Accueil > Jeux > Tests & Previews > Sixième Génération

Paru le mardi 24 décembre 2019

Sonic Heroes - Test

♪ What goes up,
♪ Must come down...

Si ces quelques mots vous procurent une bouffée de nostalgie, alors il y a de fortes chances que Sonic Heroes soit un des jeux qui ait bercé votre enfance. Mais a-t-il bien résisté à l’épreuve du temps ?
16 ans après, PSo fait pour vous le bilan du premier Sonic multi-plateformes !

Tour d’horizon

En 2001, SEGA abandonne la guerre des consoles. La Dreamcast est enterrée, le constructeur redevient un simple éditeur et de multiples partenariats sont passés pour porter différents jeux sur les consoles de l’époque (Sonic Adventure 2 sur Game Cube, Space Channel 5 Part 2 sur PlayStation 2...). Très vite, on apprend également que de nouveaux projets seront lancés, dont...un nouveau Sonic en 3D !

Sur un Internet naissant, les interrogations vont bon train. Aura-t-on droit à un Sonic Adventure 3 ? A un tout nouveau projet ? Quelles consoles auront la chance de voir débarquer le hérisson ? Aura-t-il encore ces satanés yeux verts ?

En avril 2003, le titre du jeu est finalement annoncé : Sonic Heroes. Celui-ci sera vite suivi d’images et de vidéos lors de l’E3 permettant de découvrir le jeu dans les grandes lignes : 12 personnages jouables répartis dans 4 équipes. Vector, Espio et Charmy de Knuckles’ Chaotix sont de retour après des années d’absence, aux côtés de Shadow, laissé pour mort en 2001. L’esthétique du jeu paraît plus cartoon que le réalisme des Adventure.
Le jeu sort le 6 février 2004 en Europe. S’il reçoit de bonnes critiques de la presse spécialisée (73% sur Metacritic), celles-ci sont globalement moins enthousiastes qu’à la sortie d’Adventure 2 (89% sur Metacritic). Cela n’empêchera pas les fans d’adorer le jeu et SEGA de le référencer à de nombreuses reprises, via les SEGA All-Stars, Mario & Sonic ou encore Sonic Generations.

Histoire (sans spoil)

On suit 4 équipes au cours du jeu, chacune s’étant lancée dans l’aventure pour des raisons différentes.

  • La Team Sonic est composée de Sonic, Tails et Knuckles. Un jour, le Dr. Eggman envoie à Sonic et ses amis une lettre les avertissant qu’il contrôlera le monde d’ici 3 jours ! Les 3 amis s’empressent donc de rejoindre le scientifique, persuadés de pouvoir le stopper à temps.
  • La Team Dark est composée de Shadow, Rouge et Omega. Alors que Rouge infiltrait une base secrète d’Eggman, elle y découvrit Shadow stocké dans une capsule de survie ainsi qu’E-123 Omega, le plus puissant robot de la série E-100. Shadow est amnésique et ne se souvient plus des événements de Sonic Adventure 2 et Omega en veut à Eggman pour l’avoir enfermé dans la base. En quête de réponses et de vengeance, tous trois s’élancent à la poursuite du Docteur.
  • La Team Rose est composée d’Amy, Cream (et Cheese) et Big. Froggy et Chocola, le frère de Cheese, ont disparu et la photo d’un journal incrimine directement Sonic. Amy estime qu’ils devraient tous les 3 aller poser quelques questions au hérisson...
  • La Team Chaotix est composée de Vector, Charmy et Espio. N’ayant pas eu de mission depuis un moment, l’agence de détectives Chaotix est un jour contactée par un mystérieux client qui leur parle depuis un talkie-walkie. Il leur promet que s’ils arrivent à le rejoindre, il les couvrira d’or. Il n’en fallait pas plus à Vector pour se lancer à corps perdu dans cette périlleuse mission !
  • Contrairement aux Sonic Adventure, les Chaos Emeralds ne sont pas récoltées au cours du scénario et doivent être collectées dans des Special Stages. Une fois cela fait, vous débloquerez un épilogue réunissant les 4 équipes face à une menace commune...
Je ne suis absolument pas un remplacement pour Gamma. Rien à voir. Circulez.

Le scénario est moins recherché que dans les épisodes Dreamcast, ce qui peut être vu comme un avantage ou un inconvénient en fonction de la personne que vous interrogez.

Graphismes

Le jeu adopte une esthétique plus cartoon que dans les Adventure, revenant à des décors proches de ceux de l’ère Mega Drive. Les lieux sont ainsi plus colorés et adoptent une atmosphère surréaliste par moment (les falaises de Seaside Hill ont les mêmes motifs carrés que le sol de Green Hill par exemple). Un des niveaux s’appelle même Grand Metropolis, une référence claire à Sonic 2.

Un retour aux sources pour la série.

Les modèles 3D des personnages ont eux aussi connu quelques changements depuis la Dreamcast. Ils sont plus détaillés et un peu moins maigres, mais la principale différence se trouve dans leurs textures qui sont beaucoup plus flashys qu’avant. Cela renforce l’atmosphère surréaliste décrite plus haut et tranche radicalement avec l’ambiance urbaine et un peu sombre des précédents jeux.

Gameplay

Les 12 personnages sont répartis en 3 catégories : les personnages rapides (Sonic, Shadow, Amy et Espio), les volants (Tails, Rouge, Cream et Charmy) et les costauds (Knuckles, Omega, Big et Vector). Chacun peut prendre le commandement de son équipe, ce qui modifie drastiquement votre façon de jouer.
Les personnages rapides vont vite, rebondir sur les murs et peuvent générer des tornades ; les volants sont les plus faibles et lents mais vous permettent de gagner de la hauteur lors de vos sauts et d’utiliser une attaque à tête chercheuse ; les puissants sont les plus adaptés au combat et peuvent se servir de pales d’éoliennes pour s’élever dans les airs.

Les niveaux vous demandent de jongler entre vos 3 personnages afin de triompher des obstacles sur votre route. Vous devrez parfois utiliser votre formation de vol pour activer un interrupteur en hauteur, casser un mur avec les poings de votre personnage puissant ou encore faire un Light Speed Dash grâce à votre sprinteur.
Il existe quelques nuances de gameplay entre les personnages de chaque catégorie (Espio peut rester collé indéfiniment aux murs par exemple), mais globalement les 4 personnages d’une catégorie se contrôlent de la même manière.

Parfois, le jeu vous mettra de force dans une certaine configuration (ici, la vitesse). Mais vous pouvez toujours changer si ça vous amuse.

Au cours des niveaux, vous pourrez récolter des orbes qui amélioreront les capacités de vos héros, en fonction de la couleur que vous ramasserez (bleu = vitesse, jaune = vol, rouge = force). Chaque personnage peut être amélioré 3 fois, et ses attaques sont alors grandement améliorées, le personnage puissant pourra produire des projectiles à l’issue d’un combo de 3 coups par exemple.
Ces orbes sont également comptées dans votre score à la in du niveau. Prenez garde néanmoins, si vous mourez, vos personnages perdent les orbes qu’ils avaient récoltées, et donc leurs améliorations !

Ce Sonic est également un des seuls jeux en 3D de la série à avoir des Special Stages pour collecter les Chaos Emeralds, le seul autre étant Sonic Lost World sur 3DS. Ceux-ci sont accessibles en ramassant une clé dans un niveau et en arrivant à la fin sans vous faire toucher. Vous devrez ensuite courir dans un tube et ramasser des ballons en évitant des bombes. C’est original, même si courir au plafond rend votre personnage difficilement contrôlable. Mieux vaut rester au sol pour s’éviter une mauvaise surprise !
Rattrapez l’Emeraude en vous aidant du radar présent en bas de l’écran, et celle-ci sera à vous !

Seules les clés gagnées dans les actes 2 de chaque zone vous permettent de courir pour l’Emeraude.

Bande-son

Jun Senoue, compositeur-titre de la saga depuis Sonic 3 est de retour à la direction de la bande-son du jeu. Comme dans les Sonic Adventure, le style principal du jeu est le rock’n’roll.

Senoue s’allie de nouveau à Johnny Gioelli pour former Crush 40. Après Open your Heart et Live & Learn, le groupe réalise cette fois-ci deux chansons pour le jeu : le thème principal, sobrement intitulé Sonic Heroes, et le thème du boss final, What I’m made of.
A cette fine équipe viennent s’ajouter quatre chansons rock ou électro chantées par le groupe Julien-K, la chanteuse Kay Hanley, le chanteur Gunnar Nelson ainsi que des habitués de la série, Ted Poley & Tony Harnell (Escape from the City, Race to Win...). Leurs musiques sont utilisées pour les thèmes des différentes équipes, respectivement Dark, Rose, Chaotix et Sonic.
Au total, la bande-son contient donc 6 morceaux chantés, soit autant que Sonic Adventure mais bien moins que les 19 chansons d’Adventure 2 (et une de moins que Sonic R...comment ça, "on s’en fout" ?).

N’empêche que Living in the City, ça passerait impec’ ici.

Durée de vie - Challenge

Le jeu est composé de 14 niveaux et 7 combats de Boss, qui devront être parcourus par les 4 équipes afin de boucler le jeu. Comme dit plus haut, un boss final se débloque avec les 7 Chaos Emeralds.
Pour les Teams Sonic, Dark et Rose, l’objectif est simple : atteindre l’anneau de fin de niveau sans tomber à court de vies. La Team Rose représente le mode facile du jeu et contient des niveaux courts avec peu d’ennemis.
Les niveaux des Teams Sonic et Dark sont similaires dans leur construction, mais la Team Dark a beaucoup plus d’ennemis à affronter. Celle-ci est donc considérée comme le mode difficile du jeu, et la Team Sonic est donc la difficulté normale.
La Team Chaotix comporte des objectifs plus variés, qui vont de finir un niveau sans être repéré par un ennemi à récolter un certain nombre d’objets. D’une certaine manière, les détectives nous offrent une difficulté "spéciale", qui porte les prémices de ce que seront les missions alternatives de Shadow the Hedgehog.

Omega aurait été un précieux allié pour les Chaotix dans certaines missions.

Chaque niveau possède une mission secondaire et optionnelle qui se débloque lorsqu’il a été terminé une première fois. La Team Sonic devra parcourir ses niveaux le plus rapidement possible, la Team Dark devra battre 100 ennemis dans le niveau et la Team Rose devra récolter 200 anneaux. Les missions de la Team Chaotix sont généralement des versions plus longues de leurs missions de base (récolter plus d’objets par exemple).

Une note, allant de A à E, vous sera attribuée à l’issue de chaque niveau ou combat de Boss. En obtenant les 141 rangs A du jeu, vous obtiendrez le Hard Mode, où vous devrez finir le jeu d’une traite avec la Team Sonic dans des niveaux avec plus d’ennemis et d’obstacles que la normale.
Vous débloquerez également au fil du jeu du contenu pour le mode multi-joueurs, à raison d’un nouveau mode tous les 20 niveaux complétés. Celui-ci est d’ailleurs plutôt bien fourni, même si la plupart des modes de jeux sont bloqués au début.
Un peu moins varié que dans Sonic Adventure 2 Battle, vous devriez tout de même y passer un bon moment, particulièrement si vous invitez un ami fan de Sonic.

Critique

Je n’aime pas Sonic Heroes.
Mais vraiment, j’exècre ce jeu.
Et ça m’ennuie.

Ca m’ennuie parce que je voudrais l’aimer. Parce que j’ai passé des années à baver sur ce jeu, à écouter son thème principal en boucle sur Youtube, à regarder sa bande-annonce dans Sonic Gems Collection ou à fantasmer sur son slogan au dos du livret de Billy Hatcher : "12 personnages, 4 équipes, UNE aventure épique".
J’ai finalement eu le jeu en 2010 sur PC, je l’ai fini au clavier et je me suis juré que plus jamais je n’y toucherai.
7 ans plus tard, j’ai voulu lui redonner une chance avec une meilleure manette. Je l’ai donc pris sur Game Cube et l’ai fini de nouveau. C’était encore pire que dans mes souvenirs.

Notez comme l’agencement des boutons A-X-Y-Z réplique parfaitement l’interface du jeu.

Sonic Heroes souffre de problèmes dans quasiment tous les domaines possibles. Déjà au niveau du gameplay, les personnages sont incroyablement glissants. C’est très dur de s’arrêter après un grand saut quand votre personnage est le rapide de la troupe par exemple. Les puissants ne sont pas en reste, ceux-ci ont en effet une fâcheuse tendance à bouger dans tous les sens lorsqu’ils attaquent au sol, ce qui vous fera souvent manquer certains coups ou pire, vous rapprochera dangereusement du vide.

Le jeu introduit un système de changement de rails rapide et dynamique...qui ne marche pas et vous propulse 1 fois sur 3 en orbite.

Restent les personnages volants. Ceux-là sont effroyablement lents pour se déplacer et attaquer, vous n’aurez donc aucune envie de les utiliser en-dehors des passages où ils sont requis. On appréciera au passage de voir que Rouge et Tails ont des attaques "Bomb Ring" où ils lancent des anneaux piégés devant eux...qui ne blesseront absolument jamais les adversaires. Sans doute que leurs coups de queue et de pied dans les Adventure marchaient trop bien.
Réunir trois power-ups pour votre personnage volant permet de le rendre bien plus fort, mais sa lenteur de déplacement reste son plus gros défaut.

Parlons level-design. Tout d’abord, il faut noter que les niveaux sont longs.
Vraiment longs.
Mais genre, ATROCEMENT longs.

Dans la deuxième partie de l’aventure, il ne sera pas rare que vous passiez plus de 10 minutes sur les niveaux de la Team Dark ou Sonic. Et n’oubliez pas que si vous tombez à court de vies, il faudra recommencer le monde en entier. Quel plaisir de se retaper deux niveaux d’un quart d’heure parce qu’un script s’est mal déclenché ou qu’un Ring Dash n’a pas voulu s’activer (oui Frog Forest, je pense à toi !).
Et si les niveaux sont longs, c’est non seulement parce qu’ils sont grands mais aussi parce qu’on est régulièrement interrompu par des combats contre une horde de Badniks. Et franchement, passées les premières minutes de jeu, ce n’est plus intéressant. Le système de combat est basique et ne se renouvelle pas, la seule chose qui change c’est les PV des adversaires (les E-2000 dans les derniers niveaux qui ont 70 PV quand vos coups en enlèvent 1 ou 3, miam !).

Mentionnons tout de même que la Team Rose a des niveaux avec moins d’ennemis et beaucoup plus courts. Elle ne met que 5 minutes pour boucler des niveaux là où ses rivales bleues ou noires en mettent 15. Et ça fait un bien fou !
La Team Chaotix ayant des objectifs très variables, il m’est difficile de les comparer aux autres en terme de difficulté. Certains niveaux sont très simples, d’autres durent bien trop longtemps (en particulier ceux qui vous demandent de battre tous les ennemis ou de trouver tous les objets dans un niveau gigantesque).

Notez l’intelligence de l’agencement des modes de difficulté : Normal - Difficile - Facile - Divers. C’était si compliqué de mettre la Team Rose tout à gauche ?

Notons aussi que les niveaux sont souvent construits sur un gimmick : se déplacer sur des rails, jouer au flipper, inverser la gravité... Souvent, ceux-ci ne servent qu’à vous ralentir ou vous compliquer la tâche inutilement. Casino Park, je te hais !

OUI BAH J’ESSAYE !

Au niveau du scénario, le jeu n’a clairement plus les ambitions des Adventure. Ce n’est pas grave en soit (en tout cas, beaucoup moins que les problèmes de gameplay ou de level-design), mais c’est assez décevant. D’autant que le casting d’acteurs est vraiment bon (sauf toi, Tails), j’aurais adoré les entendre doubler une histoire plus ambitieuse. Parce que là, la Team Rose ne sert quasiment à rien, les combats entre Teams ont des justifications souvent tirées par les cheveux ("Je recherche Eggman.", "Moi aussi, battons-nous !"), on n’affronte jamais Neo Metal Sonic...

Au final, le scénar’ d’Heroes sert surtout à faire revivre Shadow, ce qui invalide un des meilleurs moments de la série. Surtout qu’aucune explication n’est donnée à cela et qu’il faudra attendre Shadow the Hedgehog 2 ans plus tard pour avoir le fin mot de l’histoire.
Petite déception aussi en ce qui concerne les Chaotix ; si le retour de Vector, Charmy et Espio après 8 ans d’absence est sensationnel, il est dommage de voir que Mighty est passé à la trappe. C’est justifié par le gameplay qui impose des équipes de 3 personnages, mais on aurait au moins pu le voir dans une cinématique.

Quand ton arc scénaristique est bouclé mais qu’on te ressuscite pour vendre plus de produits dérivés.

Pour l’anecdote, notez qu’au tout début du développement du jeu, 6 équipes étaient prévues. Shadow était absent, Rouge aurait remplacé Big dans la Team Rose, Chaos, Big et E-102 auraient formé leur propre équipe, Fang, Bark et Bean étaient de retour de Sonic the Fighters et la dernière équipe aurait été composée de Mighty, Ray et...Metal Sonic !
Cela dit, heureusement que cette idée n’a pas été plus loin, je préfère voir Shadow revivre plutôt que Gamma, qui avait selon moi la mort la plus bouleversante des deux.

Revenons au jeu et parlons graphismes, parce que là Heroes alterne entre les hauts et les bas.
Globalement, j’aime bien les environnements. Ils sont plus cartoons que dans les Adventure, mais ça ne me dérange pas plus que ça. Ca permet à chacun d’avoir une bonne identité visuelle, là où les Adventure (surtout le 2) avaient un peu de mal à avoir des niveaux uniques visuellement sans devoir compter sur des gimmicks (coucou tous les niveaux dans l’ARK).
Les modèles des personnages sont aussi plus sympas que sur Dreamcast (bon, Sonic perd ses chaussures SOAP de SA2, on fera avec) et sont globalement mieux animés dans les cinématiques, mais je déteste leur aspect plastique/brillant qui détonne avec les niveaux un peu sombres comme ceux du manoir ou Final Fortress. On dirait que les développeurs ont essayé de mettre des éclairages plus dynamiques que sur Dreamcast pour profiter du changement de console, mais le résultat n’est vraiment pas convaincant. Encore plus si vous jouez sur PS2 semble-t-il (le jeu est réputé pour être moins beau sur cette console, en plus de souffrir d’une poignée de bugs supplémentaires).

Quelques cinématiques en CGI viennent agrémenter les moments importants de votre aventure (intro, affrontements entre équipes, conclusion...). Celles-ci sont hélas très compressées et paraissent beaucoup moins fines que le jeu "normal". C’est déconcertant, même si c’est clairement dû au fait que le jeu a vieilli et que les consoles de l’époque avaient sûrement certaines limitations pour ce genre de vidéos.

Eh, au moins ils ont plus de polygones que dans la suite !

Heureusement, Heroes peut compter sur sa bande-son pour le sauver de l’oubli. S’il est un des jeux de la série que j’ai le moins de plaisir à parcourir, j’apprécie particulièrement d’écouter son OST, très variée tout en gardant une inspiration rock, et ses 6 chansons sont presque toutes excellentes, chacune à leur manière. Franchement, je n’hésite pas à placer cette bande-son dans mon top 10 de la licence, aux côtés de celles de Lost World, Rush ou Sonic 1 !
Les seules musiques que je n’apprécie pas vraiment sont celles de la zone du casino, mais c’est surtout parce que ces niveaux m’ont rendu fou et que je ne veux plus jamais les voir !

Et merde...

J’ai hélas très peu joué aux modes multi-joueurs, donc je n’ai pas grand chose à dire dessus. Ils ont le mérite d’être variés, mais ils souffrent des problèmes de physique du mode solo, ce qui pourrait rapidement lasser vos amis. En terme de course pure et dure, Sonic Adventure 2 Battle est un meilleur choix, et si vous préférez les affrontements en arène close, je ne peux que vous conseiller le mode multi-joueurs de Shadow the Hedgehog.

Au final, Heroes est une déception personnelle. Beaucoup de promesses sur le papier (12 personnages, suite directe d’Adventure 2...) pour une exécution en dents de scie, probablement due au fait que le jeu a dû être adapté pour 4 plate-formes simultanément, un défi inédit pour la Sonic Team de l’époque.
Les niveaux sont beaucoup trop longs pour une série connue pour sa vitesse, le gameplay est par moment à la limite de l’injouable, les bugs sont légion, le scénario est inintéressant au mieux, insultant envers les précédents opus au pire (c’est à partir de ce jeu que Knuckles n’a plus jamais mentionné son rôle de gardien de la Master Emerald, du moins dans les opus 3D)...
Une bonne bande-son c’est bien, mais ça ne peut pas sauver un jeu où on a envie de reposer la manette toutes les deux minutes. Ou de l’envoyer vers sa télé, au choix.

Non merci.

Synthèse

Sonic Heroes est un jeu qui divise la fanbase. Certains le voient comme un opus tout à fait honnête et le digne successeur des Adventure, d’autres le considèrent comme le premier faux pas du hérisson en 3D, voire comme le début du "Dark Age" de la série.
Personnellement, je fais partie de cette dernière catégorie, mais au sein même du staff de PSo, on est assez divisés sur la question.

Gardez à l’esprit que tout ce que j’ai pu écrire dans cette critique n’est que mon avis, et que celui-ci n’est pas universel. Je peux me tromper, être de mauvaise foi ou même simplement être très nul aux jeux de plateformes. Si vous ne vous reconnaissez pas dans ma critique, c’est parfait ! Si vous aimez Sonic Heroes, que vous soyez capables d’expliquer pourquoi ou non, tant mieux pour vous ! Ne vous empêchez surtout pas d’y jouer juste parce que votre site favori *clin d’oeil, clin d’oeil* en a fait une critique assassine.
Si à l’inverse j’ai réussi à mettre des mots sur votre dégoût du jeu, vous m’en voyez ravi. Mais que cela ne vous prive pas d’utiliser vos propres arguments ou de trouver d’autres exemples de mauvais game/level-design !

Quoiqu’il en soit, Sonic Heroes est un jeu majeur de la série. Même si je n’en ai pas une haute opinion, j’estime que tout fan du hérisson devrait y avoir joué, pour découvrir le premier travail de la Sonic Team en-dehors des consoles SEGA.
Et puis eh, c’est le seul jeu 3D dans lequel vous pouvez jouer Cream ou les Chaotix. Si vous les aimez suffisamment pour passer outre les défauts du jeu, qu’attendez-vous ?

Découvrez nos autres dossiers sur Sonic Heroes par ici :
- La soluce du jeu
- La Preview
- Les Paroles
- Le Manuel japonais

Par Sonicvic le 24 décembre 2019

Discussions

Venez en discuter avec nous sur le forum, Discord, ou commentez ci-dessous !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.