casse pas la baraque mais fait le taff. Le mélange entre pixel-art 8-bit et 16-bit est parfois étrange à l’œil.

Pourquoi pas ! Sauf que l’histoire est mise en scène de façon assez mièvre et cheap avec des personnages au regard vide qui se fixent d’un bout à l’autre de l’écran pour discuter de choses assez peu intéressantes, comme la trame en elle-même. D’un côté, en 3D, les personnages cherchent à sauver les prisonniers de la console, sauf qu’ils ne savent pas comment faire, puis soudain Bowser Jr. la vole, puis en fait faisons une épreuve d’escalade tiens, et... Bon, vous avez compris, ça vole pas bien haut. Personne ne semble réellement inquiété comme il le faudrait par la situation de Mario et Sonic. Faire les épreuves des JO est plus urgent parce qu’une situation improbable a lieu. Un grand classique des jeux qui justifient leur gameplay un peu à l’arrache via le scénario. Pourquoi pas, même si le tout est franchement rapidement ennuyeux.
De l’autre côté, en 2D, Mario et Sonic doivent battre Bowser et Eggman aux épreuves des JOs pour obtenir les médailles d’or et sortir du jeu. Eggman dit lui-même avoir mis cette fonctionnalité pour sortir du jeu, ce qui est tout de même une sacrée faille à son plan d’origine qui consiste à enfermer les deux héros dans les JOs de 1964. Ils seraient sortis d’une manière ou d’une autre.

Bref, en clair c’est mignon mais rien de bien intéressant. Ça occupe et ça se parcourt tout seul sans tourner en rond pendant des heures.

Les liens entre les hubs de l’histoire se font via une carte qui sait aller à l’essentiel.

Et l’enrobage musical alors ?

Les musiques sont très efficaces et mettent dans l’ambiance des JOs, rien de spécial à critiquer de ce côté-là. J’ignore si l’absence de doublage dans le mode histoire est réellement un défaut, ce n’était pas forcément nécessaire d’en ajouter. Quelques bruitages de personnages viennent entrecouper les dialogues et c’est tout. Le tout est convainquant sans spécialement casser la baraque.

Alors, on lui donne la médaille d’or au jeu ?

Je ne pense pas que le jeu mérite une médaille d’or mais une médaille d’argent est amplement mérité. Simple mais efficace sur plusieurs aspects, accessible et un peu technique s’il le faut, je pense que le jeu fait son travail.

Ohlala mais ces costumes ! <3

La seule chose à déplorer est le prix. Le jeu vaut 60€ neuf, ce qui est vraiment cher payé pour un petit jeu sans ambition ni prétention qui s’inscrit dans la continuité d’une série au fleuve tranquille. A 40€, je vous aurais dit de foncer. Maintenant, si vous le trouvez en réduction et que vous aimez l’idée de mélanger les univers de Mario et Sonic sur votre Switch, le jeu mérite certainement votre attention. Il saura occuper vos soirées entre amis ou en famille efficacement mais ne laissera peut-être pas un souvenir impérissable.

Pour aller plus loin, découvrez notre vidéo sur la 2D de ce Mario & Sonic 2020 :
- Sonic Shots #3 : Nostalgie mal placée ?

Par Izaky le 11 novembre

Discussions

Venez en discuter avec nous sur le forum, Discord, ou commentez ci-dessous !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.